Nouveau

"Temple de Diane", Augusta émérite



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Fichier:Le soi-disant Temple de Diane, Emerita Augusta (40302423280).jpg

Bâtiment municipal appartenant au forum de la ville. C'est l'un des rares caractères religieux qui soit conservé dans un état satisfaisant. Malgré son nom, attribué à tort lors de sa découverte, l'édifice était dédié au culte impérial. Construit à la fin du 1er av. siècle ou au début de l'ère augustéenne.


Construction

Le temple rectangulaire se dresse sur un podium de 3,23 m de haut recouvert de pierres de taille régulières. C'est un temple périphérique avec six colonnes sur sa façade avant (18,5 m) et onze colonnes sur les côtés les plus longs (32 m). Les colonnes ont une finition cannelée et mesurent huit mètres de haut. Il ne reste rien de la toiture d'origine.

Les colonnes du temple se dressent sur un podium de 3,23 m de haut

Tous les éléments sont en granit, provenant de diverses carrières locales autour de Mérida. A l'origine, les éléments en pierre étaient recouverts de stuc mais, aujourd'hui, il ne reste que quelques traces de stuc sur les pierres de taille.

A l'entrée du temple se trouvait un autel pour l'offrande des sacrifices. A l'intérieur se trouvait une statue de Diane (soeur d'Appollo) avec un cerf et armée d'un arc et de flèches. Dianna était une chasseuse habile et la déesse protectrice des chasseurs.

Le temple de Dianna est dans un état de conservation exceptionnel, principalement parce que pendant des siècles, le temple a servi de fondation et de cadre au palais Renaissance du Conde de Los Corbos. Certaines parties du palais restent bien conservées et sont toujours debout. J'ai trouvé intéressant à quel point les murs du palais étaient proches des colonnes d'origine. Ils ont certainement utilisé tout l'espace disponible!

Le palais Conde de Los Corbos construit dans le cadre du temple d'origine. Notez la façon dont les murs sont construits autour des colonnes.


Le temple d'Auguste

En 1835, la Real Junta Particular de Comercio de Barcelona a chargé l'architecte Antonio Celles, avec Mariano de Cabanes et José Arrau, d'étudier les colonnes restantes de cette structure. Il restait alors six colonnes debout : cinq orientées sur une ligne NE-SO et une sur une ligne NW-SE. Après avoir mesuré et étudié les colonnes, Celles a réalisé neuf sondages pour vérifier ses hypothèses sur la forme et l'orientation du temple. Il a conclu que le temple était d'origine carthaginoise. Son rapport est maintenant conservé à la Biblioteca de Catalunya. L'épigraphiste Fidel Fita (1875) suggéra le premier que le temple était plutôt d'origine romaine, dédié aux dieux tutélaires de la colonie et de la maison des flamines Romae divorum et augusti, le rattachant ainsi au culte impérial.

Puig i Cadafalch et al. incorporé dans leurs travaux (1909 1934) les informations du rapport de Celles’ : ils ont suggéré une reconstruction du temple basée sur cela et sur les quelques dessins restants faits par Celles. Puig i Cadafalch (1936) a également catalogué certains éléments décoratifs du temple déposés au Museu d’Arqueologia de Catalunya. Désormais, le plan de Celles devient un élément clé dans les études de Roman Barcino, pour la plupart en relation avec son agencement urbain et, en particulier, la reconstruction du forum (e.g. Balil 1964 Beltrán de Heredia 2001 Puig 2009). Gutiérrez (1991) a étudié la décoration du temple et a placé son érection dans le dernier quart du premier siècle après JC. Il l'attribua à un atelier local qui semble avoir intégré à la fois les idées contemporaines pratiquées à Rome et les préférences locales.

Les restes

Les vestiges du temple du 10, rue Paradís se composent aujourd'hui de quatre colonnes complètes avec leur architrave et d'une partie du podium de l'un des angles de la structure. La colonne située à l'extrême nord a été recréée à partir des restes de plusieurs autres appartenant à l'origine au temple. Ils ont été transportés à cet endroit en 1956. Le matériau utilisé pour la construction du temple était un grès local de la colline de Montjuïc. Selon le rapport de Celles’, la structure était, au moins partiellement, recouverte de plâtre. Le podium (Fig. 2) présente une face externe constituée de gros blocs réguliers avec un remplissage de opus incertum, et il atteint un tiers de la hauteur des colonnes y compris leur base et leur chapiteau. Sur son sommet un cyma reversa peut encore être délimité.

Figure 2. Image du podium du temple. Photographie de Núria Romaní.

Les bases des colonnes (Fig. 3) sont de type attique. Ils reposent directement sur le stylobate sans aucun socle. Les fûts des colonnes sont constitués de tambours (le plus bas formant une seule pièce avec la base), avec 20 flûtes séparées par de petits filets plats. Les chapiteaux mesurent 1 m de haut et sont de type corinthien mixte, combinaison du corinthien italique et du corinthien classique (Gutiérrez 1991, 99), décorés de feuilles d'acanthe stylisées disposées en trois niveaux. Ceux du deuxième niveau dépassent légèrement de ceux du premier. Le niveau le plus élevé cache les volutes, à peine développées.

Figure 3. Image des colonnes du temple. Photographie de Núria Romaní.

La partie conservée de l'architrave est plate : chacun de ses blocs constitutifs enjambe l'espace entre une paire de colonnes. Bien qu'il ne reste aucune partie de la frise in situ, des éléments de la corniche du temple décorés de motifs végétaux ont été conservés. Le soffite était orné de caissons et d'encorbellements l'entablement se termine par une cymation. La cime était décorée de têtes de lion, qui faisaient office de jets d'eau (Gutiérrez 1991, 99). Le toit était probablement à pignon, comme c'est la pratique courante pour ce type de bâtiment.

Le diamètre des colonnes varie entre 1,18 et 1,26 m et celui des bases entre 1,54 et 1,60 m. L'espace entre les colonnes diffère selon le côté du temple concerné : celles de l'axe NW-SE ont une distance d'environ 1,7 m entre elles, tandis que l'intercolonne de celles orientées NE-SW est de 2,19 m. Les bases des colonnes et le style des chapiteaux indiquent tous deux une date augustéenne pour la construction du temple. Ces éléments ont d'abord été employés en Italie vers la fin de la république, mais ils ont continué à être utilisés sous Auguste, principalement dans la Gallia Narbonensis voisine (Gutiérrez 1991 Mierse 1999, 110). De nos jours, le temple est considéré comme l'un des premiers édifices romains de la fondation augustéenne de la ville, avec les premiers remparts de la ville (Rodà 2007, 748).

Bien qu'il ait été traditionnellement affirmé que le temple était dédié à Hercule ou à Jupiter (Bassegoda 1974), l'hypothèse actuellement acceptée est qu'il était dédié au culte impérial (Balil 1964 : 93-5). Ce dernier était important à Barcino au cours du IIe siècle après JC, selon des témoignages épigraphiques (Rodà 2004, 315-19).


La forme et l'orientation du temple

L'orientation traditionnelle du temple est déterminée par les vestiges du 10, rue Paradís : ceux-ci appartiennent à son coin arrière le plus à l'est. Cependant, ces vestiges sont en fait ouverts à deux interprétations différentes : l'hypothèse A, proposée initialement par Celles, selon laquelle le plan du temple a son axe le plus long orienté NE-SO, et l'hypothèse B, notre nouvelle interprétation, qui place le plus long axe sur un alignement NW-SE. L'acceptation de l'orientation A a été la clé de la conception du plan du temple jusqu'à présent. En effet, en supposant que le temple était de plan périphérique hexastyle, la distance entre les colonnes restantes a été multipliée par cinq pour celles de l'axe NW-SE et par dix pour celles du NE-SW. Cependant, comme la distance intercolonne est plus grande pour ce dernier ensemble, l'orientation A se traduit par un plan de temple remarquablement allongé, que l'on ne voit dans aucun autre exemple de la période.

Dans les sections suivantes, nous décrivons en détail les deux hypothèses, analysons les données sur lesquelles elles sont basées et considérons les reconstructions du plan du temple qu'elles impliquent.

Hypothèse « A » : interprétation de Celles

Malgré sa croyance que le temple était une œuvre carthaginoise, dans son rapport Celles a suivi Vitruve (4.5.1) en suggérant qu'il devrait être orienté vers l'ouest : il a proposé un plan périphérique hexastyle. Il a ensuite décrit les résultats des neuf fouilles de sondages (Fig. 4) qu'il a menées pour prouver cette hypothèse. Dans chacune des fouilles, Celles a documenté la présence des divers éléments du temple correspondant à son hypothèse proposée bien qu'il n'ait fourni aucun autre détail.

Localisation des fouilles de Celles. Dessin de H.A. Orengo.

Cependant, le géoréférencement du plan proposé par Celles et son intégration dans un environnement SIG permettent une comparaison directe avec les cartes très précises de la région de Garriga Roca : 1 1 Une carte topographique du centre-ville (échelle 1:250, 1856-1858), une -carte géométrique de Barcelone et un projet de réforme (réalisé à partir de l'ancien en 1861).
certains problèmes sont aussitôt mis en évidence. Comme indiqué sur la figure 4, les colonnes ont été conservées dans des murs divisant différentes maisons, mais la plupart des fouilles de Celles ont été menées à l'intérieur des zones d'habitation des maisons de la rue Paradís : sondages 'b', 'c', 'd', 'f ' et moi'. Le niveau de la rue de l'époque variait entre 16,9 et 15,3 m et la surface du podium (au-dessus duquel auraient été localisés les différents éléments trouvés par Celles) était à une hauteur de 18,7 m. Ainsi, si le niveau de surface du podium avait été conservé, le niveau d'habitation des maisons aurait alors été d'environ 2,7 m plus haut que le niveau de la rue, un écart qui semble peu probable. Un autre problème révélé par le référencement précis récent de ces fouilles est que certains des tests sont placés sur les murs des bâtiments (par exemple, la figure 4, les sondages « a » et « e »), ce qui aurait sûrement empêché ou limité l'excavation à ces endroits.

Hypothèse « B » : un virage à angle droit

Une série de données tirées de différentes sources est ici évaluée : elle indique une orientation NW-SE du temple, c'est-à-dire une orientation à 90 degrés par rapport à celle proposée par Celles.

Données documentaires

J. Pujades fut le premier à dessiner et à décrire le temple en détail dès 1595 (Fig. 5). Il restait alors six colonnes, avec une partie du couvercle et quelques frises. Pujades a également dessiné les bases de quatre colonnes qui avaient disparu au XIXe siècle lorsque Celles a fait son rapport. Trois sont situées dans la partie sud-ouest du temple, dont celles des colonnes formant l'angle le plus au sud du temple. Il a également dessiné une base de colonne sur le côté nord-est du temple. La description et le dessin du temple faits par Pujades (1829, livre 1, 85), 240 ans avant le rapport de Celles, montrent un temple hexastyle orienté NW-SE.

Reconstitution de l'état du temple en 1595 d'après J. Pujades. Dessin de H.A. Orengo.

Données archéologiques

Récemment, deux nouvelles fouilles archéologiques ont été menées dans la zone autour du temple. Les deux étaient de très petites fouilles de sauvetage, limitées aux zones où des ascenseurs devaient être installés, mais les données qu'elles ont fournies permettent toujours des informations importantes.

(a) La fouille au 5, rue Paradís (Fig. 6) a révélé des vestiges d'origine romaine (Marín 2007 ). Deux blocs de grès de Montjuïc alignés et bien taillés ont été mis au jour : ils mesurent 83 cm de long et 35 cm de large, orientés NW-SE. Attaché à leur côté nord-est était une masse de rudus, composé de pierres brutes jointes par du béton, qui est considéré comme le remplissage du podium du temple. Un aspect intéressant de ces blocs est qu'ils ont conservé des restes de plâtre peint en bleu et en jaune à la fois sur leur surface supérieure et sur leur côté sud-ouest. La hauteur de la surface supérieure des blocs est égale à celle qui y est documentée pour les vestiges du temple. Ils sont également similaires en matière et en taille à ceux documentés à la base du podium du temple au 10, rue Paradís.

Plan de l'excavation au 5, rue Paradís. Adapté de Marín 2007 .

Les deux blocs et rudus ont été géoréférencées et intégrées au projet SIG. Leur emplacement et leur orientation coïncident avec la limite sud-ouest du podium du temple, selon l'orientation B (Fig. 7). La présence de rudus du côté nord-est des blocs peut donc bien être interprété comme le remplissage intérieur du podium du temple.

Orientations A et B avec l'emplacement des découvertes archéologiques dans la rue Paradís. Dessin de H.A. Orengo.

La présence de plâtre peint en bleu et en jaune sur les blocs (également documenté dans la partie conservée du temple) indique d'une part que ces blocs étaient en surface et visibles, d'autre part qu'ils faisaient partie d'un édifice public, et troisièmement qu'ils n'étaient pas censés être une surface sur laquelle marcher. Il existe très peu d'exemples de temples romains ibériques qui conservent des vestiges de décoration picturale. Cependant, des fragments de couleurs vives, comme le rouge, ont été récupérés dans le temple de Jupiter à Caparra et dans le Capitole de Baelo Claudia (Abad 1982, 435-47). De plus, le temple de Diane émérite d'Augusta et le temple d'Augustóbriga conservent encore un enduit de plâtre sur certaines parties des colonnes et des chapiteaux (Mierse 1999, 71, 109).

(b) L'excavation au 12 rue Paradís (Puente 2005) a enregistré une structure façonnée avec du mortier de chaux et recouverte de opus signinum mortier hydraulique. Cet élément, long de 2,21 m sur 42 cm de large, était situé à 1,08 m sous le niveau moderne de la rue : il était orienté NE-SW. Les opus signinum le mortier hydraulique s'étendait sur 1,40 m de long et mesurait 44 cm de large et 10 cm de profondeur. La structure s'est poursuivie au-delà des limites nord-est de l'excavation. Ses côtés nord-ouest et sud-ouest ont été détruits lors de la construction du bâtiment moderne.

Comme pour les trouvailles du 5, rue Paradís, la fouille au numéro 12 a été géoréférencée et intégrée au SIG. De ce fait, l'ouvrage hydraulique est vérifié comme potentiellement lié au temple, si l'hypothèse B est acceptée (Fig. 7). Il était situé environ 38 cm plus bas que la base du temple et 35 cm plus bas que les blocs documentés au 5, rue Paradís. Cet ouvrage s'étendrait à une distance de 46 cm au sud-ouest du podium et parallèlement à celui-ci, toujours comme reconstitué dans l'hypothèse B. Bien qu'une fouille complète ait été impossible, la présence de l'élément hydraulique dans cette position est cohérente avec la présence de une lacus ou la piscine entourant le temple (Orengo et Miró 2013 ). L'existence de bassins entourant les temples a été documentée dans les quelques autres temples bien étudiés de la péninsule ibérique : le temple de Diane à Évora (Hauschild 1991 ) est entouré d'un lacus, et le temple de Diane à Emerita Augusta (Álvarez et Nogales 2003 ) possède un bassin sur chacun de ses côtés. Plus loin, les temples de Carteia (García et Gómez 2009, 219) et Écija (García-Dils et al. 2007 ) présentent des preuves de citernes ou de bassins à l'arrière du temple. Compte tenu de la différence de hauteur (35-38 cm) entre le niveau de marche de l'enceinte sacrée ou temenos et la surface de l'ouvrage hydraulique, ce dernier semblerait avoir été un bassin plutôt qu'une citerne, probablement dans un agencement similaire à celui de le temple de Diane à Évora.

La figure 8 présente une reconstitution hypothétique du plan et de la section du temple, selon l'orientation B, à la suite des preuves archéologiques fournies par les fouilles de la rue Paradís.

Reconstitution hypothétique du plan et de la section du temple selon l'hypothèse B et les données archéologiques fournies par les fouilles de la rue Paradís. Dessin de H.A. Orengo.

Comparaison typologique

Les deux seuls autres temples de date similaire dans la péninsule ibérique où suffisamment de vestiges permettent une comparaison fiable sont les temples de Diane à Évora et à Emerita Augusta. Les deux temples sont considérés comme très similaires en termes de plan et de concept (Mierse 1999, 101, 107), partageant un plan périphérique hexastyle, comme cela a également été proposé à Barcino. Les temples périphériques sont rares dans les contextes romains mais quelques exemples de chronologie similaire existent, comme le temple de Minerve sur l'Aventin et le temple des Dioscuroi dans le forum romain, tous deux reconstitués à l'époque augustéenne (Mierse 1999, 98).

Le temple de Barcelone est nécessairement périptère hexastyle : la colonnade conservée appartenait à l'un des angles arrière du temple et non à la façade principale, qui aurait pu présenter des colonnes autoportantes même s'il ne s'agissait pas d'un temple périptère. Ce coin appartenait donc à l'arrière du temple, et proposer le contraire impliquerait un forum maladroitement placé dans le plan de la ville. C'est aussi une hypothèse logique de considérer le temple comme hexastyle, car il y avait cinq colonnes debout sur l'un de ses petits côtés. Comme tous les temples romains connus ont un nombre pair de colonnes sur leurs côtés les plus courts, cela laisse un minimum de six colonnes pour ce temple. La prochaine augmentation du nombre de colonnes signifierait un temple avec huit colonnes sur son petit côté : un tel motif serait à la fois trop grand pour l'espace surélevé où se trouve le temple et, en outre, déplacerait le temple d'une position axiale centrale par rapport à celui de la ville decumani.

Le plan du temple proposé pour l'hypothèse d'orientation B se traduirait par une taille de podium de 31,69 par 19,1 m. Ces mesures correspondraient étroitement à ce que l'on appelle le « nombre d'or », de 1,618. Le nombre d'or est également présent dans la proportion des plans des temples d'Emerita Augusta et d'Évora : pour le temple d'Emerita Augusta il ressort à 1,675, pour le temple d'Évora à 1,6. La valeur équivalente de l'orientation B pour le temple de Barcino est de 1,66.

On pense actuellement (Puig 2009, 9) que le plan du temple, selon l'hypothèse d'orientation A, mesurait 35 sur 17,5 m (c'est-à-dire 1 actu de 0,5 actu, suivant les proportions recommandées par Vitruve), ce qui donnerait une proportion de 2,18. D'autres reconstructions du temple, à la suite de Celles, varient entre 35,7 sur 16,44 m dans le plan réalisé par le musée de la ville en 1992, et 37,85 sur 17 m dans le plan publié par Beltrán de Heredia (2001, 99). En fait, les mesures de Celles ont été faites dans une unité en usage au XIXe siècle (à savoir un « pied », correspondant à 27,86 cm) : cela, traduit en mètres, donne un temple de 34 sur 15,6 m. La figure 9 montre une comparaison entre les temples de Barcino (orientations A et B), Emerita Augusta et Évora. La différence de proportions entre les orientations A et B est flagrante.

Comparaison typologique entre les différents temples périptères hexastyles de la péninsule ibérique. Dessin de H.A. Orengo, adapté de Hauschild 1991 .


Temple de Diane, Augusta émérite - Histoire

C'est le seul édifice religieux qui reste sur son emplacement d'origine à Mérida. Il a été construit à la fin du Ier siècle av. et est une grande construction sur le Comitium Municipal. Il aurait donc dû être un modèle de luxe et de décoration. Ce temple était probablement consacré au culte de l'empereur Auguste, et non à Diane, comme le montrent les nombreux éléments sculpturaux retrouvés. Ils représentent des personnes de la famille impériale : le divin Empereur lui-même et le Génie du Sénat.

Le temple a un plan rectangulaire avec un portique hexastyle -à six colonnes-, entouré de nouvelles colonnes périptères. Ils ont un tronc cannelé , et sont couronnés par corinthien capitales. Ils ont été finis avec du stuc et peints avec une couleur de marbre rouge. Placé sur socle ou podium 3 m. haut, on pouvait y accéder par des escaliers qui n'ont pas survécu.

Il fait 40,70 m. long -y compris les escaliers d'accès- et 22 m. large.

C'était le centre d'une zone sacrée entourée d'un péribole ou d'un mur pour limiter l'espace extérieur de cette place.

Il aurait dû également exister une piscine et de nombreux canaux. Jointes au reste des vestiges, elles donnent une bonne idée de l'importance religieuse du temple.


Temple de Diane dans la colonie romaine d'Emerita Augusta (aujourd'hui Mérida)

Votre compte Easy-access (EZA) permet aux membres de votre organisation de télécharger du contenu pour les utilisations suivantes :

  • Essais
  • Échantillons
  • Matériaux composites
  • Dispositions
  • Coupes grossières
  • Modifications préliminaires

Elle remplace la licence composite en ligne standard pour les images fixes et les vidéos sur le site Web de Getty Images. Le compte EZA n'est pas une licence. Afin de finaliser votre projet avec le matériel que vous avez téléchargé depuis votre compte EZA, vous devez obtenir une licence. Sans licence, aucune autre utilisation ne peut être faite, telle que :

  • présentations de groupes de discussion
  • présentations externes
  • documents finaux distribués au sein de votre organisation
  • tout matériel distribué à l'extérieur de votre organisation
  • tout matériel distribué au public (comme la publicité, le marketing)

Étant donné que les collections sont continuellement mises à jour, Getty Images ne peut garantir qu'un élément particulier sera disponible jusqu'au moment de l'octroi de la licence. Veuillez examiner attentivement toutes les restrictions accompagnant le Contenu sous licence sur le site Web de Getty Images et contacter votre représentant Getty Images si vous avez une question à leur sujet. Votre compte EZA restera en place pendant un an. Votre représentant Getty Images discutera avec vous d'un renouvellement.

En cliquant sur le bouton Télécharger, vous acceptez la responsabilité d'utiliser du contenu non publié (y compris l'obtention des autorisations requises pour votre utilisation) et acceptez de vous conformer à toutes les restrictions.


Temple de Diane, Augusta émérite - Histoire

Au début de l'été, la ville de Mérida vous offre l'opportunité d'être témoin (ou, de préférence, acteur ou figurant) de scènes de la vie quotidienne dans le monde romain, en découvrant leur mode de vie en utilisant les décors originaux qui constitue la collection la mieux conservée et la plus complète de monuments archéologiques d'Hispanie : Emerita Augusta.

Cette activité nous fait revivre les grandes ruines de la vieille ville, ouvrir les monuments au public et les montrer de manière pédagogique et joyeuse. En ce sens, l'organisation s'occupe de tous les détails historiques intrigues, scènes, robes, objet, messages, senteurs, saveurs.

Emerita Lvdica (lvdi = jeux) prend ce nom afin de nous rappeler l'ambiance festive qui accompagnait les jeux de la capitale de la Lusitanie, attirant des gens de tout le pays. Des défis de gladiateurs sont relevés, des rites sont célébrés dans le temple de Diane, le Forum s'anime, recréant des scènes de la vie quotidienne d'Emerita Augusta, les légionnaires entrent par le pont romain de la ville, campant à ses portes, où ils font des exercices d'entraînement , et il y a une recréation continue de la vie quotidienne dans une ville romaine. Le programme comprend également des conférences, du théâtre, des lectures d'épreuves classiques… C'est un produit culturel agréable pour toute la famille qui ouvre la participation active du public avec l'attitude de profiter et de faire revivre l'histoire.

En outre, d'autres activités comme la Route Gastronomique Romaine Sentia Amarantis, ont lieu à l'époque. Les pubs de la ville sont décorés dans un style romain.

Cette activité est organisée par la mairie de Mérida avec l'aide du Consortium Monumental, du gouvernement régional, du musée romain et de l'administration provinciale.

XI édition : du 19 au 25 octobre 2020

Au début de l'été, la ville de Mérida vous offre l'opportunité d'être témoin (ou, de préférence, acteur ou figurant) de scènes de la vie quotidienne dans le monde romain, en découvrant leur mode de vie en utilisant les décors originaux qui constitue la collection la mieux conservée et la plus complète de monuments archéologiques d'Hispanie : Emerita Augusta.

Cette activité nous fait revivre les grandes ruines de la vieille ville, ouvrir les monuments au public et les montrer de manière pédagogique et joyeuse. En ce sens, l'organisation s'occupe de tous les détails historiques intrigues, scènes, robes, objet, messages, senteurs, saveurs.

Emerita Lvdica (lvdi = jeux) prend ce nom afin de nous rappeler l'ambiance festive qui accompagnait les jeux de la capitale de la Lusitanie, attirant des gens de tout le pays. Des défis de gladiateurs sont relevés, des rites sont célébrés dans le temple de Diane, le Forum s'anime, recréant des scènes de la vie quotidienne d'Emerita Augusta, les légionnaires entrent par le pont romain de la ville, campant à ses portes, où ils font des exercices d'entraînement , et il y a une recréation continue de la vie quotidienne dans une ville romaine. Le programme comprend également des conférences, du théâtre, des lectures d'épreuves classiques… C'est un produit culturel agréable pour toute la famille qui ouvre la participation active du public avec l'attitude de profiter et de faire revivre l'histoire.

En outre, d'autres activités comme La Route Gastronomique Romaine Sentia Amarantis, ont lieu à cette époque. Les pubs de la ville sont décorés dans un style romain.

Cette activité est organisée par la mairie de Mérida avec l'aide du Consortium Monumental, du gouvernement régional, du musée romain et de l'administration provinciale.


Mode Abejita

Une si belle tenue! Elle est si jolie et parfaite sur toi !

Hola linda, que maravilla de viaje y paisaje, tu tan guapa como siempre y tus leggins super chulos.

Oye cielo hay un concurso interesante por si te quieres animar. Info en el blog "pero no lo hace mi blog, yo solo hago parte del jurado, mas que nada es por si te quieres animar".

Rome est si belle, le temple est si bien conservé, une œuvre si étonnante
Ces leggings sont si jolis
Rester en contact
www.beingbeautifulandpretty.com

Bon, ce n'est pas Rome mais presque :P
Merci :)

Stvarno je impozantan hram. skoro bi mogao proći pod novogradnju :) Genijalne fotkice , a ti si šećer - šećer ondje! Tajice su stvarno super pogotovo za kombinacije kad želiš da ti bude udobno a da opet budeš élégant! :) Pusam

Pa da, prava novogradnja :) Hvala ti puuuno! :)

Hram je predivan, une tenue mi se mnogo sviđa. Pantalone izgledaju super!

Muy bonita ,la camiseta es preciosa ,y hermoso lugar . besos

Pantalon incroyable Tijuana! Ça te va bien!
XO
Jeanne
http://fashionmusingsdiary.blogspot.fr

tu es très belle!! belles photos et tenue

Cher, je voudrais dire que votre blog est génial! Et tout est incroyable ! J'aime ton design, tes photos et ton style ! Vos tenues méritent une attention particulière !)

sera heureux si vous trouvez une minute pour visiter mon blog)

Merci beaucoup pour votre gentil commentaire Diane. J'apprécie vraiment cela! :)

j'adore les lunettes de soleil ! :) Je suis le suivant*

Mon blog : http://mydeardreamers.blogspot.pt

Super izgledaš, comme su prelepe!

Bas si slatka i vesela u ovom postu! Svdija mi se tvoja kovrdzava kosa! Malo da skrenem misli od svega sto je bilo!

Estás guapísima me encantan los pantalones y la alegría que transmites en las fotos :3

Hola guapa !
Que pasada !!
Moi encantan los pantalones
Un besazo

Los pantalones me han encantado!! Muy guapa !! :)

Tu es absolument ravissante, chérie.
Tout le meilleur de la charmante Potsdam,

Merci beaucoup! :)
Salutations à Potsdam ! )

Ça te va bien! Ces leggings sont à la fois très confortables et élégants. Je suis d'accord avec toi, les vestes en jean vont avec tout. Très beau temple.

Merci très cher. Je suis content que ça te plaise et que nous soyons d'accord :)

J'adore ta tenue ! Et tu es si jolie ! X

Da, naravno da se sjećam tih cvjetnih pantalona, ​​super ti stoje.
Hram divno izgleda, a stvarno je zanimljivo koliko je zaista veliko bilo to staro Rimsko carstvo, u gotovo svim zemljama Europe,a i šire ostao je njihov pokoji hram. Moj boravak u Rimu je bio sve nešto na brzinu. voljela bi opet otići, jedna mi je bivša kolegica rekla da za Rim obići kako treba moraš mu posvetiti minimalno jedan tjedan (a ona je radila kao turistički vodič tamo pa valjda zna) a to tada mo--- posgraem ma ih se vidjeti i bez odlaska u Rim.

Da, baš! Dieu Gde da odeš tu je nešto rimsko, pa čak i u Aziji i Africi.
Ja sam bila u Rimu nekih 5 dana čini mi se što je dovoljno ako si non stop u pokretu :) Ali stvarno je nešto posebno i treba mu se posvetiti natenane :)


Mode Abejita

Je suis un amoureux de l'histoire et visiter de tels sites est ma passion. L'endroit où nous allons dans ma liste de visites. . Tu as de la chance d'avoir cette vue depuis le patio de ta belle-mère
Tu es jolie, j'adore ta cravate et tu meurs
Rester en contact
www.beingbeautifulandpretty.com

Sweety, alors l'Espagne est l'endroit parfait pour toi ! )
Je sais, je n'arrive toujours pas à y croire :D
Merci beaucoup! :)

DRaga moja Tijana, još nešto što nam je zajedničko ! Moj muž je iz Metkovića a u seocu pored- Vidu, nalaze se ostaci antičke Narone! Tako da i ja kada dieu sam tamo, uživan u tračku drevnih Rimljana. :) Ipak moram priznati, tvoje dvorište je malčice reprezentativnije nego moje, ali nije baš uvijek veličina bitna, zar ne!' :) :)
Divna mi je i kombinacija i fotkice! Volim kada imaš maramu u kosi, baš si mi preslatka ! Divan cardi i precool hlače. ma sva si mi če, če :) Pusam!

Pa ja ne mogu da verujem ! :) Mi definitivno moramo da se vidimo nekada, toooliko stvari je u pitanju )
Pa dobro, dvorište je daleko manje nego ovo prostranstvo na slikama, ali mene fascinira ta blizina :D
Hvala ti puno, uobraziću se od svih tvojih predivnih komentara :D )


Voir la vidéo: Emerita Augusta Mérida (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Merwyn

    mmm à droite.

  2. Medredydd

    Être en désaccord

  3. Manos

    Même ...

  4. Mustanen

    Je suis désolé, mais je pense que vous vous trompez. Écrivez-moi en MP, nous discuterons.

  5. Nekree

    Thème incomparable, il m'intéresse beaucoup :)

  6. Zach

    Il y a quelque chose dans ce domaine. Je vous suis reconnaissant pour votre aide dans cette affaire. Je ne le savais pas.

  7. Gerold

    Merci pour l'explication, moi aussi je trouve ça plus facilement, mieux...



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos