Nouveau

Hawker Sea Hurricane - Présentation

Hawker Sea Hurricane - Présentation


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Hawker Sea Hurricane - Présentation

Bien que le Hurricane n'ait pas été conçu comme un avion naval, le Sea Hurricane a servi la Fleet Air Arm dans trois rôles distincts : à terre, lancé par catapulte et basé sur un porte-avions. Le Sea Hurricane a comblé une lacune importante, fournissant à la marine un avion de chasse moderne à une époque où aucun autre modèle n'était disponible.

L'impulsion pour le développement du Sea Hurricane est venue en 1940. L'invasion allemande de la Norvège a démontré les limites de la puissance aérienne britannique à l'étranger, et en même temps a montré que le Hurricane standard pouvait atterrir sur le pont des grands porte-avions, à la fois quand convoyé vers la Norvège et pendant l'évacuation. Dans le même temps, la reddition de la Norvège et de la France a considérablement accru la menace du Fw 200 Condor, qui pouvait désormais errer presque à volonté à travers les approches occidentales, atteignant des zones bien en dehors de la portée de tous les chasseurs embarqués.

À l'été 1940, la Direction de la recherche et du développement (Air) s'est penchée sur la possibilité de lancer le Hurricane à partir de catapultes montées sur des navires marchands. En octobre, Hawkers a été approché pour voir s'il était possible d'installer l'équipement requis sur le Hurricane, et le 19 janvier 1941, une décision a été prise d'aller de l'avant avec le projet, qui produirait le Sea Hurricane Mk IA. Dans le même temps, Hawkers a commencé à travailler sur une version porteuse de l'avion, le Mk IB ou Hooked Hurricane.

Le Sea Hurricane IA, transporté sur des navires de combat catapulte ou sur des navires marchands d'avions de catapulte (CAM), est entré en service à l'été 1941. Il a été retiré de l'Atlantique en août 1942, mais est resté en service sur d'autres routes en 1943. Le porte-avions -né Mk IB est entré en service à la fin de 1941, pour être suivi au début de l'année suivante par le Mk IC armé de canons. L'IB a été le premier chasseur de haute performance à entrer en service Fleet Air Arm et a aidé à combler le vide avant l'arrivée d'avions plus modernes (principalement des avions américains, ainsi que le Seafire). Les Mk IB et Mk IC ont joué un rôle majeur dans la défense de l'opération Piédestal, le convoi maltais d'août 1942, mais peu de temps après, cela a commencé à être supprimé. La version majeure finale, le Mk IIC, est apparue juste au moment où le Sea Hurricane sortait du service de première ligne, mais a joué un rôle en Méditerranée.

À certains égards, le Sea Hurricane était plus adapté aux opérations de transport que le Seafire, étant un avion plus robuste et moins dangereux à atterrir, mais son manque relatif de vitesse signifiait qu'en 1942, les pilotes du Sea Hurricane avaient de plus en plus de mal à attraper leurs adversaires.

Variantes
Sea Hurricane Mk IA : lancement de catapulte uniquement, à utiliser sur les navires CAM
Sea Hurricane Mk IB : à utiliser sur les porte-avions, avec crochet d'arrêt et huit ailes de canon
Sea Hurricane Mk IC : Comme ci-dessus, mais avec quatre ailes de canon
Sea Hurricane Mk IIC : Conversion du Hurricane II, avec un moteur plus puissant
Sea Hurricane Mk XII : production canadienne.


Hawker Sea Hurricane - Introduction - Histoire

Remarque : Probablement l'un des plus célèbres de la famille des avions Hawker, le Hawker Hawker Hurricane mérite beaucoup plus d'espace et de détails que ce qui peut être offert sur cette page Web. intérêt via les différents groupes dédiés indiqués dans les listes ci-dessous.

&lsquoL'avion est simple et facile à piloter et n'a aucun vice apparent&rsquo.

Sammy Wroath, pilote d'essai de la RAF à Martlesham Heath en mars 1936.

Hawker Hurricane Mk.XXII (Z5140)

Hawker Hurricane Prototype (K5083)

Hawker Sea Hurricane le lancement d'un transporteur marchand

Hawker Hurricane Mk.IIc (PZ865) - Le dernier des nombreux

Test du kit : Hawker Hurricane Mk.I (aile en tissu)

À la demande générale (enfin, quelqu'un l'a demandé) voici ma deuxième revue de kit de modèle, cette fois du récent Hawker Hurricane d'Airfix.

Hawker Hurricane Mk.I
Airfix A01010 - "Fabric Wing Late - 85 Squadron RAF, Battle of France" - Première édition 2013
Airfix A02067 - "Fabric Wing Early - 111 Squadron RAF, 1938 / 2/I/2 Aé Belgique, 1940" - Première édition 2013
Airfix A55111 - "Fabric Wing Late - 615 Squadron RAF, Battle of Britain" - Première édition 2014

Pour ceux qui souhaitent lire tous les détails sur le Hawker Hurricane et son historique de service, il y a toujours Wikipédia et toute une série de sites Web spécialisés dans l'aviation, voici donc un historique concis :

Le Hawker Hurricane a été conçu par Sydney Camm (1893-1966), un brillant concepteur qui a conçu un grand nombre d'avions militaires, allant du chasseur biplan Hawker Fury de 1931, au P.1127 de 1960, le prototype du Harrier/Sea La famille Harrier 'jump jet'.

Le Hurricane était destiné à remplacer les modèles de chasseurs biplans obsolètes qui servaient dans la Royal Air Force au milieu des années 1930. Alors qu'il était «moderne» dans le sens où il s'agissait d'un chasseur monoplan avec un cockpit fermé et un train d'atterrissage rétractable, il est resté une conception très conservatrice, étant construit autour d'un cadre en treillis métallique avec un squelette en bois supportant une peau en tissu, très semblable au biplans avant lui. Il a volé pour la première fois le 6 novembre 1935, mais n'est entré en service qu'en décembre 1937 en raison de problèmes avec son moteur Rolls Royce Merlin, alors encore un nouveau design. Même après son entrée en service, des améliorations ont été apportées à la conception d'origine. À partir du 61e, une virure ventrale a été ajoutée pour faciliter la récupération de la vrille. . Les avions antérieurs ont été progressivement modernisés avec ces améliorations ultérieures.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Hurricane était encore un chasseur capable, et bien que sa construction lourde et sa robustesse lui permettaient de survivre à des dommages considérables au combat, il était plus lent que le Spitfire ainsi que son ennemi juré, le Messerschmitt Bf 109. L'introduction du Focke-Wulf Fw 190 vers la fin de 1941 a mis fin à la carrière effective du Hurricane en tant que combattant sur le front occidental, mais il a ensuite vu une deuxième carrière en tant que chasseur-bombardier non seulement à l'Ouest, mais aussi au-dessus de l'Afrique Désert, le front de l'Est et l'Asie du Sud-Est, voyant ses canons d'origine remplacés par des canons dans les marques ultérieures.

Entre 1938 et 1944, 14583 Hurricanes seront construits par Hawker, ainsi que sous licence par Gloster, la Canadian Car & Foundry Company et l'Austin Motor Company. Les ouragans ont été livrés à de nombreuses forces aériennes avant, pendant et après la guerre. Le Hawker Hurricane est resté en service de première ligne jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les derniers Hurricanes ont été retirés du service par l'armée de l'air portugaise en 1954, bien que la Royal Air Force conserve à ce jour deux Hurricanes en état de navigabilité pour la bataille d'Angleterre. Vol commémoratif.

Étonnamment, c'est la sixième fois qu'Airfix publie un modèle 1/72 du Hawker Hurricane, les cinq fois précédentes étant 1957 (Hurricane Mk.IV, commercialisé de 1957 à 1977) 1972 (Hurricane Mk.I/IIB/IV, commercialisé en 1972 à 2007) 1978 (Hawker Hurricane Mk.I, commercialisé de 1978 à 2012) 2010 (Hawker Hurricane/Sea Hurricane Mk.IIC, commercialisé de 2010 à 2013) et 2013 (Hawker Hurricane Mk.IIB, commercialisé en 2013)

Alors, que contient le kit ?

Le kit « de base », A01010, et le kit de démarrage, A55111, contiennent 5 grappes de 52 pièces dont 6 pièces transparentes, avec un certain nombre de pièces pour les variantes de kit en option. Ceux-ci comprennent deux ensembles différents de pare-brise, dont un pour la variante de production initiale qui n'est pas utilisée dans ce cas. Le kit comprend également des pièces pour modéliser un Hurricane avec un train d'atterrissage sorti ou rétracté, et a des trous couverts qui nécessitent une ouverture pour le montage sur un présentoir Airfix, mais le support lui-même n'est pas inclus dans le kit.

Le montage commence par l'assemblage de l'aile, qui comprend une baie de train principal assez détaillée. Il passe ensuite à l'assemblage du poste de pilotage et des moitiés de fuselage. Le poste de pilotage se compose de la plaque de blindage arrière, du siège, du pilote en option, du tableau de bord et d'une colonne de commande et de commandes de gouvernail - ces dernières étant fixées au sommet de la section médiane. Après l'assemblage des moitiés de fuselage et leur montage sur l'aile, le bas du fuselage arrière est ajouté, ainsi que les surfaces de queue horizontales et le gouvernail. Après avoir ajouté l'admission d'air, le radiateur et la roue de queue, le train d'atterrissage sorti ou rétracté est ajouté. Les dernières étapes couvrent le tube de Pitot sous l'aile, l'antenne supérieure du fuselage, l'hélice, les pots d'échappement, les phares d'atterrissage et la verrière du cockpit.

Le kit A02067 légèrement plus cher d'Airfix ajoute une sixième grappe avec 11 pièces supplémentaires pour deux variantes : la variante de production initiale sans la virure de queue inférieure et une variante de production ultérieure, toutes deux avec la première hélice Watts à deux pales. Cette carotte contient une moitié inférieure de fuselage arrière alternative et une roue de queue correspondante et un gouvernail plus court la première plaque de blindage du siège deux types différents de tubes de Pitot le premier moteur épuise une antenne radio de style ancien et deux pièces pour l'hélice Watts.

Les marquages ​​sont les suivants :
A01010 : Deux Hawker Hurricane Mk.Is (VY-C & VY-G) du 85e Escadron du Corps expéditionnaire britannique à l'aérodrome de Lesquin, Lille, pendant la bataille d'Angleterre en mai/juin 1940.
A55111 : Hawker Hurricane Mk.I L1592 (KW-Z) du 615e Escadron à RAF Kenley, Royaume-Uni, pendant la bataille d'Angleterre en août 1940. L1592 a été endommagé en combat aérien le 18 août 1940 et retiré du front, il est maintenant conservé au Science Museum de Londres
A02067 : Deux Hawker Hurricane Mk.I : L1584 du 111e Escadron, Royal Air Force, le 38e Hurricane de production construit, comme on le voit lors de l'exposition aérienne du jour de la Bastille à Paris, France le 14 juillet 1938 et :
H22 (anciennement L1920) de l'Escadron 2/I/2 de l'Aviation Militaire Belge basé à l'aérodrome de Schaffen, Belgique, à un moment donné entre sa livraison le 18 mai 1939 et sa destruction le 10 mai 1940.

Un modèle décent, bon marché et facile à construire de la première incarnation du Hawker Hurricane.

Quels sont les points forts du kit ?

Un cockpit et une baie de train d'atterrissage bien détaillés, de bons détails de radiateur (souvent un point faible sur les modèles Hurricane), de bons détails de surface de tissu, des lignes en retrait agréables et nettes. Relativement facile à construire. Un joli modèle d'une variante par ailleurs rare du Hawker Hurricane.

Quels sont les points faibles du kit

Marques d'enfoncement dans la baie du train d'atterrissage (facile à réparer), roues à quatre rayons incorrectes (les Hurricanes à ailes en tissu avaient des roues à cinq rayons), la verrière ne peut pas être modélisée en position ouverte, manque de détails sur le tableau de bord, manque de viseur de canon à réflecteur , ou le viseur antérieur du pistolet à billes et à billes. Volets et gouvernes non modélisés séparément (sauf pour le gouvernail).

Le kit "Basic" A01010 est disponible sur le site Airfix au prix de ٤.99/$8.99
Le "kit de démarrage" A55111 est disponible sur le site Web d'Airfix au prix de ٧,99/12,99 $
Le kit A02067 n'est actuellement plus en stock sur le site Web d'Airfix, mais devrait coûter ٧,99/12,99 $


Hawker Sea Hurricane - Introduction - Histoire

Utilisez des espaces pour séparer les tags. Utilisez des guillemets simples (') pour les phrases.

Aperçu

Lorsque le chef-d'œuvre de Sidney Camm, le Hawker Hurricane, est entré en service dans la RAF à la fin de 1937, il est rapidement devenu l'un des avions les plus importants de l'arsenal militaire britannique, en particulier au cours des trois premières années de la Seconde Guerre mondiale. Ce titre couvre l'histoire de cette conception emblématique, du prototype et de l'entrée des variantes de production initiales au service de la RAF, en passant par son développement et son utilisation, d'abord comme chasseur de jour, puis comme chasseur de nuit, intrus, chasseur-bombardier, catapulte -un chasseur lancé, puis basé sur un porte-avions, et finalement une machine d'attaque au sol dédiée. 

L'ouragan a servi sur tous les théâtres de guerre, de la Norvège et de la France, la bataille d'Angleterre, la défense de Malte, les campagnes dans le désert occidental et la Méditerranée, sur le front russe et en Extrême-Orient où il a vu service jusqu'à la fin des hostilités. Divisé en trois sections principales, ce volume offre une histoire concise mais informative du développement, de la carrière opérationnelle et des améliorations de conception de l'ouragan, y compris de nombreuses photographies contemporaines avec des légendes détaillées une couleur de 16 pages section d'illustration comportant 48 avions séparés (en profils et 2 vues) et enfin une section préparée par ce doyen bien connu et établi des modélistes, Tony O'Toole, répertoriant et illustrant les kits de modèles en plastique produits de l'ouragan à toutes les échelles . 

Comme avec les autres livres de la série Flight Craft, bien que publiés principalement avec le modélisateur d'avions à l'échelle, on espère que les lecteurs qui pourraient peut-être se décrire comme des modélisateurs 'occasionnels' et ndash s'ils modélisent effectivement à tous &ndash peuvent également trouver que ce travail coloré et informatif offre quelque chose pour provoquer également leurs intérêts.


Hawker Sea Hurricane - Introduction - Histoire

Hawker Hurricane

Données à jour au 26 mai 2021.

(Photo d'archives de la Ville de Vancouver, AM640-S1- : CVA 260-1023)

Hawker Hurricane Mk. I, ARC (numéro de série 314), Vancouver (Colombie-Britannique), 1939.

Les Hawker Hurricane est un avion de chasse monoplace des années 1930-1940 qui a été conçu et principalement construit par Hawker Aircraft Ltd. pour servir dans la Royal Air Force (RAF). L'Hurricane s'est développé à travers plusieurs versions, en tant que bombardiers-intercepteurs, chasseurs-bombardiers et avions d'appui au sol en plus des combattants. Les versions conçues pour la Marine étaient connues sous le nom de Ouragan de mer , avec des modifications permettant leur exploitation à partir de navires. Certains ont été convertis pour être utilisés comme escortes de convois lancés par catapulte. À la fin de la production en juillet 1944, 14 487 Hurricanes avaient été achevés en Grande-Bretagne et au Canada.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3222815)

De gauche à droite, David Boyd, Brian Sheaver, Elsie MacGill et Mary Boyd regardent le vol d'un avion Hawker Hurricane sur le terrain d'aviation de la Canadian Car and Foundry Co. en 1941.

L'un des principaux fabricants du Hurricane était Canadian Car and Foundry dans son usine de Fort William (maintenant Thunder Bay), en Ontario. L'ingénieure en chef de l'installation, Elsie MacGill , est devenue la « reine des ouragans ». L'initiative a été menée commercialement plutôt que gouvernementale, mais a été approuvée par le gouvernement britannique Hawker, ayant reconnu qu'un conflit majeur était presque inévitable après la crise de Munich de 1938, a élaboré des plans préliminaires pour étendre la production de Hurricane via une nouvelle usine au Canada. En vertu de ce plan, des échantillons, des modèles d'avions et un ensemble complet de documents de conception stockés sur microfilm ont été expédiés au Canada. L'ARC a commandé 20 Hurricanes pour équiper un escadron de chasse et deux autres ont été fournis à Canadian Car and Foundry comme modèles d'avions, mais un n'est pas arrivé. Le premier Hurricane construit par Canadian Car and Foundry a été officiellement produit en février 1940. Par conséquent, des Hurricanes construits au Canada ont été expédiés en Grande-Bretagne pour participer à des événements tels que la bataille d'Angleterre. Canadian Car and Foundry (CCF) était responsable de la production de 1 451 Hurricane. (Wikipédia)

Hurricanes construits au Canada

L'ouragan Mk. X variante construite par CCF. Un total de 1 025 Mk. Les cellules II ont été fabriquées pour la Hollande (1), la RAF (624) et l'ARC (400), entre juillet 1941 et mai 1943. Le Mk. La désignation X a été utilisée par la RAF pour le Mk construit par le CCF. I mais il est généralement défini comme Mk. Cellules II équipées d'un moteur Merlin 28. Environ les deux tiers du CCF construit Mk. Les cellules II expédiées en Grande-Bretagne l'ont fait sans moteur, le reste étant équipé de Merlin 28 au Canada, mais le moteur a été presque automatiquement retiré à l'arrivée et un Merlin XX a été installé à la place et l'avion appelé Mk. II par la RAF. Mis à part quelques vols d'essai au Canada et en Angleterre, aucun Hurricane n'a volé propulsé par un Merlin 28. Le Canada n'a également importé que 285 Merlin 28 pour Hurricane, qui ont tous été expédiés en Grande-Bretagne en tant que moteur séparé ou attachés à un Hurricane. L'ouragan Mk. XI variante de construction canadienne. Désignation utilisée pour 150 aéronefs du RCAF Mk. XII commande envoyée à la Grande-Bretagne, ces avions ont eu leur Merlin 29 retiré et ont été soit expédiés sans moteur, soit équipés d'un Merlin 28. Equipés de Merlin XX à leur arrivée en Grande-Bretagne et appelés Mk. II par la RAF. L'ouragan Mk. XII variante de construction canadienne. Chasseur monoplace et chasseur-bombardier. Propulsé par un Packard Merlin 29 de 1 300 ch (969 kW). Initialement armé de 12 mitrailleuses de 0,303 po (7,7 mm), mais il a ensuite été remplacé par quatre canons de 20 mm (0,79 po). L'ouragan Mk. XIIA variante de construction canadienne. Chasseur monoplace et chasseur-bombardier. Une commande de 400 Mk. Cellules II de l'ARC propulsées par un Packard Merlin 29 de 1 300 ch (970 kW), armés de huit mitrailleuses de 0,303 in (7,7 mm), production à partir de juin 1942. 150 envoyés en Grande-Bretagne en 1943, soit sans moteur, soit équipés d'un Merlin 28 Egalement un lot de 30 commandes RAF Mk. Les cellules II conservées au Canada à la fin de 1941 et initialement équipées de Merlin III sont devenues Mk. XII quand plus tard équipé de Merlin 29. Hurricane standard de Hollande. Variante de construction canadienne. La cellule série AM270 de la RAF a été achevée vers début mars 1942 selon les normes néerlandaises, y compris le Merlin, les instruments et le viseur des armes à feu de construction américaine, en tant que prototype d'une commande pour les Indes orientales néerlandaises (KM/KNIL). Compte tenu de la série néerlandaise HC3-287, son sort ultérieur n'est pas clair au-delà de son utilisation par le CCF pour des vols d'essai. L'AM270 a également été utilisé par la RAF pour un Catalina Consolidated San Diego, créant un niveau de confusion supplémentaire.

Hawker Hurricane Mk. je (50), (numéros de série 310-329, 1351-1380), Mk. IIC (1), (N° de série A274 (ex HV961), Mk. XII (401), (numéros de série 5376-5775, 9426), Mk. XIIA (50), (V7402, BW835-BW884), Ouragan de mer (1), (Série R4177), pour un total de 503 avions.

Les premiers Hawker Hurricane exploités par les Britanniques de l'ARC ont construit le Mk. Est construit avec une aile en tissu et a volé avec une hélice à deux pales de l'ARC (numéros de série 310 à 329). Un Hurricane Mk de construction britannique. I (numéro de série L1848) a été fourni à Canadian Car & Foundry (CC&F) en tant qu'avion modèle pour la production. Les premiers Hurricane produits pour l'ARC par CC&F étaient le Hurricane Mk. Xs. Il s'agissait essentiellement de Hurricane Mk de construction canadienne. Est avec des accessoires Fairey Battle coupés sans toupies, des ailes à huit canons et aucun bouclier anti-éblouissant. Ils portaient l'ARC (numéros de série 1351 à 1380).

Escadrons Hurricane de l'ARC dans l'établissement de guerre du Canada pendant la Seconde Guerre mondiale

Au début de la Seconde Guerre mondiale, le Canada ne disposait que d'une poignée de biplans Siskin et Atlas obsolètes d'après la Première Guerre mondiale pour la défense aérienne.L'ARC a tenté de combler le vide avec des chasseurs Grumman Goblin et Curtiss Kittyhawk jusqu'à ce que l'industrie canadienne puisse commencer à produire le Hurricane construit sous licence de Hawker en Angleterre. La Canadian Car and Foundry Company, à Fort William en Ontario (maintenant Thunder Bay) a fait voler le premier Hurricane construit au Canada le 9 janvier 1940. Il différait du Mk. I Hurricane en ayant un moteur Merlin construit par Packard.

La production d'ouragans au Canada s'est accélérée rapidement après la production initiale de Mk. Est. L'introduction du moteur Merlin 28 construit par Packard a apporté un changement de désignation à Hurricane Mk. X, qui était similaire au Mk. IIB avec huit mitrailleuses. L'ouragan Mk. XI, qui a suivi, a été le premier construit spécifiquement pour les besoins de l'ARC. La version de production majeure, le Hurricane Mk. XII avec le moteur Merlin 29 construit par Packard, avait une aile de 12 canons. Cependant, la production ultérieure Mk. Les XII étaient équipés de quatre canons et d'une aile universelle. Le Mk. XIIA Hurricane était identique au Mk. XII à l'exception d'avoir une aile de huit canons.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, en réponse au potentiel allemand de mener des attaques aériennes contre le Canada avec des Focke-Wulf Fw 200 Condors à longue portée et des avions lancés depuis le porte-avions converti Graf Zepplin, l'ARC a établi un réseau de défense aérienne pour protéger les approches aériennes de l'Est du Canada et le port stratégique d'Halifax. Les premiers Hurricane de construction britannique sont apparus à la base de l'ARC à Dartmouth en novembre 1939 avec l'arrivée du 1 er Escadron. L'escadron a été transféré en Angleterre en juin 1940, où il a été le seul escadron canadien à participer à l'historique bataille d'Angleterre. L'escadron a par la suite été renuméroté 401e Escadron et est devenu l'escadron le plus performant de l'ARC au cours de la Seconde Guerre mondiale.

La plupart des escadrons de chasse de l'Établissement de guerre intérieure du Canada étaient équipés de Hurricanes de fabrication canadienne. Les escadrons nos 126, 127 et 129 Hurricane du Eastern Air Command (EAC) ont été formés à la base de l'ARC de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, à l'été 1942. Le 130e Escadron a été formé à Mont Joli, au Québec, à l'été 1942. Tous ces escadrons ont assuré la défense aérienne de la côte Est, en particulier du port stratégique d'Halifax. Ces six escadrons Hurricane ont été dissous à la fin de la guerre. (Musée de l'aviation de Shearwater)

Le Commandement aérien de l'Est (EAC) a été chargé de coordonner la défense aérienne dans la région de l'Atlantique. Le Dominion de Terre-Neuve – qui ne fait pas encore partie du Canada – a été placé sous protection militaire canadienne de sorte que le territoire de l'EAC comprenait l'Est du Québec, le Labrador, Terre-Neuve, le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard. Le quartier général de l'EAC était situé à Halifax, à côté de celui de la Marine royale canadienne (MRC), puisque la protection maritime implique une étroite collaboration entre la marine et la force aérienne. Un réseau de bases aériennes se développe rapidement : Halifax, Dartmouth, Yarmouth, Sydney, Gander, Torbay, Bagotville. Des bases d'hydravions ont été construites à Gaspé, Shelburne et Botwood. Les chasseurs de la côte Est ont servi aux côtés des bombardiers des escadrons nos 5, 10, 11 et 113 (Bomber-Reconnaissance), et nos 117 (BR) et 162 (BR) qui ont décollé d'Islande sous le commandement côtier britannique.

Sur la côte ouest, l'ARC a établi le Western Air Command (WAC) le 1er mars 1938 et a commencé à construire des installations pour soutenir une force aérienne basée sur la côte du Pacifique. Les escadrons nos 132, 133 et 135 du Western Air Command (WAC) ont été formés à Patricia Bay, en Colombie-Britannique, et l'escadron n° 163 a été formé à Sea Island, en Colombie-Britannique. Les escadrons affectés à la protection du secteur nord forment le groupe no 4, dont le quartier général est à Prince-Rupert. Le QG du groupe no 2 à Jericho Bay (Vancouver) était en charge du secteur sud de la côte de la Colombie-Britannique. Les chasseurs de la côte ouest ont servi aux côtés des bombardiers des escadrons nos 8, 115 et 149 de l'ARC.

125 Escadron (de chasse), ARC, a été formé le 20 avril 1942 à la base de l'ARC à Sydney, en Nouvelle-Écosse, dans le cadre du Eastern Air Command, aux commandes de Hawker Hurricanes. il a été renuméroté 441e Escadron de chasse lorsqu'il a été transféré outre-mer à la station RAF de Digby, Lincolnshire, Angleterre, le 8 février 1944. Il a été affecté aux aérodromes d'Angleterre, de France et de Belgique tout au long de la Seconde Guerre mondiale, pilotant le Supermarine Spitfire. Lorsque l'escadron retourna en Angleterre, il fut dissous le 7 août 1945.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 4982739)

Hawker Sea Hurricane Mk. XIIA (Serial No. BW850), codé BV-T, No. 126 (Fighter) Squadron, RCAF, patrouillant depuis sa base de Dartmouth, Nouvelle-Écosse, le 9 août 1942. Cet Hurricane a été converti en Mk. Version XIIA par Canadian Car and Foundry (CCF). Cet avion conserve son aile à huit canons et le crochet de queue

126 Escadron (de chasse), ARC, formé le 27 avril 1942 à la base de l'ARC à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, dans le cadre du Eastern Air Command, pilotant des Hawker Hurricanes. Surnommé le Lanciers volants, l'escadron a été employé à la défense aérienne de la côte est jusqu'à sa dissolution le 31 mai 1945. Le code d'unité de l'escadron n°126 était BV, avec l'ouragan Mk. XIIA (avril 1942 - décembre 1942), numéros de série BW835 F, BW844 O, BW852 J, BW853 L, BW854 X, BW855 E, BW867 Z, BW882 H et Hurricane Mk. XII (déc. 1942 - mai 1945), numéros de série 5430 L, 5476 B, 5489 D, 5489 E, 5496 X, 5640 G, 5653 F, 5664 N, 5665 M, 5668 H, 5672 Z, 5699 P, 5700 T , 5709 V, 5712 R, 5717 S. Victimes : Opérationnelles : 2 avions, 2 pilotes tués. Non opérationnel : 7 avions, 4 pilotes tués, 1 aviateur décédé.

(Photo de François Dutil)

Hawker Sea Hurricane (numéro de série BW837), 127e Escadron, ARC, Pennfield Ridge, Nouveau-Brunswick, 1942.

Bien que le Sea Hurricane n'ait jamais servi dans la Marine royale du Canada, il était, ironiquement, exploité par l'Aviation royale du Canada. À la fin de 1941, l'ARC s'est retrouvée sans chasseurs de première ligne, ayant envoyé ses premiers Hawker Hurricane au Royaume-Uni avec le 1 (Fighter) Squadron, RCAF, et avait du mal à se procurer des chasseurs supplémentaires pour répondre à ses besoins. Pour des raisons encore un peu obscures, l'ARC a reçu 50 Sea Hurricane en 1942. On suppose que ces appareils, construits à Thunder Bay, en Ontario par Canadian Car and Foundry, devaient être utilisés dans le cadre de la Fleet Air Arm (FAA) Unité de combat de navires marchands (MSFU) basée au Canada, mais ont été détournés vers l'ARC. Ces Sea Hurricanes étaient essentiellement des Hurricane Mk. I avec un crochet de queue, des bobines de catapulte, une toupie courte et émoussée de Havilland et une aile de huit canons. (Jim Bates)

(Photo de Carl Vincent via Jim Bates)

Hawker Sea Hurricane (numéro de série BW866) dans la neige. Cet ouragan était exploité par le Dartmouth Maintenance Pool en Nouvelle-Écosse. Ils ont reçu les codes 1 et 2 en 1942.

Les Sea Hurricane portaient les numéros de série BW835 à BW884 et sont entrés en service dans l'ARC avec les crochets conservés, la ROYAL NAVY peinte sur le fuselage et peinte dans le schéma Fleet Air Arm de Extra Dark Sea Grey et Dark Slate Gray over Sky.

Bien que les preuves photographiques soient rares, il semble que certains aéronefs aient eu leurs crochets de queue retirés pendant leur service dans l'ARC ou que certains des aéronefs étaient des Hurricanes MSFU sans crochets de queue. La plupart des Sea Hurricane ont passé leur temps à quitter Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, avec l'effectif du 126e Escadron (F). (Curieusement, le 118e Escadron (F) était fortement impliqué dans les Sea Hurricanes à l'époque, même s'il ne s'agissait pas d'un escadron Hurricane. L'unité a volé à la fois avec des Sea Hurricanes de l'ARC et des avions MSFU et semble avoir accepté de nombreux Sea Hurricane de l'ARC du fabricant.) En 1943, les survivants du Sea Hurricane ont été retournés à Canadian Car and Foundry et améliorés au Hurricane Mk. Statut XIIa. Cela impliquait l'installation de moteurs Packard Merlin fabriqués aux États-Unis et l'extension de fuselage connexe, le retrait des crochets de queue et une repeinture dans le schéma standard de l'ouragan de l'ARC de Dark Earth et Dark Green over Sky. Après leur remise en service, la plupart de ces Hurricane ont été affectés à la 1 unité d'entraînement opérationnel (OTU) à Bagotville, au Québec, à des fins d'entraînement. (Jim Bates)

127e Escadron, ARC, formé en juillet 1942 à la base de l'ARC à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, dans le cadre du Commandement aérien de l'Est. Il a opéré le long de la côte est du Canada (y compris l'ARC à Gander à Terre-Neuve) aux commandes de Hawker Hurricane jusqu'à la fin de 1943, date à laquelle il a été sélectionné pour le service outre-mer. Arrivé en Grande-Bretagne le 8 février 1944, il fut rebaptisé No. 443 Squadron à Bournemouth et fut bientôt basé à RAF Digby, Lincolnshire, avec les No. 441 et 442 Squadrons en tant qu'escadrons Article XV sous contrôle de la RAF.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3592489)

Des fantassins du Lincoln and Welland Regiment, qui voyagent dans un Universal Carrier, discutent avec le F/O O.K. Morgan, qui se tient devant un Hawker Hurricane Mk. XII avec le 127e Escadron (de chasse), RCAF, Gander, Terre-Neuve, mai 1943. Ce Hurricane est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissants et d'une aile de douze canons.

(Photo de l'escadron 443)

Travailler sur Supermarine Spitfire Mk. Vs de RAF Westhampnett, l'escadron a reçu Spitfire Mk. IXs le mois suivant quand un déménagement a été fait à Holmesley South pour former la 144 Wing, RAF, 2nd Tactical Air Force, et l'escadron est devenu opérationnel. Les premières sorties étaient des escortes de bombardiers et jusqu'à l'invasion en juin, l'escadron a effectué des missions de pénétration en profondeur à l'aide de réservoirs largables de 90 gallons. Pendant les débarquements eux-mêmes, l'escadron a fourni une couverture de chasse de bas niveau et le 15 juin 1944, il s'est déplacé en France, où il a servi dans le rôle de soutien rapproché et de reconnaissance armée. Il est devenu fortement impliqué dans les sorties d'attaque au sol et a continué à avancer après l'avance alliée à travers la Belgique et aux Pays-Bas pour maintenir son soutien aérien rapproché des forces terrestres. De retour à la RAF Warmwell pour un cours de tir aérien, l'escadron a raté l'attaque du Nouvel An de la Luftwaffe sur les aérodromes alliés. Contrairement à ses deux autres escadrons, il ne retourne pas en Grande-Bretagne, mais reste sur le continent, suite à l'avancée des armées alliées en Allemagne équipées du Spitfire Mk. XVI. À la fin de la guerre, l'escadron a rejoint les forces aériennes britanniques d'occupation jusqu'à sa dissolution à Uetersen le 15 mars 1946.

(Photo de Collingwood avec l'aimable autorisation de Stuart Collingwood)

Hawker Hurricane Mk. IIs codés 1-R et 2-T en formation, escadron no 128 (de chasse) en route vers Gander, Terre-Neuve, en 1942.

No. 128 (Chasse) Escadron, RCAF, formé le 7 juin 1942 à la base RCAF de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, dans le cadre du Eastern Air Command. Il a opéré le long de la côte est du Canada avec des Hawker Hurricanes jusqu'à sa dissolution le 30 septembre 1944.

(Bibliothèque et Archives Canada Photo, 3224384)

Hawker Hurricane Mk. VII paire, 129e Escadron (de chasse), ARC, mai 1943.

(Bibliothèque et Archives Canada Photo, 3224859)

Hawker Hurricane Mk. VII paire, 129e Escadron (de chasse), ARC, mai 1943.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, 3224383)

Hawker Hurricane Mk. VII, No. 129 (Fighter) Squadron, RCAF, avec un Douglas Boston du RAF Ferry Command en arrière-plan, mai 1943.

(Bibliothèque et Archives Canada Photo, 3224385)

Hawker Hurricane Mk. VII paire, 129e Escadron (de chasse), ARC, mai 1943.

(Bibliothèque et Archives Canada Photo, 3224386)

Hawker Hurricane Mk. VII paire, 129e Escadron (de chasse), ARC, mai 1943.

129e Escadron (de chasse), ARC, formé le 28 août 1942 à la base de l'ARC à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, dans le cadre du Eastern Air Command. Il a opéré le long de la côte est du Canada, pilotant des Hawker Hurricanes jusqu'à sa dissolution le 15 mars 1944.

Deux escadrons équipés de Hawker Hurricane avaient des détachements à Goose Bay, au Labrador, le 129e Escadron 'Micmac' (Fighter) (8 avril 1943 au 15 octobre 1943) qui a été remplacé par le 130 'Panther' (Fighter) Squadron ( 26 octobre 1943 au 15 mars 1944).

No. 130 (Chasse) Escadron, RCAF, formé le 1er mai 1942 à l'ARC Mont Joli, au Québec, dans le cadre du Commandement aérien de l'Est. Il a opéré le long de la côte est du Canada avec des Hawker Hurricanes jusqu'à sa dissolution le 15 mars 1944.

Escadron 132 (de chasse) de l'ARC, formé le 14 avril 1942 à la base de l'ARC Patricia Bay, en Colombie-Britannique, dans le cadre du Western Air Command. Il est dissous le 30 septembre 1944.

No 133 (Escadron de chasse), ARC, formé le 3 juin 1942 à la base RCAF Patricia Bay, en Colombie-Britannique, dans le cadre du Western Air Command. Il a été dissous le 10 septembre 1945.

(Photo de l'ARC via Chris Charland)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF (numéro de série 5414), centre-ville d'Edmonton, Alberta, 1945.

(Photo collection DesMazes)

Photo prise à Lethbridge, en Alberta, à la fin de 1942 et au début de 1943. Cet avion était l'un des Hawker Hurricane du 133e Escadron de chasse qui a effectué un voyage historique à Boundary Bay, en Colombie-Britannique, en février 1943. Boundary Bay avait été rebaptisé Home La station de défense de guerre et n° 133 a été chargée de protéger l'espace aérien de la région du Grand Vancouver contre une éventuelle attaque des forces japonaises. L'escadron a fait le voyage sans escale de Lethbridge.

Escadron 135 (de chasse), ARC, formé le 15 juin 1942 à Mossbank, en Saskatchewan. Il a piloté le Hawker Hurricane Mk. XII et Curtiss Kittyhawk Mk. IV sur la défense de la côte ouest jusqu'à sa dissolution à Patricia Bay, en Colombie-Britannique, le 10 septembre 1945.

163e Escadron (de chasse), ARC, autorisé en tant que No.163 (Army Co-Operation) Squadron à la station de l'ARC Sea Island, à Vancouver, en Colombie-Britannique, le 1er mars 1943. L'escadron a piloté le Bristol Bolingbroke Mk. Avion IV dans le cadre du Western Air Command sur le travail photographique de la côte ouest. L'escadron a également piloté le North American Harvard Mk. II en formation d'appui aérien rapproché pour les troupes canadiennes à Wainwright, en Alberta. Il s'est converti en Hawker Hurricane Mk. XII en juin 1943. Le 14 octobre 1943, l'escadron fut rebaptisé No. 163 (Fighter) Squadron et fut rééquipé du Curtiss Kittyhawk Mk. Moi et Mk. III. L'escadron a été employé à la défense aérienne de la côte ouest jusqu'à sa dissolution le 15 mars 1944.

Le 414e Escadron a été affecté au commandement de la coopération de l'Armée en 1941 et le 430e Escadron au début de 1943. Ils étaient équipés de Curtiss Tomahawks, et plus tard de Mustang nord-américains. Les trois escadrons de coopération de l'armée de l'ARC ont été affectés à la 2e force aérienne tactique et ont participé à la défense aérienne de la Grande-Bretagne entre 1941 et 1943.

Le rôle du Fighter Command était de protéger la Grande-Bretagne en interceptant les intrus ennemis. Le Chain Home, une série de stations radar construites le long de la côte et un vaste réseau d'observateurs et de contrôleurs au sol ont fourni une alerte précoce de l'approche d'avions. Cela a permis à la RAF de détecter les bombardiers et les chasseurs ennemis et de diriger les escadrons de chasse pour les intercepter. Ce système basé sur la détection et l'interception a démontré son efficacité lors de la bataille d'Angleterre (juillet-octobre 1940).

Pendant la bataille d'Angleterre, les pilotes du Fighter Command ont piloté des Hawker Hurricanes et des Supermarine Spitfires. Ces avions se sont comportés de manière exceptionnelle contre les bombardiers de la Luftwaffe (Heinkel He 111, Dornier Do 17, Messerschmitt Bf 110 et Junkers Ju 88). L'Hurricane, cependant, n'était pas à la hauteur du chasseur Messerschmitt Bf 109 qui était plus rapide, plus flexible et capable d'atteindre des altitudes plus élevées. Le Bf 109 était également un ennemi redoutable pour le Spitfire Mk. II que la RAF utilisait dès juillet 1940. Les pilotes de chasse alliés devaient être extrêmement habiles pour utiliser au mieux leur maniabilité lors de ces affrontements impitoyables avec la Luftwaffe.

(Photo d'archives de la Ville de Vancouver, AM640-S1- : CVA 260-1020)

Hawker Hurricane Mk. I, ARC (numéro de série 314), Vancouver (Colombie-Britannique), 1939.

(Photo d'archives de la Ville de Vancouver, AM640-S1- : CVA 260-1019)

Hawker Hurricane Mk. I, ARC (numéro de série 314), Vancouver (Colombie-Britannique), 1939.

Hawker Hurricanes servant avec l'établissement de défense intérieure du Canada pendant la guerre.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3207274)

Hawker Hurricane Mk. I, ARC (numéro de série 315).

(Photo de la bibliothèque Griffin via Fred Paradie)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 1362), sur des skis Noorduyn 10 testés à l'usine CC&F en 1942. Cet Hurricane s'est écrasé le 8 mars 1944 à Bagotville, Québec.

(Photo du MDN via Chris Charland)

Hawker Hurricane Mk. XII de l'escadron n°130 "Panther" (F). L'escadron a utilisé des Hurricanes à partir des stations de l'ARC Mont-Joli et Bagotville au Québec et de la station de l'ARC à Goose Bay, au Labrador entre septembre 1942 et mars 1944. L'Hurricane a remplacé le Curtiss Kittyhawk Mk. I qui avait été utilisé par l'escadron entre mai et octobre 1942. (Le numéro de série serait dans les séries 53xx, 54xx, 55xx, 56xx, 57xx). Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissement et d'une aile de douze canons.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 358371)

Hawker Hurricane Mk. XII avec réservoirs de carburant largables, 19 mai 1944. Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissants et d'une aile de douze canons.

(Photo de l'ARC)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF (Serial No. 5625), No. 13 (Photographic) Squadron, RCAF. Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissement et d'une aile de douze canons. Cet ouragan est peint avec une cocarde de type C-1 sur son fuselage. Il a été construit à l'usine Canadian Car and Foundry (CCF) de Port Arthur, en Ontario (maintenant Thunder Bay). Le 5625 a été livré au commandement de l'entraînement n° 3, puis est allé à un escadron de l'établissement de guerre national. Le 5625 a survécu à la guerre, mais après avoir été rayé de l'effectif (SOS), il a langui dans un parc à ferraille à Guelph, en Ontario, jusqu'à ce qu'il soit vendu pour pièces à Rem Walker de Regina, en Saskatchewan, en 1980. Les composants du 5625 (ainsi que deux autres CCF Les Hurricanes (numéros de série 5547 et 5424) ont été utilisés pour la restauration du Hurricane Mk. XII (numéro de série 5711). 5711, avec 5625 pièces, a ensuite été vendu à BJS Gray de Duxford, Royaume-Uni en décembre 1982. Cet avion a été expédié du Canada à la Fighter Collection à Duxford, le 9 juin 1983. Il a été enregistré sous le nom de G-HURI en Grande-Bretagne.

(Photo de l'ARC)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF (Serial No. 5625), No. 13 (Photo) Squadron, RCAF.

(Photo de l'ARC)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF (Serial No. 5470), possiblement RCAF Station Bagotville, Québec, ca 1945. Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissants et de douze canons.

(Photo du musée de la défense aérienne de Bagotville)

La ligne de vol n°1 de l'OTU à l'automne 1943.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3207275)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF Station Rockcliffe, Ontario, 16 septembre 1942. Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissants et d'une aile de douze canons.

(Photos Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN no 3650867)

Hawker Hurricane Mk XII, ARC (numéro de série 5698), octobre 1944.Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissement et d'une aile de douze canons.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3650865)

Hawker Hurricane Mk. XII, ARC (numéro de série 5698). Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône. Il a des écrans anti-éblouissants et une aile de douze canons. No. 1 Air Gunnery School, RN.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 4164721)

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3583666)

Hawker Hurricane Mk. XII, ARC, contrôles d'aéronefs, 7 février 1945.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3643694)

Hawker Hurricane Mk. XII, poste de pilotage.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3643708)

Hawker Hurricane Mk. XII, poste de pilotage.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3582338)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF (Serial No. 5650), 26 janvier 1943. Il est équipé d'une hélice Hamilton Standard sans cône, d'écrans anti-éblouissants et d'une aile de douze canons.

(Photo de l'ARC)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF (Serial No. 5501), codé L, No. 125 (Fighter) Squadron, 28 février 1943.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3583271)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF, avec hélice Hamilton Standard sans cône, écrans anti-éblouissement, douze ailerons de canon et réservoirs de gaz auxiliaires, 31 août 1943.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3583034)

Hawker Hurricane Mk. XII, RCAF, avec hélice Hamilton Standard sans cône, écrans anti-éblouissement, douze ailerons de canon et réservoirs de gaz auxiliaires, 31 août 1943.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN no 3207506)

Hawker Hurricane, No. 5 Operational Training Unit (RCAF Schools and Training Units), Boundary Bay, Colombie-Britannique, 1er décembre 1942.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN no 3199209)

Hawker Hurricanes sur le tarmac, 1er décembre 1942.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3199197 )

Hawker Hurricanes sur le tarmac, 1er juillet 1943.

Canadiens dans la bataille d'Angleterre, 1940

De nombreux Canadiens ont servi dans les escadrons de chasse qui ont repoussé les Luftwaffe à l'été 1940. En fait, bien que la RAF ne reconnaisse que 83 pilotes canadiens comme ayant participé à des opérations de chasse pendant la bataille d'Angleterre, l'ARC prétend que le chiffre réel était supérieur à 100, et celui des 23 qui sont morts et 30 autres ont été tués plus tard dans la guerre. Une grande partie de cette confusion peut être attribuée au fait qu'à part les membres de l'ARC qui volaient dans des unités de l'ARC, il y avait des membres de l'ARC qui étaient dans des unités de la RAF ainsi que des Canadiens qui étaient membres de la RAF, et non de l'ARC. 200 autres pilotes canadiens ont combattu avec le RAF Bomber Command et le RAF Coastal Command et au cours de cette période, environ 2 000 Canadiens ont servi comme équipage au sol.

Parmi ceux-ci, 26 appartenaient au No. Squadron, RCAF, pilotant des Hawker Hurricanes. L'escadron est arrivé en Grande-Bretagne peu après Dunkerque avec 27 officiers et 314 membres du personnel au sol. Cet escadron sera plus tard renuméroté sous le numéro 401 (Ville de Westmount) Squadron, RCAF, conformément à l'article XV du Plan d'entraînement aérien du Commonwealth britannique. C'était la seule unité de chasse des forces aériennes du Commonwealth à participer à la bataille d'Angleterre.

L'escadron n°1 a fait un début de service peu propice avec le Fighter Command, lorsque le 24 août 1940, deux de ses Hurricanes ont confondu un vol de Bristol Blenheim avec des Junkers Ju 88, en abattant un avec la perte de son équipage, un exemple de ce qui est maintenant connu sous le nom de tir ami. Le n° 1 est devenu la première unité de l'ARC à engager des combats avec des avions ennemis lorsqu'il a rencontré une formation de bombardiers allemands au-dessus du sud de l'Angleterre le 26 août 1940, faisant trois morts et quatre endommagés, avec la perte d'un pilote et d'un avion. À la mi-octobre, l'escadron avait revendiqué 31 avions ennemis détruits et 43 probables ou endommagés pour la perte de 16 avions et trois pilotes.

D'autres Canadiens étaient répartis dans les escadrons de la RAF, et le deuxième jour de la bataille, le 11 juillet, le Canada a subi sa première perte de chasseur. Dans un Luftwaffe attaque contre la base navale de la Royal Navy Dockyard à Portland Harbour, le sous-lieutenant d'aviation D. A. Hewitt de Saint John, au Nouveau-Brunswick, aux commandes d'un Hurricane avec le 501e Escadron de la RAF, a attaqué un bombardier Dornier Do 17 et a lui-même été touché. Son avion a plongé dans la mer. Un autre pilote canadien, Richard Howley, est décédé huit jours plus tard.

Les aviateurs canadiens dispersés comprenaient un qui volait avec le 303e Escadron (polonais). Au total, 12 pilotes canadiens de la Royal Air Force, dont Willie McKnight, ont volé avec le 242e Escadron de la RAF à divers moments de la bataille. Le 30 août, sous le commandement du chef d'escadron Douglas Bader, neuf avions du 242e Escadron ont rencontré 100 avions ennemis au-dessus de l'Essex. Attaquant d'en haut, l'escadron a revendiqué 12 victoires sans perte.

Les Canadiens ont également contribué à repousser les Luftwaffe's dernière attaque majeure de jour. Le 27 septembre, le 303e Escadron et le 1er Escadron de l'ARC attaquent la première vague de bombardiers ennemis. Sept avions ont été revendiqués détruits, un probablement détruit et sept ont été endommagés.

Le meilleur marqueur canadien au cours de la bataille était le capitaine d'aviation H. C. Upton du 43e Escadron de la RAF, qui a déclaré que 10,25 avions avaient été abattus. Wikipédia

No. 242 Squadron, RAF, était un escadron de la RAF connu pour avoir de nombreux pilotes qui étaient soit des membres du personnel de l'ARC, soit des Canadiens servant dans la RAF, dans la mesure où il était parfois connu, officieusement, sous le nom de 242e Escadron (canadien). C'était aussi le premier escadron commandé par Douglas Bader.

Canadiens dans la bataille d'Angleterre, 1940

De nombreux Canadiens ont servi dans les escadrons de chasse qui ont repoussé les Luftwaffe à l'été 1940. En fait, bien que la RAF ne reconnaisse que 83 pilotes canadiens comme ayant participé à des opérations de chasse pendant la bataille d'Angleterre, l'ARC prétend que le chiffre réel était supérieur à 100, et celui des 23 qui sont morts et 30 autres ont été tués plus tard dans la guerre. Une grande partie de cette confusion peut être attribuée au fait qu'à part les membres de l'ARC qui volaient dans des unités de l'ARC, il y avait des membres de l'ARC qui étaient dans des unités de la RAF ainsi que des Canadiens qui étaient membres de la RAF, et non de l'ARC. 200 autres pilotes canadiens ont combattu avec le RAF Bomber Command et le RAF Coastal Command et au cours de cette période, environ 2 000 Canadiens ont servi comme équipage au sol.

Parmi ceux-ci, 26 appartenaient au No. Squadron, RCAF, pilotant des Hawker Hurricanes. L'escadron est arrivé en Grande-Bretagne peu après Dunkerque avec 27 officiers et 314 membres du personnel au sol. Cet escadron sera plus tard renuméroté sous le numéro 401 (Ville de Westmount) Squadron, RCAF, conformément à l'article XV du Plan d'entraînement aérien du Commonwealth britannique. C'était la seule unité de chasse des forces aériennes du Commonwealth à participer à la bataille d'Angleterre.

L'escadron n°1 a fait un début de service peu propice avec le Fighter Command, lorsque le 24 août 1940, deux de ses Hurricanes ont confondu un vol de Bristol Blenheim avec des Junkers Ju 88, en abattant un avec la perte de son équipage, un exemple de ce qui est maintenant connu sous le nom de tir ami. Le n° 1 est devenu la première unité de l'ARC à engager des combats avec des avions ennemis lorsqu'il a rencontré une formation de bombardiers allemands au-dessus du sud de l'Angleterre le 26 août 1940, faisant trois morts et quatre endommagés, avec la perte d'un pilote et d'un avion. À la mi-octobre, l'escadron avait revendiqué 31 avions ennemis détruits et 43 probables ou endommagés pour la perte de 16 avions et trois pilotes.

D'autres Canadiens étaient répartis dans les escadrons de la RAF, et le deuxième jour de la bataille, le 11 juillet, le Canada a subi sa première perte de chasseur. Dans un Luftwaffe attaque contre la base navale de la Royal Navy Dockyard à Portland Harbour, le sous-lieutenant d'aviation D. A. Hewitt de Saint John, au Nouveau-Brunswick, aux commandes d'un Hurricane avec le 501e Escadron de la RAF, a attaqué un bombardier Dornier Do 17 et a lui-même été touché. Son avion a plongé dans la mer. Un autre pilote canadien, Richard Howley, est décédé huit jours plus tard.

Les aviateurs canadiens dispersés comprenaient un qui volait avec le 303e Escadron (polonais). Au total, 12 pilotes canadiens de la Royal Air Force, dont Willie McKnight, ont volé avec le 242e Escadron de la RAF à divers moments de la bataille. Le 30 août, sous le commandement du chef d'escadron Douglas Bader, neuf avions du 242e Escadron ont rencontré 100 avions ennemis au-dessus de l'Essex. Attaquant d'en haut, l'escadron a revendiqué 12 victoires sans perte.

Les Canadiens ont également contribué à repousser les Luftwaffe's dernière attaque majeure de jour. Le 27 septembre, le 303e Escadron et le 1er Escadron de l'ARC attaquent la première vague de bombardiers ennemis. Sept avions ont été revendiqués détruits, un probablement détruit et sept ont été endommagés.

Le meilleur marqueur canadien au cours de la bataille était le capitaine d'aviation H. C. Upton du 43e Escadron de la RAF, qui a déclaré que 10,25 avions avaient été abattus. Wikipédia

(Photo d'archives du MDN, PMR78-327)

Le sous-lieutenant Gardaien [sic] (à gauche) et le sous-lieutenant d'aviation canadien Noel Stansfeld avec un Hawker Hurricane Mk. I au 242e Escadron « canadien », RAF Coltishall, Angleterre, en 1940.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3644386)

Le chef d'escadron Douglas Bader DSO (avant au centre) avec certains des pilotes canadiens de son escadron, le 242e Escadron (canadien), regroupés autour de son avion de chasse Hawker Hurricane à Duxford, septembre 1940. Les pilotes du 242e Escadron, Denis Crowley-Milling, Hugh Tamblyn, Stan Turner, (Saville (sur l'aile), Neil Campbell, Willie McKnight, Douglas Bader, Eric Ball, Homer, Ben Brown, 1940.

(Photo IWM, CH1342)

Trois pilotes de chasse décorés du 242e Escadron (canadien) de la RAF, debout devant le mess des officiers à Duxford, dans le Cambridgeshire. Ils sont (de gauche à droite) : Pilot Officer W. L. McKnight, chef d'escadron par intérim D.R.S. Bader (commandant) et le capitaine d'aviation par intérim G.E. Balle. À la date à laquelle cette photographie a été prise, ces pilotes avaient abattu plus de trente avions ennemis. c1940.

(Photo IWM, CH 1431)

Hawker Hurricanes du 242e Escadron de chasse (canadien) dirigé par le chef d'escadron Douglas Bader DSO, DFC. Bader était l'un des meilleurs as de la chasse de la Royal Air Force jusqu'à ce qu'il soit abattu en 1941. Il passa le reste de la guerre dans un camp de prisonniers de guerre allemand.

Les escadrons de la Royal Air Force (RAF) et de l'Aviation royale canadienne (ARC) avaient normalement 12 avions chacun lorsque l'escadron a attaqué, les avions se sont divisés en groupes de trois ou quatre.

(Photo IWM, CH1321)

Sous-lieutenant d'aviation William Lidstone "Willie" McKnight, un pilote de chasse de Calgary, Canada, photographié pendant la bataille d'Angleterre, alors qu'il servait avec le 242e Escadron (canadien) de la RAF, septembre 1940. Entre mai et novembre 1940, McKnight a remporté 16,5 victoires en combats en France et en Angleterre. Il a été abattu et tué lors d'une sortie d'intrus à basse altitude ("Rhubarbe") au-dessus de la France, le 12 janvier 1941.

(Photo IWM CH 1376)

Lieutenant d'aviation P.S. Turner du n° 242 Squadron RAF, repose sur l'élévateur de queue de son Hawker Hurricane Mk. I, après avoir atterri à Fowlmere, Cambridgeshire, (le 242e Escadron était basé à Coltishall, Norfolk à cette époque). Turner, un citoyen canadien, était un pilote de chasse couronné de succès au-dessus de la France et pendant la bataille d'Angleterre en 1940, détruisant dix avions ennemis.

Des Canadiens pilotant des Hurricanes dans les escadrons de la RAF

(Photo IWM CH 1670)

Howard Peter "Cowboy" Blatchford, DFC (25 février 1912 - 3 mai 1943) a remporté la première victoire canadienne dans la Seconde Guerre mondiale. Blatchford est né à Edmonton, Alberta le 25 février 1912, et s'est enrôlé dans la RAF en février 1936. Il a été affecté au No. 41 Squadron RAF au début de 1937. En avril 1940, il a été affecté au No. 212 Squadron RAF, photo volant. opérations de reconnaissance. En juin, il a rejoint l'Unité de développement photographique en tant que commandant de vol, puis a été transféré au 17e Escadron de la RAF en septembre, pilotant des Hawker Hurricanes. Il rejoint bientôt le 257e Escadron de la RAF, sous le commandement du chef d'escadron Robert Stanford Tuck.

En décembre 1940, Blatchford a reçu la Distinguished Flying Cross. Sa citation :

Flight Lieutenant Howard Peter BLATCHFORD (37715), No. 257 Squadron. En novembre 1940, cet officier était le chef d'un escadron qui en détruisit huit et en endommagea cinq autres en une journée. Au cours du combat, il a percuté et endommagé un combattant hostile lorsque ses munitions ont été épuisées, puis a effectué deux attaques frontales déterminées de feinte contre des combattants ennemis, ce qui les a chassés. Il a fait preuve d'un leadership magnifique et d'un courage exceptionnel.

Blatchford est devenu commandant du 257e Escadron de la RAF en juillet 1941. Il a été promu commandant d'escadre en septembre de la même année, devenant le chef d'escadre de l'escadre Digby. Le 23 septembre 1941, John Gillespie Magee, l'auteur du célèbre poème volant « High Flight », arrive à Digby pour sa première affectation opérationnelle, au sein du 412e Escadron de l'ARC. Le 12 octobre 1941, l'escadron de Magee est passé de l'aérodrome de Digby à la RAF voisine de Wellingore, d'où il opérait à sa mort. Blatchford termina sa période de service en avril 1942, retournant aux opérations en février 1943 en tant que chef d'escadre de la Coltishall Wing.

À la tête de la Coltishall Wing pour escorter des bombardiers attaquant une centrale électrique à Amsterdam, Blatchford est abattu et tué au combat le 3 mai 1943 par Obfw. Hans Ehlers (Officier) du II Gruppe, Jagdgeschwader 1. Son corps n'a jamais été retrouvé. Il est commémoré sur le mémorial des forces aériennes à Runnymede.

Au moment de sa mort, Blatchford avait revendiqué cinq avions abattus, trois avions partagés abattus, trois "probables", quatre endommagés et un partagé endommagé.

(Photo IWM, CH 8239)

Hawker Hurricane Mk. IIB (numéro de série HV894), avec Flight-Lieutenant J.R, Sterne, RCAF du No. 174 Squadron, RAF, debout, à Odiham, Hampshire, Royaume-Uni. HV894 "Notre Jean" a été nommé d'après le commandant de l'escadre John Gillan et payé par un fonds créé par sa mère après sa disparition en 1941.

(Photo IWM, C 465)

Les Canadiens qui ont servi dans la RAF au début de la guerre étaient peut-être sur cette photo, montrant des pilotes du 87e Escadron de la RAF, courant vers leur Hawker Hurricane Mk. Est (premiers modèles à hélices bipales). L'unité était à Lille-Seclin en France vers novembre 1939. Il s'agissait d'une simulation de bousculade au profit du photographe officiel.

Les Spitfire et les Hurricanes avaient tous deux des accessoires en bois en France avant Dunkerque, mais ceux-ci ont rapidement été remplacés par des hélices à 3 pales (en métal) pendant leur séjour en Grande-Bretagne. L'escadron n°87 est arrivé à Lille-Seclin en provenance de Merville, en France, le 5 novembre. Ils installent aussitôt un détachement au Touquet. Ils pilotaient certainement l'ouragan Mk. Est avec des hélices tripales en mars 1940. L'escadron a été rééquipé du Hurricane Mk. IIC en juin 1941.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 4283438)

Hawker Hurricane Mk. IV (Hurri-bombardier), piloté par ces pilotes canadiens sur le théâtre de guerre de Birmanie, le 28 février 1945. Le F/L F.H. Sproule et l'Adjudant S.E. Johnny Walker. Ces deux pilotes canadiens de bombardiers Hurri étaient parmi les hommes les plus occupés sur le front birman. Frederick Howard Sproule était de l'Alberta. Il a ensuite été promu au grade de chef d'escadron et a reçu le DFC en octobre 1945. Lui et Johnny Walker étaient tous deux pilotes avec l'escadron n ° 42 (F) de la RAF basé à Onbauk, en Birmanie, lorsque la photo a été prise. Le chef d'escadron R. E. Stout était le commandant. L'ouragan Mk. Le IV avec lequel ils sont montrés ici a été piloté par leur escadron entre octobre 1943 et juin 1945. Ils ont également piloté le Hurricane Mk. IIc entre avril et juin 1945. L'escadron converti au Republic (P-47) Thunderbolt Mk. II en juillet 1945.

L'Hurricane Mk .IV avait "l'aile universelle", capable de monter différentes variantes selon les besoins, y compris quatre canons de 20 mm, deux bombes de 250 ou 500 lb, deux canons Vickers 'S' de 40 mm, des chars largués ou huit Roquettes RP-3 "60 livres". Deux Brownings .303 ont été installés pour faciliter la visée de l'armement le plus lourd.

(Photo RAF avec l'aimable autorisation du Shearwater Aviation Museum)

Hawker Hurricane Mk. IIC (Serial No. BD867), codé QO-Y, du No. 3 Squadron, RAF basé à Hunsdon, Hertfordshire, Royaume-Uni.

Escadrons Hurricane de l'ARC outre-mer pendant la Seconde Guerre mondiale

Le premier escadron de l'ARC à tirer avec colère, le 1 e Escadron (qui deviendra plus tard le 401e Escadron), a piloté des Hurricanes lors de la bataille d'Angleterre. Deux autres escadrons de l'ARC, les 402 et 417 escadrons, ont piloté ce type dans le cadre d'opérations outre-mer, tandis que dix autres escadrons ont utilisé l'avion au Canada.

401 Escadron, ARC, logo de la Seconde Guerre mondiale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, c'était un escadron de chasse et il est connu pour avoir participé à la bataille d'Angleterre. Après la guerre, l'escadron a fonctionné au Canada en tant qu'escadron auxiliaire, escadron de réserve et escadron d'hélicoptères et d'entraînement. En 2015, il a été réactivé en tant qu'escadron de chasse tactique.

1 Escadron (de chasse) de l'ARC, a été formé en tant qu'unité de chasse à la base de l'ARC à Trenton, en Ontario, le 21 septembre 1937, avec l'avion Armstrong Whitworth Siskin. L'escadron a été formé à partir de l'escadron de chasse n° 3 (bombardier). En août 1938, l'escadron déménage à Calgary, Alberta, et est rééquipé de chasseurs Hawker Hurricane en février 1939. Il est mobilisé à St-Hubert, Québec, le 10 septembre 1939, et le 5 novembre 1939, il déménage à Dartmouth, Nouvelle-Écosse.

L'unité a commencé comme une unité permanente en temps de paix qui, augmentée par du personnel de l'escadron n° 115 de l'ARC (auxiliaire), est arrivée à sa première base au Royaume-Uni, Middle Wallop, le 21 juin 1940. Elle avait amené ses propres Hurricanes du Canada, et comme ceux-ci n'étaient pas entièrement conformes aux normes britanniques, l'escadron n'était pas opérationnel jusqu'à la mi-août, date à laquelle il a été transféré à la RAF Northolt. À l'époque, l'escadron comprenait 27 officiers (21 pilotes) et 314 aviateurs. Pour acquérir de l'expérience dans les opérations de Fighter Command, S/L E.A. McNab, commandant, a volé sur des opérations attachées à l'escadron n° 111, et a revendiqué un bombardier allemand Heinkel He 111 détruit le 11 août 1940.

Le 401e Escadron a déménagé à Croydon en juillet 1940. Les débuts de l'escadron ont été de mauvais augure lorsque deux Bristol Blenheim du RAF Coastal Command ont été accidentellement abattus le 24 août, et trois membres d'équipage ont été tués.

Lors de sa deuxième patrouille, le 26 août 1940, il a rencontré 25 à 30 Dornier et a été crédité de trois détruits et trois endommagés au combat. Cependant, trois des avions de l'escadron ont été abattus et un pilote, le F/O R.L. Edwards, a été tué. L'escadron a connu un taux de perte d'avions assez élevé à la fin du mois d'août et en septembre alors que l'escadron luttait contre les formations allemandes au sud de Londres.

Le 21 septembre, l'escadron a participé à la première tentative d'opération de formation d'escadres par les escadrons basés à Northholt, avec le 229e Escadron de la RAF et le 303e Escadron (polonais), bien qu'aucun avion ennemi n'ait été rencontré. Le 27 septembre, bien qu'ayant abattu sept bombardiers, seuls six avions étaient opérationnels à la fin de la journée.

Le 11 octobre, l'escadron épuisé a été transféré à la RAF Preswick en Écosse et son activité opérationnelle consistait en des patrouilles côtières au-dessus des approches de Clyde.

Au cours des 53 jours où il a participé à la bataille, l'escadron a revendiqué 30 avions ennemis détruits, probablement huit et endommagé 35.Il a effectué 1 694 sorties (1 569 heures opérationnelles et 1 201 non opérationnelles), a perdu trois pilotes tués, treize blessés, 17 avions FB/Cat.3 et 10 Cat. 2. Les pilotes les plus performants étaient le F/L Gordon McGregor (cinq éliminations), le S/L E. A. McNab (quatre et un en partage), le F/O B. D. 'Dal' Russel (quatre et un en partage), le F/O J.W. Kerwin (trois) et F/O A.D. Nesbit (trois). Trois Distinguished Flying Cross (DFC) ont été décernées. Le 2 novembre 1940, McGregor a succédé à McNab en tant que commandant.

En février 1941, l'escadron s'est déplacé vers le sud à RAF Digby. C'est ici, le 1er mars, que le 1er Escadron de l'ARC a été renuméroté en 401e Escadron.

L'escadron avait remplacé ses Hurricanes par des Supermarine Spitfire Mk. IIs en septembre 1941, Mk .Vs fin 1941 et en juillet 1942 quelques-uns des premiers exemplaires du nouveau Mk. IX. Kostenuk, S. Griffin, J. Histoires et aéronefs de l'escadron de l'ARC : 1924-1968. (Toronto, Ontario, Samuel Stevens, Hakkert & Co. 1977)

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3203344)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 315), No. 1 (Fighter) Squadron, RCAF Station Rockcliffe, Ontario, 6 septembre 1939. Cet avion était piloté par le capitaine d'aviation Ernest A. McNab.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3208141)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 315), No. 1 (Fighter) Squadron, Rockcliffe (Ontario), 5 septembre 1939.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3574053)

Hawker Hurricane Mk. I, ARC (numéro de série 328), 26 août 1939.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3614996)

Hawker Hurricane Mk. I (Serial No. V7288), codé YO-A, No. 1 (Fighter) Squadron, avec le Squadron Leader Ernest A. McNab, CO, Northolt, Angleterre, 12 septembre 1940. Il a également piloté le Hawker Hurricane (Serial No. P3069) , codé YO-A.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3203458)

Hawker Hurricane Mk. I, Escadron de chasse no 1 de l'ARC, 1939.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3545933)

Hawker Hurricane Mk. I, escadron de chasse no 1 de l'ARC, 1939.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3581404)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 328), RCAF Station Rockcliffe (Ontario), 26 août 1939.

(Photo de l'ARC)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 328), No. 1 (Fighter) Squadron, RCAF Station Rockcliffe (Ontario), 26 août 1939.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3545871)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 315), No. 1 (Fighter) Squadron et North American Harvard Mk. I, (numéro de série 1330), 1939.

(Photo d'archives du MDN, PL-145)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 315), No. 1 (Fighter) Squadron, RCAF Station Rockcliffe (Ontario), 15 février 1940.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 3203345)

Hawker Hurricane Mk. I, RCAF (Serial No. 315), No. 1 (Fighter) Squadron, RCAF Station Rockcliffe, Ontario, 6 septembre 1939. Cet avion était piloté par le F/Lt E.A. McNab.

(Photo IWM CH 1733)

Hawker Hurricane Mk. I, No. 1 Squadron, RCAF, pilotes à Prestwick, Écosse, 30 octobre 1940. Le chef d'escadron Ernest A. McNab, commandant d'escadron, se tient cinquième à partir de la droite, portant une casquette compensée.

L'escadron no 1 (de chasse) de l'ARC est le seul escadron canadien à avoir pris part à la bataille d'Angleterre. Transférés outre-mer en juin 1940, les pilotes suivent un entraînement intensif pour se mettre au niveau de leurs homologues de la RAF avant d'être envoyés au front. Dans leurs Hurricanes, les pilotes du 1er Escadron rencontrent l'ennemi pour la première fois le 23 août 1940 et participent à l'action jusqu'au 8 octobre 1940. Trois pilotes reçoivent la Distinguished Flying Cross (DFC) : Squadron Leader E.A. McNab, capitaine d'aviation G.R. McGregor et l'officier de vol B.D. Russel.

(Photo IWM CH 1566)

Lieutenant d'aviation M.H. Brown et le sous-lieutenant d'aviation Chatham du 1er Escadron (de chasse) de l'ARC, debout près du nez d'un Hawker Hurricane Mk. Moi, à Wittering, Huntingdonshire. Mark Henry Brown a été le premier pilote de chasse canadien de la guerre à devenir un « as ». Lorsque cette photographie a été prise, il avait abattu au moins 18 avions ennemis au-dessus de la France et de la Grande-Bretagne, et le mois suivant, il a été nommé commandant du 1er Escadron (de chasse). Un an plus tard, s'envolant de Malte, il a été tué lors d'un balayage par un chasseur au-dessus de la Sicile.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN 3614988)

Hawker Hurricane Mk. I, No. 1 (Fighter) Squadron, RCAF, à RAF Digby, Angleterre, 22 janvier 1941.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 361497)

Hawker Hurricane Mk. I, No. 1 (Fighter) Squadron, RCAF, en cours de ravitaillement, vers 1941.

(Photo d'archives du MDN, PL-4484)

Des pilotes du 401e Escadron de l'ARC se précipitent vers leur avion Hurricane vers 1941. Le personnel au sol attend d'aider les pilotes à mettre leurs parachutes et à monter dans l'avion. Les Hurricanes ont pu décoller du sol trois minutes après le déclenchement d'une alarme.

(Photo IWM, CH2275)

Hawker Hurricanes du No. 401 Squadron, RCAF, à RAF Digby, Angleterre, 16 mars 1941 (notez le chien sur l'aile).

Non. 402e Escadron, ARC, a été formé le 5 octobre 1932 en tant que 12e Escadron de coopération de l'armée, une unité de la Force aérienne active non permanente. Le 15 novembre 1937, l'escadron de coopération de l'armée n°12 est renuméroté Escadron de coopération de l'armée n° 112, pilotant une variété de types d'avions, dont l'Avro 626 et le de Havilland Tiger Moth.

Après le déclenchement de la guerre, le 112e Escadron a été envoyé à Ottawa en février 1940 et rééquipé du Westland Lysander qui avait été laissé sur place lorsque le 110e Escadron a été affecté outre-mer. L'escadron a été envoyé en Europe le 30 juin 1940 avec l'intention d'intégrer l'escadron n° 112 au corps expéditionnaire britannique (BEF), mais il a été décidé que les escadrons de coopération avec l'armée n'étaient pas nécessaires en France, et l'escadron a été redéployé à des fonctions de défense côtière en Angleterre.

Le 11 décembre 1940, l'escadron est redésigné 2e Escadron, ARC, et était équipé du Hawker Hurricane Mk. I. En mars 1941, alors qu'il était stationné à la RAF Digby, dans le Lincolnshire, en Angleterre, l'escadron a été renuméroté en tant que No. 402 Squadron, RCAF, pour se conformer à l'article XV et a été rééquipé du Hawker Hurricane Mk. II en mai suivant, puis l'ouragan Mk .IIBs en juin. Avec ces avions, le 402e Escadron a commencé à s'entraîner pour devenir la première unité « Hurribomber », commençant ses opérations dans ce rôle en novembre 1941, transportant des paires de bombes de 250 lb sous les ailes.

En mars 1942, l'escadron reprit son rôle de chasseur en se déplaçant vers la RAF Colerne, où il se convertit en Supermarine Spitfire Mk. Vbs. L'escadron a ensuite participé à des sorties transmanche Ramrod et Rodeo à partir de diverses bases, dont la RAF Kenley et la RAF Redhill, jusqu'en août, date à laquelle il a reçu le Supermarine Spitfire Mk. IX, qu'il combat contre la Luftwaffe au-dessus de Dieppe le 19 août 1942.

(Photo IWM, IWM 01)

Hawker Hurricane Mk. IIE (numéro de série BE485), codé AE-W, 402e Escadron, RCAF, pendant l'opération Jubilee au-dessus de Dieppe, France, août 1942.

(Photo d'archives du MDN, PL-6897)

Hawker Hurricane Mk. IIE (Serial No. BE485), codé AE-W, No. 402 Squadron, RCAF, pendant l'opération Jubilee sur Dieppe, France, août 1942. L'escadron était basé à Warmwell, Dorset, traversant souvent la Manche lors de sorties d'intrus dans des zones occupées France.. Il transporte des bombes de 250 livres suspendues sous ses ailes. Le Mk. La version IIE était équipée d'une aile "universelle", permettant de transporter une variété d'armements et de magasins sans avoir à modifier les systèmes de contrôle et les circuits électriques.

(Photo d'archives du MDN, PL-6898)

Hawker Hurricane Mk. IIE (n° de série BE485), codé AE-W, escadron n° 402 (de chasse), ARC, banque.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 5010705)

Pilote de chasse canadien, le Sgt. G.D. Robertson, No. 402 Squadron RCAF après sa première réclamation est peint sur son Hawker Hurricane.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, MIKAN n° 5010699)

Hawker Hurricane (numéro de série 5054), codé AE-Q, Sgt. K.B. Handley parle avec le Sgt. G.D. Robertson, 402e Escadron, ARC.

(Photo IWM, HU69094)

Hawker Hurricane Mk. IIb (Serial No. P3021), codé AE-X, No. 402 Squadron, RCAF, basé à RAF Digby, Lincolnshire, 1941.

(Photo IWM, CH4566)

Hawker Hurricane Mk. IIE (Serial No. BE485), codé AE-W, No. 402 Squadron, RCAF, basé à Warmwell, Dorset, UK, en vol transportant deux bombes GP de 250 livres. Le Mk. La version IIE était équipée d'une aile "universelle", permettant de transporter une variété d'armements et de magasins sans avoir à modifier les systèmes de contrôle et les circuits électriques.

(Photo IWM, CH3901)

Un Hawker Hurricane Mk. IIb "Hurribomber", No. 402 Squadron, RCAF, en cours de réarmement à Manston, Royaume-Uni, le 6 novembre 1941.

(Photo Bibliothèque et Archives Canada, PA-136720)

Le personnel au sol entretenant un Hawker Hurricane Mk. Avion IIB du 402e Escadron (Ville de Winnipeg), ARC, Fairwood Common, Pays de Galles, mars 1942.

(Photo RAF)

Hawker Hurricane Mk. IIE (numéro de série BE492) du 402e Escadron, ARC. avec des bombes de 250 livres.

(Photo Luftwaffe, avec l'aimable autorisation de Michel Beeker)

Hawker Hurricane Mk. IIb (Serial No. Z3424), codé AE-H, No. 402 Squadron, RCAF, piloté par le Sgt David W. Jenkin, abattu par un Messerschmitt Bf 109, près de St. Omer, France, 27 août 1941.

417e Escadron, ARC, a été formé le 27 novembre 1941 à la RAF Charmy Down en Angleterre, au 16e - septième escadron de chasse de l'ARC formé à l'étranger. Connu sous le nom d'escadron "City of Windsor", il était équipé de Hawker Hurricanes et plus tard de Supermarine Spitfire Mk. IIA et Mk. IIB (41 novembre - 42 février) et Spitfire Mk. VB (février - mars 42). Les chasseurs du 417e Escadron étaient codés AN de 1940 à 1946.

Il a été initialement déployé en Égypte au printemps 1942 et a suivi l'avancée alliée à travers le désert occidental. Transféré à Port Tewfik, golfe de Suez, en juin 1942 dans le cadre de la Desert Air Force, il n'avait plus d'avions jusqu'en septembre lorsqu'ils reçurent l'ouragan Mk. IIC et plus tard Spitfire Mk. VBs et Mk. VCs en octobre 1942. Il a passé cinq mois dans la défense du canal de Suez et du delta du Nil. En avril 1943, il devint le seul escadron canadien de la Desert Air Force et devait fournir une défense aérienne et un soutien rapproché à la 8e armée britannique pendant les dernières étapes de la campagne de Tunisie, dans la défense du canal de Suez et du delta du Nil, et tout au long des campagnes siciliennes et italiennes.

Le 417e Escadron a été transféré à Triploi Libye, en février 1943, où il a servi avec la 244e Escadre. Il a été transféré à Ben Gardane, en Tunisie, en mars 1943, puis déplacé à Mellaha et Goulvine. Il a été transféré à nouveau, cette fois à Malte pour l'opération Husky, l'invasion de la Sicile, au milieu de 1943. Il a été transféré à Cassabile, au sud de Syracuse, en Sicile en juillet 1943, puis à Lentini West et Gerbini, où il a été re- équipé de Spitfire Mk. VIIIs. L'escadron s'est à nouveau déplacé, cette fois à Cannes, en Italie, en novembre 1943, où il a assuré la couverture aérienne de la bataille d'Ortona.

L'escadron a été détaché de la Desert Air Force en janvier 1944 et s'est déplacé à Naples sous l'US XIII Air Support Command pour couvrir la tête de pont d'Anzio. Il a acquis quelques Spitfire Mk. IX, puis transféré à Venafro (près de Monte Cassino), en avril 1944. L'escadron a été formé pour larguer des bombes de 500 lb depuis Spitfire Mk. VIIIs en juin 1944 et commencent ses opérations en tant que chasseurs-bombardiers. Ce changement vers le rôle d'attaque au sol a contribué à une multiplication par six du taux mensuel de pertes. Ils ont déménagé à Littorio, Fabrica et Pérouse (au nord de Rome) en juillet-août 1944. L'escadron s'est ensuite déplacé à Loreto, au sud d'Ancône, à la fin du mois d'août 1944. L'escadron n° 417 a été dissous à Trévise, en Italie, le 30 juin 1945.

Au Moyen-Orient, le 417e Escadron a survolé l'ouragan Mk. IIB (septembre - octobre 42), l'ouragan Mk. IIC (42 sept. - 43 janv.), Spitfire Mk. VB et Mk. VC (42 oct. - 43 sept), Spitfire Mk. VIII (43 août -45 avril) et Spitfire Mk. IXB (avril - juin 45)

Hawker Hurricanes préservés au Canada

(Photos de l'auteur)

Canadian Car & Foundry (Hawker) Hurricane Mk. XII (Serial No. 44013), RCAF (Serial No. 5418), No. 135 Squadron, Reynolds Aviation Museum, Wetaskiwin, Alberta.

(Photo des Forces canadiennes)

Hawker Hurricane Mk. XII (numéro de série 5584), (520199), escadron no 163 (de chasse), collection du Musée de l'aviation et de l'espace du Canada.

(Photo d'archives du MDN, PCN-3898)

Hawker Hurricane Mk. XII (numéro de série 5584), (520199), escadron no 163 (de chasse), collection du Musée de l'aviation et de l'espace du Canada.

(Photos de l'auteur)

Hawker Hurricane Mk. XII (numéro de série 5584). Musée de l'air et de l'espace du Canada, Ottawa, Ontario.

(Photo de Kogo)

Hawker Hurricane Mk. IV, RAF (numéro de série KZ321), Ailes d'époque du Canada, Gatineau, Québec.

(Photo de l'auteur)

Hawker Hurricane Mk. IV, RAF (Serial No. KZ231), JV-N, No. 6 Squadron, RAF, Reg. No CF-TPM, Ailes d'époque du Canada, Gatineau, Québec.

Navires Catapult Aircraft Merchant (CAM) équipés de Hawker Sea Hurricanes

(Photo RN)

Les navires Catapult Aircraft Merchant (CAM) étaient équipés d'un Hawker Sea Hurricane monté sur un lanceur de catapulte. Ils ont été utilisés dans les convois comme un palliatif d'urgence jusqu'à ce que suffisamment de transporteurs d'escorte soient disponibles. Les navires CAM ont monté une rampe propulsée par fusée qui a lancé un seul avion surnommé un " Hurricat " ou " Catafighter " pour détruire ou chasser un bombardier attaquant. Normalement, le chasseur Hurricane serait perdu lorsque le pilote saute ensuite en l'air ou s'effondre dans l'océan près du convoi. Les navires CAM ont continué à transporter leurs cargaisons normales après la conversion. Le concept a été développé et testé par les cinq catapultes de combat, commandés comme navires de guerre et commandés et équipés par la Royal Navy, mais les navires CAM étaient des navires marchands, commandés et équipés par la marine marchande.

Lorsqu'un navire CAM arrivait à destination, le pilote décollait et atterrissait généralement sur un aérodrome voisin pour gagner autant de temps de vol que possible avant son voyage de retour. Les pilotes ont été retirés des affectations du CAM après deux voyages aller-retour pour éviter la détérioration des compétences de vol en raison du manque de temps de vol pendant l'affectation. Les départs du CAM étaient initialement limités aux convois nord-américains et l'entretien des aéronefs était effectué par l'ARC à Dartmouth, en Nouvelle-Écosse.

Au total, il y a eu neuf lancements de combat. Neuf appareils allemands sont détruits (quatre Condors, quatre Heinkel et un Junkers 88), un endommagé et trois chassés. Huit Hurricanes ont été abandonnés et un seul pilote a été perdu.

(Photo RN)

Catapult Aircraft Merchant (CAM) navire avec un Hawker Sea Hurricane monté sur un lanceur de catapulte.

(Photo du 438e Escadron via François Dutil)

Hawker Hurricane avec un groupe de pilotes du 438e Escadron à Ayr, Royaume-Uni, 1943.


Former une tempête

Le germe de la formation des ouragans est un groupe d'orages au-dessus des eaux tropicales chaudes. Les ouragans ne peuvent se former et se développer que lorsque les températures à la surface de la mer dépassent 27°C et que l'atmosphère environnante est calme. Ces exigences sont remplies entre juin et novembre dans l'hémisphère nord. En Australie et dans l'hémisphère sud, la saison des cyclones s'étend d'octobre à mai.

Dans ces conditions, de grandes quantités d'eau s'évaporent et se condensent en nuages ​​et en pluie, libérant ainsi de la chaleur. C'est cette énergie thermique, combinée à la rotation de la Terre, qui entraîne un ouragan.

Lorsque la colonne d'air chaud de la surface de la mer commence à s'élever, cela crée une zone de basse pression. Cela crée à son tour du vent lorsque l'air est aspiré dans la zone. Ce vent entraîne plus d'air chargé d'humidité de la surface de la mer dans un processus de rétroaction positive qui gonfle la tempête. L'air froid retombe à la surface de l'océan à l'extérieur de la tempête.

Lorsque la vitesse du vent atteint 37 kilomètres par heure, ces systèmes météorologiques doux, humides et gris sont appelés dépressions tropicales. L'ouragan Katrina s'est formé de cette manière sur le sud-est des Bahamas le 23 août 2005 et a été qualifié de dépression tropicale 12 de cette année-là.

Si ce processus se produit suffisamment loin de l'équateur - généralement à des latitudes de plus de 10° - alors la force de Coriolis associée à la rotation de la Terre fait tourner le système météorologique massif, avec des vents en spirale vers le centre.

Les systèmes météorologiques tournent dans le sens inverse des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère nord et dans le sens des aiguilles d'une montre dans le sud. La rotation de la Terre détermine également la direction dans laquelle ces tempêtes se déplacent, de sorte que les ouragans de l'Atlantique Nord se déplacent vers l'ouest vers l'Amérique centrale et l'Amérique du Nord.


Hawker Sea Hawk

L'équipe de conception de Sydney Camm à Langley a commencé à travailler sur la technologie des avions à réaction avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le résultat était évidemment un grand changement par rapport aux conceptions précédentes de Hawker qui étaient une évolution naturelle des biplans de l'entre-deux-guerres tels que le Hart et le Fury jusqu'au Sea Fury.

Sans spécification du ministère de l'Air, Hawkers a commencé à travailler sur le P.1040 en tant qu'entreprise privée. Il était destiné à la RAF en tant que chasseur d'interception, mais d'autres chasseurs étaient déjà en service tels que le Gloster Meteor et le de Havilland Vampire avec des performances similaires ou meilleures que celles projetées pour la conception Hawker. La Royal Navy a exprimé un intérêt pour l'avion en tant que combattant de soutien de la flotte.

Le prototype, VP401, a été testé au sol et soumis à des tests de résistance à Langley, mais l'aérodrome n'avait pas de piste goudronnée. Avec la proximité de Heathrow à proximité en expansion, il n'y avait aucune chance de développer Langley, donc des essais en vol ont été effectués sur d'autres aérodromes. Le prototype a volé pour la première fois le 2 septembre 1947 à Boscombe Down, piloté par le pilote d'essai de Hawker, Bill Humble. L'avion a subi des vibrations et des secousses qui ont conduit à une certaine refonte, le plus évidemment l'ajout d'un carénage de balle sur la queue.

P.1040 prototype VP401 à Langley

Le deuxième prototype, le VP413, avait des ailes repliables, des bobines de catapulte et une provision pour un armement complet a volé le 3 septembre 1948 de Farnborough. Le troisième prototype, le VP422, incorporait quelques améliorations supplémentaires sur le second et vola de Farnborough le 17 octobre 1949.

Le premier Sea Hawk F1, WF143, a volé le 14 novembre 1951 et était le premier des 35 construits par Hawker. Les 60 suivants des 105 commandés par la Royal Navy ont été construits par Armstrong Whitworth (qui fait partie du groupe Hawker), comme tous les Sea Hawks ultérieurs. C'était un design épuré et élégant, mais il serait bientôt remplacé par des avions plus performants. Il a cependant servi avec distinction dans un certain nombre de conflits avant la retraite.

Sea Hawk FB5 WV969/10/Z du 898 Naval Air Squadron est exposé à Duxford

Sea Hawks et la crise de Suez

Le canal de Suez relie l'extrémité orientale de la Méditerranée à la mer Rouge qui mène finalement à l'océan Indien. Il a été ouvert en 1869 après dix ans de construction et est un lien important entre l'Est et l'Ouest à la fois économiquement et politiquement car il offre une alternative raccourcie au contournement du Cap de Bonne-Espérance.

Il était particulièrement important pour la Grande-Bretagne car il fournissait un lien avec l'Inde, l'Australie, la Nouvelle-Zélande ainsi que d'autres intérêts britanniques en Extrême-Orient. En vertu du traité anglo-égyptien de 1936, la Grande-Bretagne détenait un bail pour administrer le canal de Suez pendant 20 ans.

Le président Nasser d'Égypte, qui avait dirigé le renversement de la famille royale égyptienne en 1952 et était devenu un quasi-dictateur en 1956, a nationalisé le canal de Suez et le traité avec les Britanniques n'a pas été renouvelé. La Grande-Bretagne a formé une coalition avec la France et Israël qui avaient chacun leurs propres raisons de s'impliquer dans une action contre l'Égypte.

En 1981, WV798 a été déplacé de l'exposition statique à Thorpe Park à la Seconde Guerre mondiale Aircraft Preservation Society (SWWAPS) à Lasham comme sur la photo. En 2009, elle était tombée en désuétude et était stockée chez Parkhouse Aviation à Booker jusqu'à ce qu'elle rejoigne la Classic Air Force, Newquay.

Opération Mousquetaire

Aux premières lueurs du matin du 1er novembre 1956, les Sea Hawks de six escadrons commencèrent des raids sur les installations militaires égyptiennes. Les escadrons impliqués étaient : 800 avec des FGA4, 802 avec des FB3 et 810 avec des FGA6 du HMS Albion 804 et 897 avec FGA4 de HMS Rempart et 899 avec des FGA4 de HMS Albion.

Initialement, larguer des bombes et tirer des roquettes air-sol sur des cibles spécifiques telles que des aérodromes et d'autres installations militaires. Au début des frappes, les Sea Hawks des 804 et 897 escadrons du HMS Rempart ont été crédités d'avoir détruit environ 40 avions de l'armée de l'air égyptienne et endommagé 60 autres au sol ainsi que le naufrage de 4 vedettes lance-torpilles égyptiennes (VTT).

Le Sea Hawk FB5 XE364/485/J appartiendrait au 899 Naval Air Squadron

Après le débarquement allié le 5 novembre. Les Sea Hawks effectuaient des patrouilles de « rang de cabine » où ils pouvaient réagir rapidement aux appels des troupes au sol pour apporter un soutien aérien rapproché et attaquer des cibles spécifiques. L'efficacité de cette tactique a été prouvée lors d'une action particulière le 6 novembre à Port-Saïd. 40 commandos ont été immobilisés par les tirs du QG de la marine égyptienne. Des Sea Hawks du rang de cabine ont été appelés et ils ont détruit le bâtiment avec la perte d'un avion à cause d'un incendie au sol. Le pilote a survécu. Plus tard dans la journée, un autre Sea Hawk a été perdu avec le pilote. Trois autres Sea Hawks ont été endommagés lors de l'opération Musketeer, mais ils sont tous revenus sains et saufs à leurs navires.

La pression diplomatique des États-Unis a forcé la Grande-Bretagne et la France à accepter un cessez-le-feu aux premières heures du 7 novembre. Les Sea Hawks restèrent en service dans la Royal Navy jusqu'à la fin des années 1960. Ils furent remplacés par le Supermarine Scimitar.

Sea Hawk IN234 de la marine indienne exposée au Musée de l'aviation navale indienne, Bogmalo, Goa

Guerres indo-pakistanaises

Les Sea Hawks de la marine indienne ont participé à la première guerre indo-pakistanaise de 1965. En 1971, les tensions entre les pays ont repris. Le 4 décembre 1971, huit Sea Hawks du 300 Squadron de l'INS Vikrant stationnés dans la baie du Bengale ont attaqué l'aérodrome et le port de Chittagong avec des bombes et des roquettes.

Le lendemain, les Sea Hawks ont attaqué Cox's Bazaar, le port de Chittagong et des navires dans la région. Les ports de Khulna, Chalna, Mangla et Chittagong ont été attaqués le 6 décembre ainsi que les aérodromes de Dohazari, Hahlahazari et Chittagong. Cette action s'est poursuivie jusqu'au 16 décembre, date à laquelle les forces pakistanaises à l'est se sont rendues. Au cours de ces quelques jours, les Sea Hawks du 300e Escadron ont effectué plus de 200 sorties et un seul aéronef a été gravement endommagé par des tirs au sol, mais il a réussi à revenir en toute sécurité au Vikrant sans encombre.

Sea Hawk IN157/W du No 300 Squadron Indian Navy, INS Vikrant, 1971

Performance Sea Hawk FGA6

Groupe motopropulseur 1 turboréacteur Rolls-Royce Nene 103, poussée de 5 200 lb

Vitesse maximale 560 à 36 000 pieds

L'armement se composait de quatre canons de 20 mm et de six points d'emport sous les ailes pour des roquettes de 20 x 60 lb ou 4 bombes de 500 lb.

Au total, 542 Sea Hawk ont ​​été construits. En plus de la Fleet Air Arm, les Sea Hawks étaient exploités par les marines allemande, indienne et néerlandaise. Près de 40 cellules Sea Hawk existent et une, le numéro de série WV908, est maintenue en état de vol pour le Royal Navy Historic Flight.


Mcaviationphoto

Mon deuxième spectacle de la saison était encore un à Old Warden pour le Shuttleworth Fly Navy Airshow où le vol tourne autour du thème de l'aéronavale. Il est regrettable que plusieurs avions importants n'aient pas pu participer, notamment le Sea Vixen en raison d'un atterrissage sur le ventre quelques semaines auparavant, ainsi que le Skyraider, le Corsair et le Swordfish. Malgré ces annulations, le spectacle a été un grand succès avec de superbes démonstrations de vol bien que le temps ait été assez gris et nuageux pendant une bonne partie de la journée et trop venteux pour les délicats. Edwardiens.

Il y avait une petite mais impressionnante exposition statique sur le thème de la marine dans le paddock et sur la piste, y compris certains types rotatifs modernes tels que l'imposant Agusta-Westland AW101 Merlin HM Mk. 2 du 824 Naval Air Squadron et l'un des plus récents hélicoptères de la Royal Navy, le Agusta-Westland AW159 Wildcat HMA.2 du 825e Escadron aéronaval. L'escadron Gazelle a également fourni un trio de leurs Gazelle de l'Ouest hélicoptères dont un HT Mk. 2 resplendissant dans les marques de la 'Les requins' afficher des équipes aux côtés d'une paire de HT Mk. 3s. L'aéronavale à voilure fixe était également représentée par un Bristol Scout D Réplique, une visite Morane-Saulnier MS.317 et Air Leasing Supermarine Spitfire LF. IIIC qui n'a pas pu participer à la démonstration en vol en raison d'un problème technique causé par son atterrissage brutal à l'arrivée. Parmi les autres types exposés, citons la collection Shuttleworth EoN primaire d'Elliotts et un Rans S-6ES Coyote II du Georgia Williams Trust. A noter également le nouveau Hawker Heritage Hawker Hurricane Mk. IIA exposé au musée.

L'ouverture du spectacle était la Shuttleworth Collection's Hawker Sea Hurricane Mk. IB qui a présenté un spectacle merveilleux avec de superbes passes de dessus et des défilés aériens rapides et a fait une excellente introduction au vol de la marine en temps de guerre.

Hawker Sea Hurricane Mk. IB

Les éléments rotatifs venaient ensuite avec l'appariement inhabituel d'un Cloche UH-1H Iroquois et un Westland Wasp HAS.1 qui a effectué quelques passes en formation lâche avant que le «Huey» ne mette en scène un solo qui incorporait grandement le son unique «chopper». Le Wasp a ensuite conclu ce segment de rotation par une série de passes courtes et de manœuvres en vol stationnaire.

Les Westland Lysander Mk. IIIA de la Shuttleworth Collection était le suivant et a été présenté de manière impressionnante. Le Lysander n'est pas souvent associé à l'aéronavale et est mieux connu pour son rôle dans la coopération de l'armée et les opérations spéciales.

Westland Lysander Mk. IIIA

L'étalonnage radar jouait également un rôle important en temps de guerre et était représenté par la paire silencieuse de Cerfs-volants Slingsby T.6 Kirby avec un exemple de la Shuttleworth Collection et un exemple privé peint dans un schéma de camouflage. Les planeurs sont descendus doucement dans le ciel désormais couvert après avoir été remorqués par la Collection Piper PA-18-150 Super Cub.

Cerfs-volants Slingsby T.6 Kirby

Ensuite était le Avro Anson XIX, un type d'avion utilisé par la Fleet Air Arm pendant la Seconde Guerre mondiale pour des rôles d'entraînement et de communication. Cet avion particulier est exploité par le BAe Systems Heritage Flight et présente une grande exposition pleine de défilés aériens.

Avro Anson XIX

L'une des expositions phares de l'événement Fly Navy de l'année dernière a fait un retour bienvenu cette année sous la forme d'un trio de chasseurs biplans des années 1930. Cette formation comprenait le Démon colporteur I de Demon Displays qui était flanqué d'un Hawker Nimrod I de la Fighter Collection et un Hawker Nimrod II de la collection d'avions historiques. Après avoir effectué une série de défilés aériens ensemble, le Démon a effectué une courte démonstration en solo avant que la paire de Nimrods ne fasse une démonstration spectaculaire avec une poursuite rapide de la queue et de superbes passes de dessus.


Hawker P.1081 (combattant australien)

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 02/08/2019 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

Les travaux britanniques d'après-guerre sur les turboréacteurs et les recherches sur les avions principaux à ailes droites/en flèche ont abouti au succès du chasseur naval Hawker "Sea Hawk" de 1953. En cours de route, les travaux de conception ont produit plusieurs ramifications importantes de cet avion classique qui a testé diverses configurations de groupe motopropulseur ainsi que des arrangements d'ailes - résultant en des types tels que le "P.1052" et "P.1072" (tous deux détaillés ailleurs sur ce site). À la fin des années 1940, la Royal Australian Air Force (RAAF) traversa une période de modernisation nécessaire et se tourna vers une conception basée en grande partie sur le P.1052.

Le P.1052 à ailes en flèche est arrivé sous deux formes prototypes et c'est le second, "VX279", qui a été en grande partie retravaillé dans une nouvelle forme volante : les tuyaux d'échappement bifurqués (jumelle/split) de la conception originale ont été remplacés par un tuyau à jet unique pour gérer l'installation de turboréacteur unique. L'avion était équipé d'un empennage à incidence variable avec des surfaces balayées et, pour compléter les caractéristiques, le groupe motopropulseur de choix est devenu le turboréacteur Rolls-Royce "Tay". Cependant, lorsque ce moteur s'est avéré indisponible, le Rolls-Royce Nene R.N.2 d'origine a été conservé avec une puissance nominale de 5 000 lb de poussée.

Pour la RAAF, le nouveau chasseur devait succéder à plusieurs types vieillissants dans le même rôle, à savoir le classique chasseur à pistons nord-américain P-51 "Mustang" de la renommée de la Seconde Guerre mondiale et le tout aussi classique d'après-guerre de Havilland "Vampire" chasseur à turboréacteur. Les deux ont été produits localement, le premier sous la marque Commonwealth Aircraft Corporation (CAC) et le second par de Havilland Australia (DHA). Le Hawker P.1081 serait en concurrence avec d'autres types à réaction, y compris une forme bimoteur du CAC australien, ainsi que des offres étrangères telles que le Grumman F9F "Panther" originaire des États-Unis.

En raison de son objectif de satisfaire aux exigences de la RAAF, le P.1081 est devenu connu sous le nom de "Australian Fighter" et CAC, le fabricant attendu de sa forme de production en série, a choisi la désignation de "CA-24" pour le futur. combattant.

L'armement proposé pour la forme de qualité de production aurait été de 4 canons automatiques de 20 mm, donnant au chasseur un bon "coup de poing" offensif contre les adversaires de l'époque - à savoir les bombardiers et les chasseurs sortant des usines soviétiques. Le modèle de production aurait également éventuellement transporté une version à postcombustion du moteur Tay.

Dans sa forme finale, le P.1081 a enregistré son premier vol le 19 juin 1950. Il arborait une forme des plus modernes avec une excellente rationalisation du fuselage et des surfaces d'ailes en flèche vers l'arrière. Le nez contenait un nez peu profond et le poste de pilotage était assis à l'arrière. Le pilote était assis sous une verrière en deux parties légèrement encadrée offrant une vue relativement bonne autour de l'avion. Le roulement au sol était un train d'atterrissage tricycle rétractable.

Avec l'engagement de la RAAF dans la guerre de Corée (1950-1953), la flotte de P-51 commençait à voir ses meilleurs jours derrière elle et fut immédiatement surclassée avec l'arrivée soudaine des chasseurs à réaction soviétiques MiG-15. Cette menace a poussé tous les acteurs occidentaux à moderniser les flottes de chasseurs existantes et le F-86 "Sabre" nord-américain a rapidement pris la tête de la plupart. Comme le P.1081 restait encore dans une phase de développement, l'espoir qu'il pourrait atteindre la capacité opérationnelle initiale (IOC) à tout moment diminuait avec chaque mois qui passait de la guerre - conduisant le projet Hawker à être abandonné le 14 novembre 1950. Plans pour un P.1081 de qualité opérationnelle, avec ses 4 canons automatiques de 20 mm et son moteur Tay en place, ont donc été rayés.

La RAAF a finalement opté pour l'achat du chasseur à réaction Gloster "Meteor" disponible (modèle F.8) pour l'intérim et, plus tard, CAC a pu conclure un accord pour produire le F-86 Sabre sous son propre label, ces volant avec des turboréacteurs Rolls-Royce "Avon" et localement désigné CAC "Sabre". L'introduction a suivi en 1954.

Le prototype P.1081 a continué à voler dans un esprit de recherche pendant un certain temps lorsqu'il est devenu la propriété du Royal Aircraft Establishment (RAE). Il a brusquement mis fin à ses jours de vol le 3 avril 1951 lorsqu'il s'est écrasé, tuant son pilote d'essai et étant complètement radié. Tout n'était pas perdu, cependant, car de telles conceptions (et leurs sacrifices douloureux) ont été extrêmement utiles pour les futurs types de chasseurs : le P.1081 a directement influencé le programme Hawker P.1067, produisant le Hawker "Hunter", un classique de l'ère de la guerre froide. interprète détaillé ailleurs sur ce site.


Hawker Sea Hurricane - Introduction - Histoire

Le Hawker Sea Hawk est un chasseur de jour monoplace britannique de la Fleet Air Arm (FAA), la branche aérienne de la Royal Navy (RN).

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'équipe de conception de Hawker s'intéressait de plus en plus au développement d'un avion de chasse tirant parti de la nouvelle technologie de propulsion à réaction. Auparavant, Hawker s'était engagé jusqu'à la fin de 1944 dans la production et le développement de ses avions à pistons, tels que l'Hurricane, le Tempest et le Typhoon, pour répondre aux demandes de ces avions en temps de guerre. Le 1er septembre 1944, le premier prototype du dernier avion de chasse de la société, le Hawker Fury/Sea Fury, effectua son vol inaugural. C'est cet avion qui servira de base au premier avion à réaction de Hawker.

L'équipe de conception a étudié l'adaptation potentielle de l'avion, ayant choisi d'utiliser le prototype Fury à moteur Rolls-Royce Griffon comme point de départ. L'équipe a commencé par la suppression du moteur à pistons, avec son remplacement, un seul Rolls-Royce Nene turboréacteur, étant monté en position médiane du fuselage, ainsi que des prises d'air latérales et une sortie d'échappement débouchant sous l'empennage. Les modifications potentielles comprenaient également "l'étirement" du fuselage et le déplacement du cockpit vers l'extrême avant du fuselage dans un nez remodelé, cette conception a reçu la désignation interne P.1035. L'utilisation du moteur Rolls-Royce Derwent avait été étudiée mais rapidement écartée car manquant de puissance pour un avion de cette taille. En novembre 1944, la conception du P.1035 fut soumise à l'évaluation du ministère de l'Air.

"Votre voyage passionnant dans le monde numérique de l'aviation commence "

Au cours des évaluations de service du Sea Hawk, les pilotes australiens et canadiens de leurs services navals ont volé des exemples de l'avion et il y avait des suggestions officielles qu'ils adopteraient le type comme équipement standard. Les deux pays étaient également intéressés par de nouveaux avions navals de construction américaine, seule une poignée de Sea Hawks ont été transférés dans l'un ou l'autre pays, certains opérant depuis le pont d'envol du porte-avions australien de classe Majestic HMAS Sydney, bien que ceux-ci ne soient pas entrés en service dans l'escadron complet.

Origine nationale Royaume-Uni

Fabricant Hawker Aircraft

Aéronefs Armstrong Whitworth

Premier vol le 2 septembre 1947

Utilisateurs principaux Royal Navy (retraité)

Marine royale néerlandaise (retraité)

Vous êtes définitivement intrigué de découvrir SeaHawk FGA.6 .

Le Sea Hawk a été largement utilisé pendant la crise de Suez, initiée par la nationalisation par l'Égypte du canal de Suez et le blocus naval des ports du sud d'Israël en violation de l'armistice de 1949 et de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, interdisant le passage du détroit de Tiran aux navires israéliens. Le Royaume-Uni, la France et Israël ont conspiré pour provoquer la guerre, l'invasion anglo-française étant connue sous le nom d'opération Mousquetaire, à partir du 31 octobre 1956. Six escadrons de Sea Hawk y ont participé : deux à bord du porte-avions HMS Eagle et deux chacun à bord du light les porte-avions HMS Albion et HMS Bulwark. Les Sea Hawks étaient principalement utilisés pour l'attaque au sol.


Seahawk – le premier chasseur à réaction Hawker

Dès 1944, le bureau d'études de Hawker, dirigé par Sidney Camm, a commencé avec un successeur à réaction du chasseur Fury à moteur Bristol Centaurus. C'était à un moment où les premiers détails du nouveau moteur à réaction Rolls Royce B.41 sont devenus disponibles, plus tard connu sous le nom de Nene. Initialement, l'équipe de Camm a adapté la conception Fury pour le nouveau moteur à réaction avec le moteur placé dans la section centrale et le tuyau d'échappement dans le fuselage arrière. Deux prises d'air latérales assuraient la respiration du moteur à réaction. Connu sous le nom de Hawker P.1035, il avait beaucoup en commun avec le Gloster E.1/44 et avec le prototype Vickers-Supermarine E.10/44 qui devint plus tard connu sous le nom de chasseur de bord Attacker. Cependant, Hawker a développé en collaboration avec Rolls Royce un schéma de sortie d'échappement divisé qui offrait de nombreux avantages. La conception originale de l'avion à réaction a été adaptée pour l'installation de ce système d'échappement à jet bifurqué et est devenue connue sous le nom de Hawker P.1040. Ce fut le début de l'un des premiers chasseurs à réaction les plus maniables du Royaume-Uni : le Sea Hawk.

Un autre plan du prototype P.1040 montrant la disposition des tuyaux d'échappement divisés

Conception et développement précoces :

Le projet Hawker P.1040 aboutit en octobre 1945 à un contrat pour la fabrication d'un prototype. À l'origine, il était destiné à la fois à la Royal Air Force et à la Royal Navy, mais la R.A.F. bientôt retiré leur soutien car ils ne voyaient aucun avantage du nouveau chasseur à réaction Hawker sur le Gloster Meteor IV, qui venait d'établir un record du monde de vitesse de 975 km/h.

Cependant, la Royal Navy est restée intéressée par le P.1040 en tant que chasseur de bord. Il remplissait parfaitement la spécification N.7/46 pour un tel chasseur.

Essais en vol/Expériences de fusée :

Le prototype P.1040 effectua son premier vol le 2 septembre 1947 à Boscombe Down. Le pilote d'essai à cette occasion était Bill Humble. Au cours des premiers essais en vol, de fortes secousses ont été ressenties. Pour remédier à cela, un carénage en gland a été placé à l'intersection de l'empennage et de l'aileron. De plus, d'autres problèmes de démarrage ont tous été résolus sans grands problèmes et en général, le P.1040, portant la série VP401, s'est avéré avoir d'excellentes propriétés de maniement avec une grande maniabilité. Le VP401 était comme un futur chasseur naval pas encore équipé d'ailes repliables, d'un crochet d'arrêt et d'un armement il servait purement de véhicule de recherche !

VP401 a volé dans les courses aériennes nationales et le 1er août 1949 Sqn. Ldr. Wade a remporté la SBAC Challenge Cup à Elmdon à une vitesse de 821 km/h. En septembre 1949, l'avion avait terminé son programme de développement et était ensuite retourné à l'usine Hawker de Kingston-upon-Thames pour des modifications afin d'inclure un moteur-fusée dans la queue.

Quand Armstrong Siddeley a produit à la fin de 1947 un moteur-fusée de 2000 lb (907,4 kg) qui s'est avéré assez fiable, Hawker a proposé de modifier le prototype P.1040 VP401 pour ce moteur. Plus tôt, en 1945, Hawker avait déjà proposé des conceptions de chasseurs propulsés par fusée comme les P.1046 et P.1047, mais sans moteur de fusée approprié disponible à l'époque, elles ont été annulées. Le P.1040 était en fait bien adapté pour installer un moteur-fusée dans la queue avec l'échappement du jet bien en avant. Aux usines de Kingston-upon-Thames, le P.1040 a été considérablement modifié pour le nouveau moteur de fusée, connu sous le nom de « 816Snarler » 8217. Deux réservoirs de carburant de fusée ont été construits, l'un sphérique pour l'oxygène liquide d'une capacité de 341 litres et l'autre pour un mélange méthanol-eau d'une capacité de 545 litres.Il fallait également faire de la place pour le système de carburant à l'intérieur du fuselage, ce qui a réduit la capacité de carburant interne du moteur à réaction à 795,5 litres seulement. Le VP401 équipé du moteur-fusée a reçu un nouveau numéro de désignation de type : le P.1072. Le moteur Snarler a été fourni par Armstrong Siddeley en juin 1950 et le 16 novembre 1951, le VP401 a effectué son premier vol sous le nom de P.1072 de Dunsfold à Bitteswel, bien qu'avec un moteur à réaction uniquement. Le Snarler a été mis à feu quatre jours plus tard, le 20 novembre 1950, pour la première fois. Au cours de ce vol, tout le carburant de fusée a été dépensé en 160 secondes. Cinq autres combats propulsés par fusée ont eu lieu avant qu'une explosion ne cause des dommages mineurs au Snarler. Il a été réparé, mais à ce moment-là, le ministère de l'Air n'était plus intéressé par une puissance de fusée supplémentaire pour leurs combattants et le programme P.1072 a pris fin. L'intérêt officiel s'était porté sur les turboréacteurs réchauffés !

P.1072 VP401 souffle ici l'excès d'oxygène liquide

Le P.1072 a très bien volé en général avec le Snarler avec un taux de montée phénoménal. Étant donné que le Snarler ne pouvait pas être arrêté une fois tiré, le P.1072 a dû être piloté à cabrer en raison des limitations critiques du nombre de Mach. La vitesse maximale obtenue lors des essais en montée était de Mach 0,86 à 9150 m ce qui équivalait à env. 872 km/h. Le sort final du VP401 reste incertain, mais à un moment donné, il a été abandonné.

Production et utilisation opérationnelle :

Le VP401 fut bientôt suivi par les premiers prototypes entièrement navalisés VP413 et VP422. Le nouveau chasseur Hawker a été surnommé le ‘Sea Hawk’. Ils étaient équipés d'ailes repliables, d'un crochet d'arrêt et de quatre canons de 20 mm montés sur le nez. Le VP413 effectua son premier vol le 3 septembre 1948. Illustre. En novembre 1949, Hawker reçut un contrat pour produire 151 appareils sous le nom de Sea Hawk F.Mk.1 .

Une autre photo officielle de Hawker avec ‘man at work’ au moteur-fusée Snarler

En fait seulement 95 ont été construits de ce premier ordre. Hawker a fourni le premier lot de 35, mais les demandes croissantes sur le nouveau chasseur Hawker Hunter ont entraîné le transfert de la production vers Armstrong Whitworth Aircraft à Baginton où tous les Seahawks restants ont été construits jusqu'à l'arrêt de la production à la fin des années cinquante. Armstrong Whitworth a également effectué tous les travaux de développement sur les versions progressives des différentes marques. Cela comprenait l'installation de nouveaux types de Nene avec plus de poussée, l'installation d'un réservoir de carburant supplémentaire sous les ailes et des points renforcés sous les ailes pour les bombes ou les roquettes. Même lorsque la chaîne de production de Baginton était déjà fermée, Armstrong Whitworth a dû la rouvrir en 1959-1960 pour un lot de production supplémentaire de 12 Seahawks F.G.A. 6 pour la marine indienne.

Une photo très remarquable de no. 6-54 du Néerlandais Marineluchtvaartdienst, semble-t-il ! C'était en fait le résultat d'un premier photo-shopping d'une image de F.A.A. Sea Hawk F.G.A. Mk. 6 XE456. Un petit détail : les sections centrales circulaires des marquages ​​nationaux néerlandais sont beaucoup trop grandes !

Les Sea Hawks suivants ont été produits :

-VP401 : prototype P.1040 (1)
-VP413 et VP422 : Spéc. N.7/46 prototypes (2)
-WF143-WF161 WF167 et WF177 WM901-WM905 : Seahawk F Mk.1 (35 construits par Hawker)
-WF162-WF166 WF178-WF192 WF196-WF235 : Sea Hawk F Mk.1 (60 construits par Armstrong Whitworth)
-WF240-WF279 : Sea Hawk F Mk.2 (40 construit par Armstrong Whitworth)
-WF280-WF289 WF293-WF303 WM906-WM945 WM960-WM999 WN105-WN119 : Sea Hawk F Mk. 3 (116 construit par Armstrong Whitworth)
-WV792-WV807 WV824-WV871 WV902-WV922 XE327-XE338 : Sea Hawk F.G.A. 4 (97 construit par Armstrong Whitworth)
-XE339-XE344 XE362-XE411 XE435-XE463 XE490 : Sea Hawk F.G.A. 6 (86 construit par Armstrong Whitworth)

-Numéro d'enregistrement. 6-50 à 6-71 : Sea Hawk Mk. 50 pour le néerlandais Marineluchtvaartdienst (22 construits par Armstrong Whitworth bien que Francis Mason prétende à tort dans son livre « avions Hawker depuis 1920 » que 32 ont été construits)

-32 chasseurs de jour Sea Hawk Mk.100 pour l'allemand Bundesmarine 12 construit par Armstrong Whitworth + 20 par Focke-Wulf à Brême, Allemagne
-32 chasseurs tout temps Sea Hawk Mk.101 pour Bundesmarine construit par Focke-Wulf à Brême.
-12 Sea Hawk F.G.A. Mk. 6 pour la marine indienne construit par Armstrong Whitworth.

Un Sea Hawk néerlandais MLD à HATO, Curaçao avec un hélicoptère Sikorsky S-55 et S-58 en arrière-plan.
(Photo : collection Prudent Staal)

38 par Hawker y compris les prototypes
445 par Armstrong Whitworth
52 par Focke-Wulf

Nombre total fabriqué y compris les prototypes : 535.

Les différentes variantes de production du Sea Hawk étaient :

Sea Hawk F Mk. 1:
Des chasseurs de production propulsés par un moteur Rolls-Royce Nene Mk 101,
Sea Hawk F Mk. 2:
Chasseur de production avec ailerons motorisés.
Sea Hawk FB Mk. 3:
Variante chasseur-bombardier avec aile plus solide pour les magasins externes.
Sea Hawk FGA Mk. 4:
Variante de combattant/attaque au sol.
Sea Hawk FB Mk. 5:
FB Mk. 3 équipé du Nene Mk 103 50 converti de ligne de production.
Sea Hawk FGA Mk. 6 :
FGA 4 avec le Nene Mk 103 au total de 101 (86 nouvelles constructions, le reste converti à partir du stock existant FB3 et FGA 4).
Sea Hawk Mk 50 : Variante d'exportation basée sur le FGA 6 pour les Néerlandais Marineluchtvaartdienst équipé d'un système radio UHF Philips.
Sea Hawk Mk 100 :
Variante d'exportation pour la marine ouest-allemande, similaire au FGA 6 mais équipée d'un aileron et d'un gouvernail plus grands.
Sea Hawk Mk 101 : Variante d'exportation tout temps pour la marine ouest-allemande, comme Mk 100 mais équipée d'un radar de recherche dans une nacelle sous l'aile.

XE390, un Seahawk F.G.A. Mk. 6 photographié en 1966 à Hurn.
(Collection Dave Smith)

Le premier Sea Hawk F Mk.1 WF143 de série a volé le 14 novembre 1951, équipé d'un moteur à réaction Nene 4 plus puissant offrant une poussée de 2 268 kg (5 000 lb). Le premier Nene 1 n'a donné que 1814 kg (4000 lbs). Le pare-brise et la verrière du cockpit ont également été redessinés. Au cours des années suivantes, tous les lots de Sea Hawks produits ont été acheminés vers la Fleet Air Arm en tant que chasseur-bombardier standard à bord de porte-avions jusqu'à ce qu'ils soient remplacés par le Vickers-Supermarine Scimitar. Les Sea Hawk ont ​​été utilisés de manière opérationnelle à l'automne 1956 lors du déclenchement de la crise du canal de Suez. Le président égyptien Nasser avait confisqué la zone du canal de Suez afin de générer plus d'argent pour son pays. Une opération militaire combinée des forces britanniques, françaises et israéliennes sous le nom Opération Mousquetaire était le résultat. Au cours de cette opération Sea Hawks chargés de bombes et de roquettes exploités à partir des porte-avions HMS Aigle, Albion et Rempart. Les attaques contre les cibles égyptiennes ont été un grand succès sur le plan opérationnel, infligeant de lourds dégâts au matériel de guerre égyptien. Stratégiquement, cependant, Opération Mousquetaire était un désastre puisque les forces attaquantes ont dû accepter un cessez-le-feu sous la pression internationale qui a finalement abouti au retrait de toutes les forces britanniques !

À la Fleet Air Arm, les Sea Hawk ont ​​été maintenus en service de première ligne jusqu'en 1960 avant d'être progressivement supprimés.

Encore une fois Hurn Naval Air Station : WV865, un Sea Hawk F.G.A. construit par Armstrong Whitworth. Mk.4.
(Collection Dave Smith)

Utilisateurs étrangers :

Le MLD néerlandais (Marineluchtvaartdienst) a passé en 1956 une commande de 22 Seahawk FGA Mk.50’s. Celles-ci étaient globalement similaires à la F.G.A. Mk.6, mais à la demande du MLD, ils ont été équipés d'un équipement radio Philips UHF. Ils ont servi sur le porte-avions Karel Portier Un petit nombre a également été utilisé à terre dans les Antilles néerlandaises, stationné à Hato, Curaçao et sur la base aéronavale néerlandaise de Valkenburg. En 1959, ils furent équipés de deux missiles air-air Philco Sidewinder. Les pylônes sous les ailes ont été conçus et construits par Fokker et l'installation a été financée par l'OTAN. Les Sea Hawks néerlandais ont été retirés du service en 1964 et la plupart d'entre eux ont été mis au rebut. Ils n'ont pas été remplacés par un nouveau type de chasseur. Il n'en reste aujourd'hui que deux dans les musées de l'aviation néerlandais.

À peu près au même moment de la commande néerlandaise du Sea Hawk, la commande allemande Kriegsmarine commandé le Seahawk. Le premier lot de 32 étaient des Mk.100’, également à peu près similaires au F.G.A. 6 mais adapté sur un certain nombre de points aux exigences allemandes. Les 12 premiers Mk.100’ ont été construits par Armstrong Whitworth, mais les machines restantes ont toutes été construites par les usines Focke-Wulf à Brême. Ils étaient principalement conçus comme des intercepteurs de lumière du jour

Un autre lot de 32 d'une version légèrement différente, le Mk.101, a été entièrement construit par Focke-Wulf. Ils étaient conçus comme des combattants tous temps. A cet effet, ils emportaient sous une aile dans une nacelle spéciale un radar de recherche Ekco 34. Bien que le Kriegsmarine n'ayant pas de porte-avions dans sa flotte, les Seahawks allemands ont conservé tout leur équipement naval comme les ailes repliables et le crochet d'arrêt. Lorsqu'ils ont été éliminés dans les années 60, ils ont été remplacés par un certain nombre de Lockheed F-104G Starfighter.

Le dernier client du Sea Hawk était la marine indienne. Ils commandèrent à Armstrong Whitworth en septembre 1959 un lot de 24 variantes F.G.A 6 pour leur porte-avions INS Vikrant. Douze ont été remis à neuf par Ex-F.A.A. machines, mais les douze autres étaient nouvellement construites et en fait Armstrong Whitworth a dû rouvrir sa ligne de production pour cette commande. Finalement, la marine indienne a commandé 50 autres ex-F.A.A. Faucons marins. Les Indian Sea Hawks ont été utilisés jusqu'au début des années 80, date à laquelle ils ont été remplacés par un autre produit Hawker, le Harrier. Les Indian Sea Hawks ont été utilisés dans le conflit armé avec le Pakistan. Ils ont attaqué des navires de guerre pakistanais sans subir de pertes.

Un autre client moins connu du Sea Hawk était la marine australienne qui a utilisé un petit nombre d'ex-F.A.A. Machines.

Détails techniques (F.G.A. Mk. 6):

Centrale électrique: 1 × turboréacteur Rolls-Royce Nene 103, poussée de 5 200 lb (2359 kg)

-Longueur: 39 pi 8 po (12,09 m)
-Envergure: 39 pi 0 po (11,89 m)
-Hauteur: 8 pi 8 po (2,64 m)
-Superficie de l'aile : 278 pi² (25,83 m²)

-Poids à vide: 9 278 livres (4 208 kg)
-Poids en charge : 13 220 lb (5 996 kg)
-Poids max au décollage: 16 150 lb (7 325 kg)

-Vitesse maximum: 600 mi/h (965 km/h)
-Varier: 480 milles (770 km)
-Plafond de service: 44 500 pi (13 564 m)
-Taux de montée: 5 700 pi/min (29,0 m/s)
Armement:

-Pistolets : 4 canons Hispano Mk V de 20 mm (0,79 pouce) (200 rpg)
-Points durs: 6 sous les ailes et dispositions pour transporter des combinaisons de roquettes 20 × 󈬬 lb” (27 kg) roquettes non guidées ou 16 × 5 pouces (127 mm) roquettes non guidées
-Autres: 4 bombes de 500 lb (227 kg) ou 2 réservoirs de largage de 90 Imp gal (410 l)

Une rangée de Seahawks du 738 Sqn. à Ford, Sussex en cours pour le Farnborough Airshow de septembre 1957
(Collection Dave Smith)

36 Sea Hawks complets (plus huit sections de cockpit) sont connus pour survivre en 2011, principalement dans divers endroits au Royaume-Uni, bien que d'autres soient situés à l'étranger, notamment en Allemagne, à Malte, aux Pays-Bas et en Inde. Un Sea Hawk, WV908, reste en état de navigabilité dans le cadre du vol historique de la Fleet Air Arm au Royaume-Uni, bien que la remise à neuf de l'avion, y compris l'installation d'un nouveau Nene 103, ait eu lieu en 2009.

WF219 (Sea Hawk F 1) est conservé au Fleet Air Arm Museum, Yeovilton, Angleterre.
WF225 (Sea Hawk F 1) est affiché en tant que ‘gate guard’ à RNAS Culdrose, en Angleterre.
WF259 (Sea Hawk F 2) est exposé au National Museum of Flight, East Fortune, en Écosse.
WM913 (Sea Hawk FB 5) est exposé au Newark Air Museum, Newark, Angleterre.
WM961 (Sea Hawk FB 5) est affiché à Caernarfon Air World, Caernarfon, Pays de Galles.
WM969 (Sea Hawk FB 5) est exposé dans le Hangar 3 de l'Imperial War Museum, Duxford, Angleterre.
WN108 (Sea Hawk FB 5) est stocké par l'Ulster Aviation Society à Long Kesh, en Irlande du Nord.
WV797 (Sea Hawk FGA 6) est exposé au Midland Air Museum, Coventry, Angleterre.
WV798 (Sea Hawk FGA 6) (affiché jusqu'à fin 2009 à Lasham, Angleterre), est stocké chez Parkhouse Aviation à Booker, Angleterre.
WV826 (Sea Hawk FGA 6) est exposé au Malta Aviation Museum, Ta’qali, Malte.
WV856 (Sea Hawk FGA 6) est exposé au Fleet Air Arm Museum, Yeovilton, Angleterre.
WV865 (Sea Hawk FGA 6) est exposé au Musée de la Luftwaffe, Gatow, Allemagne.
WV908 (Sea Hawk FGA 6) est en état de navigabilité avec le Royal Navy Historic Flight, Yeovilton, Angleterre.
XE327 (Sea Hawk FGA 6) est affiché à Hermeskeil, en Allemagne.
XE340 (Sea Hawk FGA 6) (exposé jusqu'à récemment au Montrose Air Station Museum, en Écosse) est retourné au FAA Museum, Yeovilton.
XE489 (Sea Hawk FGA 6) est exposé au Gatwick Air Museum, Charlwood, Angleterre.
�’ (Sea Hawk Mk 50) est affiché au Traditiekamer Musée à De Kooy, Pays-Bas.
�’ (Sea Hawk Mk 50) est exposé à Kamp Zeist, Militaire Luchtvaart Museum (MLM) Pays-Bas. Auparavant, il était exposé au musée Aviodome de l'aéroport de Schiphol.
MS+001 (Sea Hawk Mk 100) est exposé à Internationales Luftfahrt-Museum, Villingen-Schwenningen, Allemagne.
IN-174 (Sea Hawk FGA 6) est exposé à Jawahar Bal Bhavan, Museum Road, Trivandrum, Kerala, Inde.
IN-240 Sea Hawk est affiché au mémorial de la Victoire en mer, Beach Road, Visakhapatnam, Andhra Pradesh, Inde
(De Wikipédia)

Un Seahawk sur le pont du HMS Albion reçoit le signal ‘Go’ de l'officier de pont avant un lancement sur la catapulte à vapeur.
(Collection Dave Smith)

-Derek N. James, Hawker -un album d'avions, Ian Allan U.K.1972
-Francis K. Mason, avion Hawker depuis 1920, Putnam U.K. 3e édition 1991

-Si le Hawker P.1040 avait été acheté par la R.A.F. il aurait été connu sous le nom de Hawker ‘Hawk’. La R.A.F. a finalement obtenu de nombreuses années plus tard son (autre) Hawk un design de Hawker Siddeley comme la société était mentionnée à ce moment-là. Lors de sa mise en production, Hawker Siddeley avait entre-temps fusionné avec la British Aircraft Corporation, rebaptisée plus tard British Aerospace.

-Deux Sea Hawk de la ligne de production ont été largement modifiés pour la recherche sur les ailes en flèche comme le P.1052 et le P.1081. Ils ont reçu des numéros de série. VX272 et VX279 .
-Le Sea Hawk pouvait être démarré électriquement. Cependant, il avait également à bord un démarreur Plessy spécial équipé de cartouches explosives Cordite.

Lorsqu'une cartouche a été utilisée pour démarrer le moteur Nene, elle a produit une grande et très caractéristique guirlande de fumée à partir d'une ouverture sur un côté du fuselage central.

Toutes les photographies : Letletlet collection sauf indication contraire.


Voir la vidéo: Hawker Sea Hurricane (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Kunagnos

    très bonne réflexion

  2. Reign

    Bravo, cette pensée doit être exprès

  3. Wilhelm

    Bravo, vous avez été visité par l'excellente idée

  4. Colum

    Je ne pense pas.



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos