Nouveau

Comté de Walworth - Histoire

Comté de Walworth - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Comté de Walworth

(LST-1164 : dp. 2 590, 1,384' ; né 56', dr. 17', art. 14 k. ;
cpl. 160 ; trp. 376 ; une. 6 3"; cl. LST-1156)

LST-1164 a été posé le 22 septembre 1962 à Pascagoula, Mississippi, par Ingalls Shipbuilding Corp.; lancé le 15 mai 1953; parrainé par Mme John A. Furr; et commandé le 26 octobre 1953, le lieutenant F. Kay aux commandes.

Le nouveau navire de débarquement de chars a quitté Pascagoula le 20 novembre 1953, à destination de Norfolk, en Virginie. Elle a effectué le shakedown dans la baie de Chesapeake et est devenue une unité de la division LST 23. Le navire est arrivé à son port d'attache de Little Creek, en Virginie, le 3 décembre 1953. Le 6 avril 1954, le LST-1164 a quitté la base amphibie pour une brève arrêtez-vous au centre d'entraînement de la Réserve navale à Jacksonville, en Floride. Le 19 avril, le navire participa à des simulations de frappes atomiques et retourna à Little Creek le 25 mai 1954.

Elle a passé le mois de juin à participer à des exercices amphibies sur l'île de Vieques, à Porto Rico. Le LST-1164 est retourné à Little Creek le 11 juillet pour des réparations de voyage dans le chantier naval de Norfolk et des exercices de remorquage au large de la plage de Little Creek.

Du 3 novembre 1954 au 24 mars 1955, le navire a participé à divers exercices avec le Corps des Marines et l'armée dans les régions de Camp Pendleton, en Virginie. Onslow Beach, Caroline du Nord ; et l'île de Vieques, Porto Rico.

Le 30 mars, le LST est entré dans le chantier naval de Philadelphie pour une révision de quatre mois. Au cours de cette période, elle a été nommée comté de Walworth le 1er juillet 1955. Elle est revenue à Little Creek le 5 août et a effectué des exercices dans la baie de Chesapeake. Le navire a pris la mer le 21 septembre pour des exercices d'attaque atomique le long de la côte est, des exercices d'artillerie dans les zones d'opération hors de Jacksonville, en Floride, et des courses d'échouage d'assaut avec des hommes de la 3d Marines et leurs véhicules et équipements de combat sur la côte nord Caroline. Le comté de Walworth est revenu à Little Creek le 8 novembre 1955 et a passé les mois suivants dans les eaux locales avec des voyages à Guantanamo et aux Caraïbes.

Le comté de Walworth a quitté Norfolk avec un chargement de munitions le 7 mai 1956 et, deux semaines plus tard, est arrivé à la base navale américaine de Port Lyautey, au Maroc français. Deux jours plus tard, elle a navigué pour la Grèce et est arrivée au Pirée le 30 mai pour des opérations avec une force opérationnelle amphibie de la 6ème flotte qui l'a emmenée aux principaux ports de la Méditerranée. Le comté de Walworth est rentré chez lui à Little Creek le 26 septembre et a passé le reste de l'année dans les zones d'exploitation locales.

Le 5 mars 1957, le navire de débarquement des chars est arrivé à la base navale de Coco Solo, dans la zone du canal. De là, elle a emmené des équipes d'enquête sur des sites d'échouage dans la rivière Chagres et d'autres endroits en préparation de l'opération "Caribex" qui a testé la mobilité des forces américaines dans la défense du canal de Panama. Elle est revenue à Little Creek de cette croisière le 16 mars et a pris la mer le 10 avril pour participer à une opération en trois phases impliquant le Corps des Marines, l'Armée et l'Armée de l'Air. L'exercice, mené sur l'île de Vieques, Fort Lorenzo, Canal Zone et Rio Hata, s'est terminé le 28 avril 1957 et le comté de Walworth a subi un entretien prolongé dans le chantier naval de New York du 14 mai au 11 juillet. Elle est revenue à Little Creek le lendemain et a commencé des opérations locales qui ont duré jusqu'au 14 novembre 1957. À cette époque, le comté de Walworth a entrepris des exercices avec les forces de guerre amphibies qui comprenaient des assauts de la pratique avec les marines sur l'île de Vieques, Porto Rico, et St. Thomas, Virgin Îles.

Le navire retourna à Little Creek le 25 mars 1958, mais un mois plus tard, il se dirigea vers Morehead City, en Caroline du Nord, où il chargea des marines et une cargaison de combat en vue d'une opération d'entraînement amphibie qui se tiendra en Méditerranée avec les forces du Royaume-Uni et de l'Italie. Elle a transité le détroit de Gibraltar le 14 mai et a visité les ports d'Izmir, Turquie, Athènes, Grèce; et Suda Bay, Crète.

Cependant, l'opération a été annulée en raison des tensions au Moyen-Orient, et le comté de Walworth a eu la distinction d'agir en tant que navire de contrôle principal lors du débarquement initial des marines à Beyrouth, au Liban, le 16 juillet. Ses opérations dans ce domaine ont continué jusqu'au 1er octobre quand elle a quitté Beyrouth et a navigué pour les États-Unis. Elle atteint Morehead City le 19 octobre et devient une unité de l'escadron amphibie 6.

Du 12 décembre 1958 au 24 février 1959, le comté de Waltworth subit une refonte au chantier naval de Charleston. Le navire a mené des opérations locales et a visité Guantanamo avant de partir pour l'Espagne. Elle est arrivée à Rota le 30 juillet et a commencé sa troisième tournée méditerranéenne qui a duré jusqu'au 9 février 1960. Elle est revenue à Morehead City et a passé les mois suivants à effectuer des débarquements d'entraînement à Onslow Beach, à faire des croisières à Halifax, en Nouvelle-Écosse et aux Bermudes, et à terminer une autre période de service dans la mer des Caraïbes qui comprenait des exercices de guerre amphibie dans les eaux de Porto Rico et des îles Vierges.

Le 28 octobre 1960, le comté de Walworth quitte Little Creek avec l'escadron amphibie 6 pour un quatrième déploiement méditerranéen. Le navire a apporté un soutien efficace à la pratique d'assaut avec les équipes de débarquement des bataillons de Marines dans la baie d'Augusta, en Sicile; avec les équipes de raids grecs à Navplion, en Grèce ; et avec les escadrons amphibies 6 et 4 et deux équipes de débarquement du bataillon de marine à Portoscuso en Sardaigne.

Le comté de Walworth est revenu à Little Creek le 19 mai 1961 et a subi une révision dans le chantier naval de Norfolk jusqu'en septembre 1961. Il a passé le reste de l'année à s'entraîner à l'assaut amphibie à Onslow Beach et à Camp Pendleton où il a participé à l'entraînement d'assaut au débarquement de l'armée.

Le comté de Walworth a quitté Little Creek le 17 janvier 1962, a embarqué des marines à Morehead City et s'est dirigé vers Guantanamo Bay pour participer à l'opération "Springboard 62". Le navire a fait escale dans plusieurs ports des Caraïbes, puis a débarqué les marines à Morehead City le 1er mars. Quatre jours plus tard, elle est retournée à Norfolk où elle a été placée en statut de disponibilité restreinte jusqu'au 15 mai 1962.

À cette époque, le comté de Walworth a embarqué des marines de la compagnie "Foxtrot", de l'équipe de débarquement du bataillon 2/6 et, le 1er juin, a effectué une tournée sur toute la longueur de la Méditerranée d'Alicante, en Espagne, à Marmaris en Turquie, où elle a opéré avec des troupes turques combinées. et les forces grecques. Après de nombreux exercices, y compris sept assauts d'entraînement amphibie sur diverses plages, elle a navigué vers son port d'attache et est arrivée à Norfolk le 20 octobre 1962. Le lendemain, elle a été appelée à participer au blocus cubain et a opéré dans les Caraïbes avec le prêt amphibie groupe jusqu'au 4 décembre quand elle est revenue aux États-Unis et a débarqué des marines à Morehead City. Le comté de Walworth arriva à Norfolk le lendemain et passa le reste de l'année en congé et en entretien.

Au début de 1963, le comté de Walworth a mené des opérations locales dans la région de Little Creek. Après être entré dans le chantier naval de Gibbs, Jacksonville, Floride, le 3 avril, il a terminé sa période de chantier et ses essais en mer prévus, puis s'est dirigé vers Little Creek le 10 juin. Le navire a participé à une formation de recyclage amphibie en juillet et août, suivie d'une période de disponibilité restreinte de trois semaines. Pendant le reste de 1963, elle a participé à des opérations locales, a visité Rockland, Maine, pour obtenir des données tactiques pour la classe LST-1156 et a subi une révision.

En janvier 1964, le comté de Walworth est parti pour Panama où il a passé plus de quatre mois à faire 16 transits du canal, dont un aller-retour qu'il a effectué en moins de 23 heures. À la fin du mois de mai, il est retourné à Little Creek et, après la disponibilité de l'appel d'offres, a participé aux exercices « MEBLEX » et aspirants. Suite à cela, elle a fait un appel à New York pour l'Exposition universelle et est revenue à Little Creek le 11 août. Pendant qu'il était au port, le comté de Walworth a été utilisé dans la production d'un film sur la santé mentale du Bureau de médecine et de chirurgie. À la fin du mois d'août, le LST-1164 est de nouveau en route pour un transport vers Guantanamo Bay, à Cuba, et est revenu - via Miami, en Floride - le 13 septembre 1964.

Le comté de Walworth a passé une courte période dans la cour avant de se mettre en route le 6 octobre pour « Steel Pike I », le plus grand exercice amphibie depuis la Seconde Guerre mondiale. En plus de remplir son rôle dans l'opération, elle a fait escale à Rota, en Espagne et aux îles Canaries avant de rentrer chez elle le 28 novembre. Compte de Walworth
passé les vacances de Noël et du Nouvel An en disponibilité.

Début février 1965, le LST-1164 a navigué pour Vieques et a pris la liberté dans les îles Vierges et à San Juan et Ponce, Porto Rico. Elle est revenue à Little Creek le 8 mars et a participé ensuite à des exercices pour entraîner le personnel militaire à la guerre amphibie. À la suite de ces exercices d'entraînement, le navire a mené des opérations locales et s'est préparé à un déploiement à venir.

Après avoir terminé tous les préparatifs, le comté de Walworth s'est mis en route avec l'Escadron amphibie (PhibRon) 6 le 24 janvier 1966. Il s'est rendu aux Bermudes en tant qu'escorte pour les dragueurs de mines lorsque l'escadron a été rappelé. Après avoir passé une semaine aux Bermudes, elle est retournée à Little Creek. Le 6 mars, le navire est devenu en route pour son sixième tour méditerranéen. Là, elle a participé à un exercice combiné de l'OTAN et à d'autres opérations d'assaut amphibie. Le 1er juillet, elle est devenue une partie de PhibRon 8. Le comté de Walworth est retourné aux États-Unis le 2 août, a subi une période de formation et d'entretien, puis a passé les dernières semaines d'août sur une croisière d'aspirant et à prendre à bord des personnes à charge du équipage pour une journée en mer.

Le 1er septembre 1966, le comté de Walworth s'est mis en route pour Guantanamo Bay avec des marines embarqués. Après un court séjour, il regagne son port d'attache où il suit une formation et un entretien. Le 26 septembre, elle s'est dirigée vers la zone d'opération de Boston avec des techniciens civils et des représentants du Naval Ordnance Testing Laboratory. Le navire s'est rendu à Fort. Lauderdale, en Floride, pour décharger l'équipement d'essai avant de retourner à Little Creek. Le 18 octobre, le comté de Walworth a connu une période de disponibilité des offres. Fin novembre, il a participé à un exercice au large de Vieques et a été envoyé à San Juan, Porto Rico, pour des réparations. Le 15 décembre, le LST est parti pour Little Creek et a passé les vacances de Noël à la maison.

Le Nouvel An 1967, a trouvé le comté de Walworth dans le chantier naval de Norfolk pour les réparations de ses hélices, mais il est retourné à Little Creek le 20 mars. Après un court voyage à New York, le navire a pris la route le 8 avril et s'est dirigé vers les Caraïbes pour participer à l'exercice de services conjoints "Clove Hitch III". Elle est revenue à Little Creek le 4 mai et a passé un mois à suivre une formation d'entretien et de post-réparation.

Septembre et octobre ont été consacrés à une tournée de bonne volonté au large de Deal Island, dans le Maryland, et à l'opération "JCOC 37", un assaut amphibie au large d'Onslow Beach N.C. Du 27 octobre au 10 novembre 1967, le comté de Walworth a été déployé dans les Caraïbes. Au retour du navire à Little Creek, elle a commencé une révision et s'est ensuite préparée pour une prochaine tournée méditerranéenne.

Le 3 janvier 1968, le comté de Walworth a fait route pour Morehead City, où il a embarqué des marines et chargé de l'équipement. Le 6 janvier, elle a rendez-vous avec cinq dragueurs de mines et a commencé le voyage à travers l'Atlantique Nord pour sa septième croisière méditerranéenne. Elle atteint Rota, en Espagne, le 3 février et commence une série d'exercices "Phiblex" qui l'emmènent en Sardaigne et en Corse. Son équipage a apprécié le congé à Toulon, France; La Spezia et Naples, Italie ; et Rota, Espagne. Le 27 avril 1968, le comté de Walworth a participé à l'opération "Dawn Patrol" impliquant 40 navires de cinq nations. Les exercices se sont achevés le 12 mai à Timbakion en Crète. Le navire a ensuite navigué pour Rota, en Espagne, et a traversé l'Atlantique Nord. Le comté de Walworth est arrivé à Morehead City, en Caroline du Nord, le 8 juin 1968 et s'est rendu à Little Creek où elle est arrivée le lendemain.

Après un mois de maintenance, le comté de Walworth a participé à un exercice fluvial sur la James River, qui a enseigné les principes fondamentaux de la guerre fluviale et les leçons apprises au Vietnam, du 9 au 19 juillet. Le navire a ensuite passé le reste du mois de juillet et la majeure partie du mois d'août à faire l'objet d'un appel d'offres.

Le navire de débarquement est devenu en route le 23 septembre 1968 pour un déploiement de SOUTHCOM en tant que membre de la Division LST 41. Après un voyage à la Zone de Canal, elle est devenue en route le 9 octobre pour une visite en Jamaïque. En atteignant Montego Bay, le comté de Walworth a été rappelé au Panama lorsqu'un soulèvement a renversé le gouvernement panaméen. Elle est arrivée dans la Zone de Canal le 14 octobre et, le jour suivant, a transité le canal vers le Pacifique. Elle est restée à la base navale de Rodman jusqu'au 8 novembre 1968.

Chargé du matériel de l'opération "Handclasp", le comté de Walworth est parti pour l'Équateur ce jour-là et est arrivé à Guayaquil le 9 novembre 1968. Il est retourné à Rodman le 17 novembre et, à l'exception de quatre débarquements amphibies et d'un transit aller-retour du canal, est resté là jusqu'au 9 janvier 1969.

Du 1er mars au 16 mai, le LST-1164 a été entretenu à la Norfolk Shipbuilding and Drydock Corp. à Berkley, en Virginie. Le navire entame alors une période d'entretien dans son port d'attache. Le 21 juillet, elle a commencé une formation de recyclage amphibie et s'est ensuite préparée pour le mouvement outre-mer. Du 15 septembre au 25 novembre, le navire a opéré dans le Caribbean Ready Group.

À son retour à Little Creek, le navire de débarquement des chars a commencé une autre période de congé et d'entretien. Puis elle a mené un exercice d'entraînement du 12 au 16 janvier 1970. Le 30 janvier, le navire a commencé un mois de disponibilité d'appel d'offres par Vulcan (AR-5) qui était amarré à la base navale de Norfolk. Ce travail a duré jusqu'au 20 février lorsque le comté de Walworth est revenu à Little Creek.

Après plusieurs mois d'opérations locales, le comté de Walworth a navigué indépendamment le 8 juillet 1970 pour l'Amérique du Sud. Sa mission était avant tout une mission de bonne volonté. Elle a livré des fournitures de secours aux ports péruviens et transporté du matériel du projet "Handclasp" en Équateur. Pour le reste du déploiement, le LST-1164 a effectué des missions nombreuses et variées, allant d'être un foyer pour les scientifiques du Smithsonian effectuant des recherches en biologie marine à servir de ferry pour les expositions des États-Unis à une foire régionale à Bocas del Toro, au Panama. Au cours de son déploiement de trois mois, le comté de Walworth a parcouru plus de 9 000 milles et elle a reçu une lettre de recommandation de l'amiral C. D. Nace, commandant des forces navales des États-Unis, du Southern Command et commandant du 15e district naval. Après un dernier transit par le canal de Panama, le comté de Walworth est rentré chez lui et est revenu à Little Creek le 23 octobre 1970.

Après les périodes de congé post-déploiement, le comté de Walworth a commencé les préparatifs pour l'inactivation. Le 4 janvier 1971, le contrôle opérationnel et administratif du navire a été transféré de la Force amphibie de la flotte de l'Atlantique des États-Unis à l'Installation de maintenance des navires inactifs, à Norfolk.

Après trois mois de travail par son équipage, le LST-1164 a été désarmé en avril 1971. Le navire a ensuite été remorqué jusqu'à Orange, Texas, où il est arrivé le 14 avril 1971. Il a été mis en cale sèche le 11 mai pour la phase sous-marine d'inactivation avec la phase de surface devrait commencer à la fin de la phase de cale sèche.

En mai 1972, le comté de Walworth devait être transféré à l'administration maritime et mis en place à Suisun Bay, en Californie, mais il a servi dans le Military Sealift Command de mai 1972 jusqu'à ce qu'il soit rayé de la liste de la Marine le 1er novembre 1973. Le 19 juin 1974 , il a été remis à l'administration maritime et amarré à Suisun Bay, en Californie.

En avril 1979, le comté de Walworth faisait toujours partie de la flotte de réserve de la Défense nationale.


Comté de Walworth - Histoire


B.P. Boîte 159
Delavan, WI 53115

Contacter WCGS : Walworth Genealogy

Un membre affilié de la
Société généalogique de l'État du Wisconsin

Notre Société réussit grâce à la générosité et la participation de nos membres et grâce aux dons des autres. Pour faire une contribution déductible fiscalement, cliquez ici : Des dons
Ou
Rejoignez-nous!
Formulaire d'adhésion

Nous avons été profondément attristés d'apprendre le décès de notre membre Terri DeVoy, le 2 février 2015. Elle nous manquera !

Nous avons été profondément attristés d'apprendre le décès de l'un de nos premiers membres, Dorothy Hollinger,
3 septembre 2017.
-->

En raison du mauvais temps, la réunion du mardi 3 mars est annulée !

-->
Nos rencontres ont lieu le 1er mardi du mois, au Centre communautaire,
826 E. Geneva St., Delavan, WI, et sont à 18h30, sauf indication contraire.


Dates spéciales de la bibliothèque des fêtes
La salle de bibliothèque WCGS sera fermée les 24 et 31 décembre 2019


Un message de Noël de vos webmasters WCGS
Lorsque vous assistez à vos réunions de famille, n'oubliez pas d'obtenir les dernières données familiales !
(Et demandez à grand-mère et grand-père s'ils ont des souvenirs qu'ils aimeraient partager !)

Passez un joyeux Noël béni et en toute sécurité !

Nous entendons souvent parler des hommes sur le lac et de la façon dont ils ont fait fortune. Mais que faisaient les femmes ? Il s'avère qu'ils ne se contentaient pas de siroter du thé glacé sur leurs vérandas. Rencontrez quelques-unes des femmes remarquables qui ont contribué à façonner l'histoire, non seulement de cette région, mais de ce pays.

Christine Brookes est co-présidente de notre société et est une conférencière très renommée dans notre région.

--> 6 novembre 2018- 18h30 - Pré-planifier vos funérailles -
Andy Haase de Haase-Lockwood and Associates

Éliminez une partie du stress de votre famille après votre décès en planifiant à l'avance.
Ne leur laissez pas toutes les décisions importantes.

Aussi
Nous présenterons la liste pour les élections de décembre.
--> 4 décembre 2018 - 17h30 Pot de chance annuel de Noël, élections et bingo

WCGS fournira l'entrée (jambon, poulet et bœuf italien)

Apportez un accompagnement à partager. Apportez un cadeau (10,00 $ ou moins) pour le Bingo à emporter

--> Janvier 2019 - Pas de Réunion - Bonne Année !

--> Notez le changement de date, d'heure et de lieu pour la réunion de février !

Notre réunion de février a été annulée en raison du temps glacial.

Vendredi 8 février 2019 11h00 - WCGS Show and Share -


--> Remarque : La réunion de mars sera de retour à notre lieu de réunion habituel à Delavan.

--> Remarque : Notre réunion d'août aura lieu au Centre communautaire de Delavan

--> 2 juillet 2019, 18h30 - Une soirée avec FDR

Présenté par Ed O'Brien
Ed présentera une impression historique de FDR et de sa vie. Venez entendre notre président le plus ancien.


--> 1er août 2019 - 18h30 - Notre soirée annuelle de crème glacée

Apportez vos propres garnitures à partager, nous fournissons la crème glacée !
Découvrez quelques-uns de nos reconstituteurs costumés des visites passées du cimetière !

--> 3 septembre 2019 - 17h30 - Notre 31e dîner annuel ! -
Cette année, nous serons de retour à
Foley's Irish Woods, Ouest 3905 Autoroute 50, Lac Léman
Notre conférencière après le dîner sera Merilee Lee, directrice du musée Hoard à Fort Atkinson
qui nous parlera de leur grande collection Civil War

-Cliquez ici pour vous inscrire.


--> Janvier 2020 - Pas de Réunion - Bonne Année ! --> Note : Nos réunions de février et mars auront lieu
dans notre salle de bibliothèque à la Matheson Memorial Library
--> Remarque : En raison de la situation COVID-19, notre salle de bibliothèque ne sera pas dotée de personnel et nos réunions sont annulées jusqu'à nouvel ordre. Nous espérons que notre personnel sera disponible pour vous aider dans un proche avenir chaque fois que la situation actuelle change. Nous vous tiendrons informé.
4 février 2020 - 13 h 30 - Spectacle annuel et partage
Apportez vos dernières découvertes ! -->
1 octobre 2019 - 18h30 - Début de la généalogie avec Karen Weston

Karen présentera un plan de match global pour commencer votre recherche familiale. Elle montrera les sites Web disponibles pour des recherches approfondies sur vos routes ancestrales et comment utiliser ces sources.

--> 5 novembre 2019 - 18h30 - Programme norvégien &emsp&emsp&emsp&emsp&emsp&emsp&emsp
Corlene Bartels présentera un programme de 150 lettres entre deux
demi-frères, Lars et Knut Stavig, sur les expériences des immigrants
de venir dans un nouveau pays. Lars est venu aux États-Unis
tandis que son demi-frère, Knut, est resté en Norvège.

3 décembre 2019 - 17 h 30 - Pot de chance annuel de Noël, élections et bingo
WCGS fournira l'entrée.
Apportez un accompagnement à partager. Apportez un cadeau (10,00 $ ou moins) pour le Bingo à emporter


--> 2 avril 2019, 18h30 - Pourquoi l'appelons-nous ainsi ?

Présenté par Michael Rehberg


Du lac Duck au lac de Côme et du lac Bigfoot au lac Léman, ce programme explique comment et pourquoi des lieux clés de notre région ont reçu leur nom. Apprenez les réponses à des questions telles que : Qui était Edward C. Delavan, Lewis F. Linn, Rueben J. Walworth ? Où s'appelait la ville Hudson ? Qu'est-il arrivé à West Troy? Et plus.
--> 4 juin 2019, 18h30 - Mariages d'autrefois

Présenté par Karen Weston, présidente de WCGS


Comme juin est un mois très chargé pour les mariages, nous avons pensé qu'en apprendre davantage sur les rituels de mariage du passé serait un bon thème pour notre réunion de juin ! Karen présentera une courte présentation powerpoint des expériences de nos ancêtres et de leurs mariages. N'hésitez pas à apporter et à partager des robes de mariée anciennes et des parures et/ou accessoires de mariés, ou peut-être la plus ancienne photo de mariage de votre collection. Vous serez encouragé à partager de brèves informations sur le couple représenté et sur la façon dont ils s'intègrent dans votre famille. Commencez à chercher dans ces vieux albums photo et boîtes de photos ! --> 3 mars 2020, 13 h 30 - Après-midi de recherche à la Matheson Memorial Library dans la salle Mary Bray.
Découvrez les nouvelles acquisitions et obtenez de l'aide pour la recherche informatique.

--> 1er mars 2016- 13h30 -

--> 5 avril 2016 - 18h30 -
--> 3 mai 2016 - 18h30 -
--> 7 juin 2016 - 18h30 -
--> 2 août 18h30 -
Ice Cream Social - apportez vos propres garnitures à partager
Vous pouvez jouer à Genealogy Jeopardy avec Karen Weston !
--> 4 avril 2017- 18h30 - Trésors de la bibliothèque WCGS- avec conférenciers : Comité de la bibliothèque WCGS : Diana Bird, Judy Rockwell et Marilyn Traver
Nous nous rencontrerons dans la salle Mary Bray de la bibliothèque commémorative Matheson, pour découvrir les ressources nouvellement réorganisées disponibles pour la recherche généalogique d'État, nationale et internationale !

--> Remarque - La réunion de mai se tiendra conjointement avec la bibliothèque Matheson Memorial dans la salle communautaire de la bibliothèque Matheson Memorial à Elkhorn !

2 mai 2017 - 18 h 30 - Principes de base de l'ADN & Comprendre vos résultats ADN d'ascendance &emsp&emsp&emsp&emsp&emsp&emsp
Conférencière : Mary Eberle, propriétaire de DNA Hunters, LLC, et membre de l'Association of Professional Genealogists et généalogiste génétique expérimentée. Sa présentation comprend un aperçu de l'utilisation de l'ADN pour
recherche familiale : les types d'ADN, les meilleures entreprises à utiliser, quels parents tester et comment
interpréter les résultats de votre test ADN. Mary mettra l'accent sur l'interprétation des résultats de l'ADN d'Ancestry.

--> Remarque - La réunion de juillet aura lieu à Whitewater le samedi 8 juillet. Pour organiser un covoiturage ou un covoiturage, appelez et laissez un message au numéro de notre société au 262-723-9150.

Samedi 8 juillet 2017 - 12h00 - Planification du cimetière de Whitewater Hillside - avec Karen Weston
Nous travaillerons à la création d'un livret de cimetière pour l'UW-Whitewater
promenade au cimetière du cent cinquantenaire en 2018.
Rendez-vous devant le portail le
Rue du sud du Wisconsin

1er août 2017 - 18h30 - Chez Delavan ! Notre social annuel de la crème glacée -
Apportez vos propres garnitures à partager, nous fournissons la crème glacée ! Du plaisir et des jeux !

Note - Changement d'heure Nous nous retrouverons à 17h50 pour notre dîner annuel !

.--> Horaires spéciaux de la bibliothèque de vacances WCGS :

Notre salle de bibliothèque ne sera pas occupée avant le 9 janvier 2018, date à laquelle les heures normales d'ouverture reprendront.

--> Bonne et heureuse année en toute sécurité !! --> Si une réunion doit être annulée en raison du mauvais temps, nous l'annoncerons ici. Vérifiez donc cet endroit avant 12h00 pour un avis d'annulation ou appelez le 262-723-9150.

--> 6 février 2018 - 11h00 - Spectacle annuel et partage : Apportez un sac à lunch!
Nous commençons notre année par une sortie sur le terrain au Musée du Lac Léman,
où nous visiterons le musée après notre réunion et notre déjeuner.
Pour voir plus, cliquez ici!

--> A noter changement de lieu pour la réunion de mars !

--> 6 mars 2018- 13h30 - Trésors de la bibliothèque WCGS-
avec conférenciers : Comité de la bibliothèque WCGS : Judy Rockwell, Diana Bird et Marilyn Traver
Nous nous retrouverons dans la salle Mary Bray de la bibliothèque Matheson Memorial,
où verront les ressources entièrement réorganisées disponibles pour la recherche généalogique mondiale !

--> Remarque : Changement d'heure et de lieu pour notre réunion de juin !

--> (Contenu conjointement avec la Matheson Memorial Library
à la salle communautaire de la bibliothèque Matheson à Elkhorn! )


David A Stumpf, MD, PhD, nous fera une présentation et préparera le terrain pour les options que vous pourriez souhaiter poursuivre.
L'ADN a trois rôles principaux en généalogie : &emsp
&emsp&ensp • valider les conclusions des enregistrements historiques, &emsp
• se connecter avec d'autres chercheurs de votre famille avec de nouvelles informations factuelles,
&emsp&ensp • percer des murs de briques. &emsp

--> 3 juillet 2018 - Pas de réunion - Profitez de la fête de l'indépendance !


7 août 2018 - 18h30 - Ice Cream Social

Notre Ice Cream Social annuel - WCGS fournit la crème glacée, et vous apportez votre favori
des garnitures à partager, puis, encore une fois, nous jouerons à Genealogy Jeopardy avec Karen Weston !

--> 3 octobre 2017- 18h30 - Vice-président Karen Weston présente l'histoire des Indiens d'Amérique,
également la sélection du comité électoral pour notre prochaine élection en décembre. On le fera
choisir les candidats pour 2 postes d'administrateur cette année. -->

--> Visitez notre salle de bibliothèque avec personnel tous les mardis de 10h00 à 15h00 (jusqu'à 7h00 le troisième mardi)
dans la salle Mary Bray de la Matheson Memorial Library à Elkhorn.

Nous sommes également ouverts le troisième samedi de chaque mois de 10h00 à 14h00

Nouveau - Nous avons maintenant un service téléphonique!
(262) 723-9150


Énoncé de mission
La Walworth County Genealogical Society a été organisée dans le but de réunir des chercheurs familiaux qui peuvent se mettre en réseau et promouvoir la préservation des objets de famille et des documents. Notre objectif est d'aider les autres à retrouver leurs ancêtres, de les éduquer sur la généalogie, de copier les données des cimetières de la région et de stimuler l'intérêt pour notre comté et notre généalogie.


Cliquez ici pour voir notre marche 2014 au cimetière.


La ville 1, nord, rang 15 est, est partie de l'ancienne Delavan, le 21 mars 1843, et porte le nom de la ville de Sharon dans le comté de Schoharie, New York. Bordé par Clinton, Rock County et au sud par Chemung et Leroy, dans l'Illinois.

John READER est venu en 1836 et a innové. Les autres premiers venus étaient : AUCHAMPAUGH, BELL, BEST, BILLINGS, BLAKE, CASE, CONDER, KIRBY, LANGDON, MASON, McCONDEY, REYNOLD, SOUTHARD, TOPPING, VAN NOSTRAND, VAN WINTER et VAN WORMER.

South Grove, aux sections 17 et 20, avait un magasin et un bureau de poste en 1845. Une église a été construite et un cimetière a été aménagé.

Allens Grove a été visité pour la première fois en 1844 par Pline et Sidney ALLEN. Le village a été érigé en 1852. Une académie a été construite en 1856. En 1884, c'était presque un village désert avec seulement un bureau de poste et un magasin.

Il y avait une église congrégationaliste en 1845 et une église construite en 1852. Un petit groupe de méthodistes s'organisa en 1858.

De l'histoire du comté de Walworth Wisconsin, Vol. 1, par Albert Clayton Beckwith, éd. 1912.

Le très révérend Martin KUNDIG fonda la mission Sainte-Catherine en 1846. Ses services furent assurés pendant plus de soixante ans par des prêtres d'autres paroisses - notamment depuis vingt ans ou plus de l'église d'Elkhorn. Une chapelle fut construite en 1896, et une église en 1910. Le Père HERMES y vint comme curé résident, pendant quelques semaines en 1910, et après lui le Révérend Thomas PIERCE en 1911.

Dix-neuf membres ont constitué la société congrégationaliste en 1868, et une église a été construite cette année-là. Le révérend James G. SCHAEFER, avec quelques autres membres de l'église luthérienne, figurait parmi les organisateurs de cette société. Les pasteurs, aussi connus que possible, ont été Isaac BARKER, 1870 Albert A. YOUNG, 1871 Albert M. CASE, 1875 Thomas A. WADSWORTH, 1878 Luther CLAPP, 1879 John Mitchell STRONG, 1882 John HARRIS, 1884 Arthur McCalla THOME, 1885 John SCHOLFIELD, 1887 John SABIN, 1890 Daniel R. GROVER, 1891 William MILLARD, 1893 Frederick M. HUBBELL, 1895 Carl D. THOMPSON, 1896 Thomas KENT, 1900 Robert J. LOCKE, 1902 H. Samuel FRITSCH, 1904. La société est devenue trop faible en nombre pour continuer longtemps après 1904, et en 1911 leur bâtiment a été vendu pour être converti à un autre usage.

Le révérend George F. BRIGHAM, alors laïc, rassembla un petit groupe d'épiscopaliens et leur servit de lecteur. Le premier service complet a eu lieu en 1868 par le révérend William E. WRIGHT, alors de Janesville. Avant de construire leur chapelle, en 1879-80, les membres se sont réunis dans une salle de danse, à la gare, dont M. BRIGHAM a été pendant de nombreuses années agent, et à l'église luthérienne. M. BRIGHAM a reçu les ordres de diacre le 11 juin 1876 et le 27 mai 1902, il a été pleinement ordonné prêtre et est toujours au service de l'église, bien que plein d'années. Depuis le début, il a tenu un compte rendu minutieux des affaires de la paroisse, et sa mémoire bien stockée conserve des traces non écrites de beaucoup d'autres choses qui pourraient autrement être perdues pour s'intéresser aux hommes et aux événements de près d'un demi-siècle. Il est né en 1830 et peut être considéré comme le "grand vieil homme" de Sharon.

Un certain nombre d'habitants de la ville se sont réunis chez Martin VAN ALSTYNE le 27 septembre 1845, pour organiser la première église évangélique luthérienne de Sharon. Son nom fut choisi, son lien synodal fixé et ses officiers élus. Sa première réunion annuelle eut lieu au même endroit, le 28 septembre 1846, présidée par le révérend Marcus W. EMPIE. Il lut sa commission du conseil luthérien des missions du synode franckéen et fut reçu comme curé. Lors d'une réunion spéciale, le 9 octobre 1849, il fut résolu de construire une chapelle qui serait ouverte librement à l'usage des autres confessions orthodoxes. Il a en outre été déterminé à accepter le don de M. VAN ALSTYNE de deux acres de terre et à y construire à la ligne entre les sections 34 et 35, à environ quatre-vingt-cinq tiges de la limite de l'état et à un peu plus d'un mille et demi de le village actuel. La chapelle était prête à être utilisée en 1850. Entre 1856 et 1861, elle a été déplacée dans le village et remaniée, et est depuis conservée en excellent état. Avant 1866, son service n'était pas continu. Ses pasteurs ont été M. EMPIE, 1845-1852 Rufus SMITH, Jr., 1856-1861 Henry L. DOX, 1863. La continuité a commencé avec James G. SCHAEFER, 1866 Leander FORD, 1868 M. HAMMOND, 1875 Dr. David Harold SNOWDEN , 1878 Jacob W. THOMAS, 1881 JH WEBER, 1887 IJ DELO, 1889 Luther L. LIPE, 1891 Leander FORD (encore), 1897 William J. SPIRE, 1902 Thomas B. HERSCH, 1904 William F. BARNETT, 1906-1912. Il s'agit d'une congrégation anglophone.

Une société évangélique luthérienne germanophone fut formée vers 1897, et son église fut construite en 1903. Sa liste de pasteurs et ses dates de service ne sont que partiellement connues : HR ROEHR, M. SCHERT, Gerhardt F. KUEHNERT, Thomas B. HERSCH, 1905 Herman A. STEEGE, 1906 George F. HACK, 1907 Theodore BERGEN, maintenant responsable. Chacune de ces églises a son presbytère confortable.

Une société épiscopale méthodiste a été constituée en 1843 à South Grove et a été pendant un certain temps approvisionnée par des cavaliers de circuit. En 1856, il a construit une église au village de Sharon et l'a depuis amélioré et a fourni un bon presbytère. Sa liste de membres du clergé commence par Hiram H. HERSEY vers 1856, après qui Thomas WHITE, 1857 Stephen SMITH, 1860 Andrew J. MEAD, 1861 William Page STOWE, 1863 Daniel C. ADAMS, 1865 AC MANWELL, 1866 Clark SKINNER, 1868 William H. SAMPSON, 1869 Norvall J. APLIN, 1871 JC ROBBINS, 1873 Daniel Brown, 1874 AJ BRILL, 1875 AA REED, 1877 Samuel C. THOMAS, 1879 Samuel REYNOLDS, 1880 Charles B. WILCOX, 1881 Andrew J. BENJAMIN, 1883 Joseph ANDERSON, 1884 Frank A. PEASE, 1885 Stephen A. OLIN, 1888 Payson W. PETERSON, 1891 William A. PETERSON, 1893 Elvardo C. POTTER, 1896 Sabin HALSEY, 1898 William CLARK, 1899 J. Thomas MURRISH, 1902 Andrew PORTER, 1903 George W. BLANC, 1906-12. On peut voir que quelques-uns d'entre eux ont effectué des tâches à Allen Grove.

Liens favoris pour le canton de Sharon

1890 Sharon Twp., Walworth Co., recensement des vétérans de l'Illinois
Informations fournies par Martin W. Johnson

Nom du cimetière Emplacement Cimetière Actif
Allen's Grove/Mont Phillips Sec 31 borde le canton de Darien et Rock Co Oui
Ronce de Chêne Enterrements de Sharon, à travers la frontière de l'Illinois Oui?
Nord Sharon 5 mi N de la ville sur Cty C et Lake Shore Rd Sec 9 Oui
Bois de chêne sur Cemetery Road à un mile au nord de Sharon et bloc à l'ouest dans Sec 21 Oui
Vieux cimetière du village enlevé à Oakwood non
Sainte-Catherine 2 mi W Cty P (Rock Co) Oui
Bosquet du Sud Salt Box Rd S de Co B Sec 20 non

Plan du canton vers 1900

Plan du canton vers 1907

Plan du canton vers 1923


Histoire

Au début des années 1800, le colonel Samuel Phoenix, qui a repéré un rack de bois de wapiti pris dans un arbre, a proclamé la région sous le nom de « Corne d'élan ». La beauté immaculée de la région et ses sols fertiles ont attiré l'attention de Daniel Bradley, de son frère Milo et de LeGrand Rockwell dans leur quête pour créer un village. En 1846, date de la première assemblée municipale, Elkhorn comptait 539 habitants.

Situé au centre du comté de Walworth, Elkhorn a été désigné siège du comté en 1846. En tant que siège du comté, Elkhorn sert de communauté d'accueil pour la gouvernance et la justice, les organisations financières et de services, ainsi que les installations et les événements. Un magnifique parc entoure le County Government Center, un point central du centre-ville d'Elkhorn. C'est là que les familles se sont réunies pour dire au revoir à leurs soldats pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus tard, le parc est devenu le cadre de décorations de Noël uniques, ce qui lui a valu d'être connu sous le nom de « Ville des cartes de Noël ».

La réputation de "The Christmas Card Town" est reconnue chaque année à travers une série de peintures à l'huile créées par l'artiste résident Jan Castle Reed représentant les monuments historiques de la ville. La "ville des cartes de Noël" a commencé avec une série d'aquarelles réalisées dans les années 1950 par Cecil Johnson pour Ford Motor Company, qui ont ensuite été utilisées pour les cartes de Noël. La tradition se poursuit grâce aux talents artistiques de Jan Castle Reed et au parrainage de la Chambre de commerce de la région d'Elkhorn.

En 1851, il est devenu le siège de la foire du comté de Walworth, considérée comme l'une des meilleures foires de comté du pays. Aujourd'hui, l'événement attire plus de 100 000 visiteurs dans la ville. Pour plus d'informations sur la foire du comté ou d'autres activités sur le terrain de la foire, contactez la société agricole du comté de Walworth.

La devise d'Elkhorn, « Vivre en harmonie » reflète ses valeurs traditionnelles de « ville natale » et l'arrière-plan musical de la communauté provenant des fabricants d'instruments de groupe source et de la réparation, l'importance historique du compositeur Joseph Philbrick Webster de l'époque de la guerre civile et du groupe Elkhorn-Holton.


Histoire de la ville

Au printemps de 1837, John Bruce, Jr., de l'État de New York, a acheté la totalité de la section 27 qui est le site actuel du village de Darien. Il a construit une maison en rondins qui a également été utilisée comme hôtel, où se trouve maintenant le presbytère méthodiste.

Un règlement a surgi appelé « Bruceville » et a conservé le nom jusqu'en 1840, quand il a été rebaptisé Darien, après Darien, New York, l'ancienne maison de plusieurs familles d'influence dans la communauté.

Il a immédiatement mis de côté une bande de terre de trois acres à perpétuité qui sera connue sous le nom de Commons. C'était un endroit où les soldats s'exerçaient et devint plus tard connu sous le nom de Bruce Park. Le sentier à côté de The Commons était un sentier indien qui est devenu plus tard une route territoriale. Cela a été utilisé comme une route militaire reliant Fort Dearborn (Chicago) et Fort Madison et Portage.

En 1838, une loi de la législature territoriale du Wisconsin a créé la ville de Delavan, composée de quatre villes dont Darien était l'une. Par un acte de la législature, en 1840, Darien a été détaché et formé en une ville séparée. Le village de Darien s'est séparé de la ville en 1951 lorsqu'il a été incorporé.

John Bruce a été le premier maître de poste lorsque le bureau de poste a été établi en 1839. La première assemblée municipale a eu lieu dans la maison Bruce en 1842. En 1845, il a été nommé président du conseil des superviseurs du comté. Les communes ont continué à être le centre du village jusqu'à ce que le chemin de fer passe en 1856. À cette époque, les entreprises ont déménagé des environs de The Commons à Wisconsin Street et le village a été appelé, pendant un certain temps, «New Darien». Bruce a construit un grand entrepôt à grains en 1857 d'une capacité de 5 000 boisseaux. Parallèlement, il était copropriétaire d'un magasin général.

Le télégraphe est arrivé en 1861.

Le premier bâtiment scolaire ordinaire du village connu sous le nom de District No. 7 a été érigé au 124 S. Walworth Street. En 1858, un bâtiment en briques de deux étages a été érigé, avec un ajout ajouté en 1869. Il a été utilisé comme école publique Darien jusqu'en 1903, lorsqu'un nouveau bâtiment d'école primaire et secondaire a été construit directement de l'autre côté de la rue.

(Pour en savoir plus sur l'histoire de la Ville de Darien il y a un carnet avec plus d'articles et de photos situé à l'Hôtel de Ville).


Comté de Walworth - Histoire


L'histoire de
Comté de Walworth, Wisconsin

"Histoire du comté de Walworth Wisconsin "
par Albert Clayton Beckwith, éd. 1912.

Mayhew
Source : Histoire du comté de Walworth, Wisconsin Par Albert Clayton Beckwith Illustrated, Volume 1, chapitre 36 (1912)
Transcrit par : Judy Ziesmer

Mayhew, dans la section 33, à moins de quatre milles de Troy Center, a commencé en 1871 avec l'entrepôt, le magasin, les hangars à bois et la forge de John Matheson, et est devenu à la fois une gare et un bureau de poste, ce dernier étant maintenant abandonné. M. Matheson était l'un des hommes d'affaires les plus énergiques de son quartier du comté, et il ne voyait aucune raison pour laquelle le commerce du grain et du bois ne serait pas rentable pour lui-même et convenable localement. Il passa de là à East Troy et finalement à Elkhorn. Partout où il allait, il s'attirait un commerce actif et rentable.À l'exception de la gare, qui a été nommée d'après Jesse Mayhew, sur le terrain de laquelle elle a été construite, les bâtiments, qui appartenaient tous à Matheson, sont inoccupés.

Ville de Richmond.
Chapitre XXXII transcrit par Cathy Danielson

La ville 3 au nord, rang 15 à l'est, a d'abord été incluse dans le plus grand Elkhorn. Lors d'une session supplémentaire de la législature territoriale par un acte du 18 août 1840, cette ville fut rattachée à Whitewater. Cinq mois plus tard, le 12 janvier 1841, elle est devenue la ville de Richmond. Parmi les premiers venus dans la ville se trouvaient Thomas et T. Perry James et Robert Sherman, de Richmond, comté de Washington, Rhode Island, et leur influence, à ce moment-là, était suffisante pour placer un autre Richmond dans le domaine de la géographie américaine.

L'action glaciaire a laissé à la ville une surface inégale, mais pas plus que d'autres villes. Les hauteurs de l'est de Whitewater se poursuivent à travers le nord-est de Richmond et de là de manière irrégulière vers le sud-est jusqu'à la limite de l'État à Bloomfield, mais elles ne deviennent nulle part des collines. Une grande partie de Rock Prairie, son altitude de huit cent quatre-vingt-quatorze pieds au-dessus du niveau de la mer, se situe dans la partie sud-ouest de la ville. Le lac Turtle, sa plus grande longueur d'environ un mile et sa largeur moyenne d'environ un tiers de mile, se trouve à la réunion des sections 11, 12, 13, 14. Il y a de petits lacs glaciaires, ou de grands nids-de-poule, un chacun dans les sections 4, 9, 10. Turtle Creek, le seul ruisseau notable de la ville, coule de son lac vers le sud avec une double courbure jusqu'à Delavan, où il tourne vers l'ouest et avec une autre flexion sigmoïde traverse Darien et de là vers le Rocher. Dans son parcours à travers Richmond, il traverse les sections 14, 23, 26, 35. 36. Il est bordé par un grand marais, maintenant sur le point d'être récupéré.

Il y avait un village naissant, avec un bureau de poste, à l'angle sud-ouest de Whitewater, où une route de ligne urbaine rencontre une route de ligne de comté. Elle s'appelait Uttier's Corner, et son église était et se trouve du côté Richmond des deux autoroutes. Il y a une église, un cimetière bien entretenu, un magasin et un bureau de poste—nommé Richmond, lors d'un croisement de routes dans la section 17—mais pas encore de village là-bas. Pas un mille de chemin de fer, à vapeur ou électrique, ne touche la ville, mais les routes vers Delavan et Whitewater sont excellentes, et le commerce de Richmond est d'une valeur appréciable pour ces deux villes, et par les voies de livraison de chacune, il reçoit le courrier.

Il y a huit districts scolaires, un conjointement avec Sugar Creek et un avec Whitewater. Les intérêts de l'éducation publique ici comme dans les autres villes ont été influencés et dirigés par des hommes et des femmes qui connaissent bien le véritable fondement d'une communauté américaine. .Le travail manuel, les affaires et l'organisation religieuse sont indispensables, mais l'enfant américain reçoit sa première et durable impulsion vers la concitoyenneté dans la salle de classe et sur la cour de récréation de l'école.

Morris F. Hawes a quitté le Michigan en 1837 et, en passant par Chicago et la vallée de Rock River, a atteint la section 1, le 1er août, et a ainsi commencé la civilisation de Richmond. Il a également acheté dans la section 3. La même année, Perkins S. Childs est passé à la section 17, Thomas James à la section 34, Andrew et Arthur Stewart à la section 33. L'année suivante, Joseph Compton et Charles Hamilton ont rejoint la section 5, George E. James à la section 33, T. Perry James à la section 34, Ira Sanborn (1805-) et Cyrenus Wilcox à la section 5 et John Teetshorn à la section 6.

Guillaume Campbell. Joseph et James Gorham Humphrey, Isaac et Stephen Keech, Simeon W. Newbury, Joseph Prentice et Anderson Whiting sont arrivés en 1839, s'installant sur les sections 5, 6, 7, 18.

En 1840 et par la suite, parmi l'avant-garde se trouvaient Gilbert S. Ableman, John Almy (1791), Varnum Arnold, John Arvedson (1798-), John Balfour, Albert Barton, Elijah Belding, Harrison Bishop (en 1844), Silas Bishop, John Allison Bowen, Joseph et William Bowman, Andrew et Richard Bradt, James Cameron (1803-1879), William Carpenter, David A. Christie, John Clague (1802-1886), Charles Claxton, Robert M. Cockrell, David et James Compton, Asa Congdon (mort en 1850). Warren Congdon,
James Connelly (1817-), James Cotter, Daniel Cross (1794-1878) et sa femme Mercy, Christopher J. Dockstader, Freeman Emerson, Morris Ensign, Solomon Finch (1809-1882), Jones Gage (1789-1868), Emery et Irving Gage, Jared Hall (1813-), Joseph Hall (1802-1878), William Hatton, Henry C. Hemenway, Henry Hess (1817-), Lewis J. Higby, Seth Hill (1781-1858), Kinner Hollister, Elisha Hulce, Jasper et Norman Humphrey, Fenton et William Hurd, Joseph E. Irish, Amos Ives (1823-1896), Horace James, Alvah B. et Peter Johnson, Lyman Jones, Horace B. Kinne, John Langle (1818-1865) , John Langworthy, John Lester, cinq métiers à tisser, Abram G. Low (1818-), Henry McCart (mort en 1847), James McKay, Thomas M. Martin, James Matthews, Andrew Mills, Edward Mitchell (1809-1890), James Moffatt , Ambrose Robert (1810-1869), et Sylvester Moore, Charles J. et John C. Morgan, Elisha Newell, George Osborne, Joshua Parish, William Patterson (1806-1875), George W. Lemuel et Zebulon Paul, John et Richard Pemberton, Oliver Per kins (1800-), Harvey Prentiss ( 1821-), Benjamin, John et
Nathan Rand, Edwin M. Rice, James Robinson (1814-), Alexander Rowley, James Sanford, George, Joseph, Oliver H. et Peter Smith, Henry Grover Smith (1810), Nathaniel C. Smith (1796-1878), Isaac Spicer, Samuel Stewart., Rial H. Thomas, Russell Thurber. Jr., Silas J. Weaver, Alden Daniel Tennev, Joseph R. et William Wilkins—quatre frères, ou, père et trois fils.

Elijah Belding, également nommé parmi les colons de Darien, épousa, le 18 avril 1839, Mary, fille de Thomas James et Dorcas Perry.

Perkins Silver Childs (1811-1848) veuve gauche Lydia A. (1818-1874).

David Christie (1812-1893) a épousé Jane Stewart (1822-1896).

Joseph Compton (1808-1895) épousa Lucina (1806-1868), sœur de Kinner Hollister.

Charles Claxton (1817-1902), fils de John Claxton et Mary Turner, marié en 1837 à Londres, Mary Ann (1813-1884), fille de Benjamin et Martha Quinton. Ils arrivèrent en 1845 à la section 9. Il laissa une veuve nommée Laura A. Il avait deux filles : Mary Ann, épouse de Robert Knilans, et Martha M., épouse de Josephus Borst.

Warren Congdon (1820-) est venu du Rhode Island à la section 26. Il a épousé, le 20 août 1845, Mary Ann Kenyon. En 1860, ils étaient du village de Delavan.

Christopher J. Dockstader (1810-1901) a épousé Eliza Ann Nelson (1814-).

Lewis John Higby était en 1837 pendant une courte période un partenaire avec les Rockwell dans la colonie d'Elkhorn. Il a acheté un terrain dans la section 5, à Richmond, mais il n'a peut-être jamais quitté Milwaukee.

Kinner Hollister (1783-1850) était le fils d'Isaac Hollister et de Catharine Newcomb. En 1805, il épousa Mary, fille de Lemuel Winchell. Deux fils, Cyrenus Newcomb et Lémuel, vinrent à Darien.

James Gorham Humphrey (1806-1869) épousa Adeline Barber. Il était petit-fils d'Ebenezer Humphrey et de Lucy Robbins, et fils de Joseph (1782-1864) et de sa femme Hannah Enos. Joseph est mort à Whitewater.

Alvah Beecher Johnson et Lyman Jones étaient des colons à Darien.

Benjamin, Jonathan et Stephen, avec Samuel Loomer de Lagrange, étaient frères. Joseph Henry Loomer était le fils de Benjamin et Eunice. Leonard Loomer a épousé la fille de son oncle Jonathan, Asenath. Il était un fils d'Etienne. Tous ceux-ci sont nés en Nouvelle-Écosse et sont arrivés tôt dans le Wisconsin.

John Rand (1819-1898) était le fils de Benjamin et Sarah. Il a épousé Sarah S., fille de Benjamin et Eunice Loomer.

Isaac Spicer (1815-1888) épousa, le 3 août 1846, Mary Alice, fille de Samuel Loomer.

Rial H. Thomas (1821-1904) épousa Mary (1823-1898), fille de Josiah Jackson et Anna Case. Il a ensuite acheté une ferme dans la section 8, Sugar Creek, près de Millard.

Silas J. Weaver (1807-1864) et sa femme Sarah Jackson (1809-1865) arrivèrent à la section 24. Il laissa des fils, eux-mêmes devenus de vieux citoyens.

Les colons néo-écossais du quart nord-ouest du comté formaient un groupe assez remarquable. Ils étaient tous originaires de la Nouvelle-Angleterre et tous nés à ou près de Cornwallis. Ils ont choisi de bonnes fermes et les ont rendues rentables, ils étaient très mariés et leurs autres alliances les ont largement liés et leurs fils et petits-fils ne manquaient pas en temps de guerre. Leurs noms de famille les plus connus sont Bigelow, Ells, Loomer, Newcomb, Rand et Weaver. Feu Simon Newcomb, l'un des astronomes modernes les plus éminents, était né en Nouvelle-Écosse et devait avoir une parenté assez proche dans le comté.

En 1755, environ sept mille habitants français du bassin de Minas, près de la tête de la baie de Fundy, furent déportés et leurs maisons rendues domaine public. En 1760 et pendant quelques années par la suite, des hommes et des familles au nombre d'environ trois mille six cents quittèrent le Connecticut et l'est de Long Island pour faire de la province dépeuplée une colonie anglophone et protestante et ainsi Grand Pré et ses environs devinrent Cornwallis, Horton, et Aylesford, dans le comté de Kings. Les petits-enfants avides de terre de ces pionniers ont commencé en moins de cinquante ans leur mouvement vers l'ouest, en passant par le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Angleterre, et leur piste a maintenant atteint depuis longtemps la côte du Pacifique, où elle a tourné vers le nord et le sud, vers l'Alaska et la Californie mexicaine. Pour autant que l'on sache, Evangeline Land n'est jamais devenu le foyer des exilés conservateurs des dernières années de la Révolution américaine, dont beaucoup sont allés sans leur famille à Halifax ou dans ses environs et dont certains sont revenus vingt ans ou plus plus tard.

Une société méthodiste a été formée à Utter's Corner en 1852, dont on sait peu de choses maintenant. Une autre société a été formée au centre de Richmond vers 1854. Son église a été construite en 1872. À cette époque, ou plus tôt, son pasteur était Ira S. Eldredge, après quoi, avec quelques omissions, peut-être, Charles E. Goldthorp en 1875 Thomas Potter , 1878 David O. Sanborn, 1883 William Thomas Millar, 1884 : Robert Davidson, 1890 Thomas H. Garvin, 1891 Alfred Pomfret, 1892 John Carson Lang, 1895 William Dawson, 1898
Isaac Johnson, 1899 John Milton Judy, 1901, Il n'est pas improbable que les pasteurs de Heart Prairie aient fourni certains des postes vacants.

Richmond contient 22 538 acres de terrain, d'une valeur de 1 339 600 $. Valeur moyenne, 59,43 $ l'acre. La superficie cultivée pour 1910 était : orge, 2 999 maïs 3 399 foin, 2 770 avoine, 1 669 verger, 57 pommes de terre, 76 seigle, 25 bois, 2 424 blé, 59. Du bétail étaient 2 273, bovins, 59 100 $ 1 300 porcs, 13 000 $ 463 chevaux, 35 900 $ 390 moutons, 1 200 $.

Au plusieurs recensements fédéraux la population de la ville était : 1850, 744 1860, 1 016 1870, 1 017 1880, 882 1890, 799 1900, 770 1910, 685. Il y a un élément notable de Richmond dans la population de la ville de Delavan, comme ainsi que dans les états occidentaux.

Il y a six districts scolaires entièrement dans la ville, un district commun avec Sugar Creek et un avec Whitewater.

La première élection a eu lieu le 5 avril 1842, à la maison de Perkins Silver Childs, qui faisait alors office de taverne, et les officiers de la ville ont été choisis.

Ville de Sharon
Source : Histoire du comté de Walworth, Wisconsin, par Albert Clayton Beckwith, illustré, volume 1 (1912) transcrit par Jackie McCarty

La ville 1 nord, rang 15 est, est partie de l'ancienne Delavan, le 21 mars 1843, et porte le nom de la ville de Sharon dans le comté de Schoharie, New York. Ensuite vers l'ouest se trouve Clinton, dans le comté de Rock, et vers le sud se trouvent Chemung et Leroy, dans l'Illinois. Dans l'ensemble, la ville est l'une des plus hautes au-dessus du niveau de la mer du comté, mais avec une différence notable entre le sol le plus haut et le plus bas. De petites branches du ruisseau Turtle drainent les côtés nord et ouest de la ville, et le Piskasaw entre dans la section 24 de Walworth, traverse les sections 25 et 36 pour se frayer un chemin à travers les comtés de McHenry et Boone jusqu'au rocher. Deux petites puissances de moulin étaient autrefois offertes par la branche sud de la Tortue, dans les sections 6 et 7. En général, la ville se compare favorablement aux plus belles villes du comté quant à la fertilité de son sol. Son approvisionnement en bois, principalement du chêne à ronce, n'a jamais été important, bien qu'utile localement.

La superficie de Sharon est de 22,498 acres. Les superficies cultivées pour 1910 étaient :
Orge, 2 679 betteraves, 20 maïs, 4 561 foin, 3 384 avoine, 2 281 verger, 70 pommes de terre, 116 seigle, 58 bois, 962 blé, 71. Rendements et valeur du bétail : 3 560 bovins, 89 000 $ 1 555 porcs, 16 800 $ 942 chevaux, 65 900 $ 2 mules, 200 500 $ mouton, 1 500 $. Valeur du terrain avec améliorations 2 108 600 $ ou 93,72 $ par acre de propriété du village 720 200 $.

Population de la commune, aux différents recensements fédéraux :
1850, 1,169 1860 1,681 1870, 1,865 1880, 1,956 1890, 1,160 1900, 1,127 1910, 1,050.

John Reader arriva à la fin de 1836 à la section 27 et innova au printemps de 1837. À l'automne, il fit venir sa femme et son enfant de l'Est, mais s'installa sur la section 18 de Walworth. D'autres premiers venus étaient Myron Auchampaugh à la section 10 : James E. Bell, 31 David J. Best 17 John Billings, 9 Dearborn Blake, 28 Henry A. et Isaac R. Case 14 Augustus Conder, 26 John Kirby, 33 Gideon Langdon, 13 Darius B. Mason, 13 James McConkey, 1 ECL Reynolds, 36 ans Alan Alonzo Southard, 33 ans Jean II. Garniture, 2: Wm.D.Van Nostrand, 33 Michael Van Winter, 17 William Van Wormer, 31.

Les acheteurs au bureau foncier étaient Pliny Allen, sections 6,31 William P. Allen,30 John Auchampaugh, 9 James Barnes,32 Valentine Bassert, 27 Ralph Bentley, 35 Harvey Birchard, 27 James Boorman, 12,13 Philander Brainard,30 : Joseph Carey, 6,22 William Case, 12,14 Cyrus Chapman, 31 George et Philip Clapper, 7,18 George Cline, 15 Stephen A. Corey, 19 James Cox, 8 Henry Amirous Darrow, 5 Ira Davis, 32 Edmund Daws, 1,12 Peter Daws, 1 Henry Dennis, 31 Gilbert L. Douglass, 43 Charles G. Everts, 9 Cyrus Farnsworth, 4 Thomas Featherstone, 24 Walter Flansburg, 13 David DW France, 8,9 John France, 29 Isaac Freer, 34 Aaron Gile, 30 Elijah Gile, 20 Andrew J. Hanna, 3 Fulton Harvey, 36 John Brooks Hastings, 4 Henry S. Hawver, 35 James Herron. Jr, 29 ans Manning R. Hoard, 26 ans Erastus Park Jones, 3 Peter Kolb, 15 William Kitely, 9 David W. Larking, 20 Zebulon Taylor Lee, 28 Hugh Long, 3,14 Elisha McCollister, 32 John Malley, 24 Albin Matteson, 24 John J. Mereness, 3 Philip Merrill, 19 Theron Miner, 5.6.7 Robert Kennedy Morris, 26,27,18 Martin O'Connor, 6 Lemuel Ormsby,8 Eli et William Pramer, 19 David Colwell Reed, 36 Alvah Salisbury, 36 Dewitt C. Seaver, 9 Lyman H Seaver, 28 Luther Schult, 36 Horace G. Smith, 36 Jedidiah Smith, 19 Nelson Story, 25 James W. Suidter, 27 Luke Taylor, 3 George Treat, 36 Gardner Udell, 36 Martin Van Alstyne, 34, 35 John V. Walker, 10 Norman Spencer Way, 5 Lewis Weeks, 23 John et Michael Weiss, 27 William H. Wells, 11 Cyrus L. Wilcox, 34 David Wilcox, 23, 30 John Williams, 28 Marvin Wilson , 24 George Winter, 17 Robert Young, 13 Adam Zimpaugh, 11 ans.

Pliny Allen (1788-1868), l'un des cinq frères qui ont fondé Allen Grove, n'était pas plus proche que le cousin, s'il est apparenté, de William P. Allen, qui était le fils de John Allen, du comté de Jefferson, New York.

James Earle Bell a épousé Esther Van Ostrom, le 8 janvier 1843.

James Cox épousa, le 11 décembre 1858, Minerva, fille d'Alfred Viles et de Thankful Norton.

Ira Davis (1805-1893) épousa Elizabeth A. Stevens (1820-1896).

Henry Dennis (1813-1897) épousa Margaret Smith (1820-1898).

Cyrus Farnsworth (1807-1895) a été brûlé dans la maison de son fils, Joseph M. Farnsworth à Darien.

Thomas Featherstone (1816-1863) épousa Catherine Pramer, le 3 novembre 1844, et vécut à Walworth, où il mourut.

Walter P. Flansburg (1816-1887) avait épouse Catharine (1819-1896).

William France (1808-1882) est venu en 1843 à South Grove avec sa femme, Elizabeth Kent.

James Herron (1792-1876) épousa Hannah Whitney (1791-1874). Tous deux étaient du comté de Washington, New York.

Manning R. Hoard (1818-1897), fils de Manning et Prudentia, est venu du comté d'Allegany, New York, en 1843 avec David E, son frère. Manning R épousa, le 30 novembre 1845, Lydia Ann (1826-1898), fille de Philip Burton et Nancy Quackenbush.
Peter Kolb (1809-1857) épousa Margaret (1822-1897), fille de Friederich et Marie Baner.

Albin Matteson (né en 1813) épousa d'abord Philena Stockwell le jour de Noël 1845. Sarah, veuve de Warren Matteson.

John Reader (1803-1878) est venu aux États-Unis en 1824 de Headcorn, Kent, Angleterre, avec sa femme Elizabeth Featherstone (1803-1868) à la fin de 1836 à la section 27. Sharon : un an plus tard à la section 18, Walworth en 1864 à Delavan. Il était membre de la société baptiste de Walworth et était connu sous son titre de diacre.

James W. Suidter (1824-1872) est né à Middlebrook, New Jersey. Ses parents, Franz Xavier (1783-1867) et Antoinette (1785-1866), sont nés en Bavière. Son épouse était Teresa Conder (1827-1911).

George Treat (1818-1882) était le fils d'Oren Treat et de Nancy Thompson. Ses ancêtres plus âgés étaient Thomas (6), Timothy (5), Richard (4), Thomas (3), Richard (2) (1). Il épousa Sarah C., fille de Thomas et Lucinda Foster. Ses frères, Julius Allen et Thomas Nelson, et leur cousin, le Dr Charles Ralph Treat, étaient également de longue date de Sharon et, à l'exception de T. Nelson, y ont été enterrés.

Martin Van Alstyne (1809-1884) et Rebecca Kline (1811-1879) étaient apparemment parmi les derniers à avoir été enterrés dans l'ancien cimetière, dans le village.

Michael Weiss est décédé le 12 août 1880 George Winters, le 7 septembre 1881 Adam Zimpaugh, le 27 mai 1867.

Michael Van Winters a commencé ses activités à Sharon Corners, dans les sections 13 et 14. J. Jones a construit une taverne et, en 1843, Isaac Case est devenu maître de poste. Le bureau a été par la suite nommé Elton, et a finalement été fusionné dans le système de livraison rural --- son courrier fourni par Sharon.

South Grove, aussi, aux sections 17,20, pour un temps visant à la suprématie commerciale, sans limite définie à son ambition. David J. Best a construit un magasin et a commencé à servir comme maître de poste en 1845. Une église a été construite et un cimetière a été aménagé. Lorsque la ligne de chemin de fer de Chicago a été déterminée par les sections 34,33,32,29,30, la croissance de ces villes rivales a été freinée par la fondation d'un nouveau village à la gare de la section 33.

VILLAGE DE SHARON

Alan A. Southard et William D. Van Nostrand sont venus au centre de la section 33 dès 1842, mais pas pour fonder une ville. En 1855, les arpenteurs de la Chicago & Northwestern Railway Company ont établi sa ligne de Harvard à Janesville à travers cette section et ont fixé le lieu de sa gare à soixante et onze milles de Chicago. Robert Campbell, un homme d'Oshkosh, acheta quarante acres et planta le village. Les rails ont été posés à Janesville en 1856. La même année, George Milmine a construit un magasin et en 1857, Seymour Rice a construit un hôtel. En 1858, un bureau de poste fut établi avec John Hodgson parmi les sacs postaux. William P. Allen le releva en 1861 et céda la place à Wilson R. Herron en 1868. Edward Bilyea suivit à nouveau M. Herron, Frank L. Henn vers 1893. Clayton H. Underhill vers 1897, Frank C. Densmore de 1905 à aujourd'hui . Ce bureau dispose de deux itinéraires de livraison gratuits, qui approvisionnent la plus grande partie de la ville, une petite partie de l'Illinois et une plus petite partie du comté de Rock. Harry H. Bidwell, premier agent de gare, est décédé le 13 décembre 1859.Le Dr Reuben Willson a été le premier médecin résident.

Vers 1848, une école a été construite dans les limites ultérieures du village. Une provision supplémentaire a été faite au besoin, et la maison et le terrain sont maintenant évalués à vingt-cinq mille dollars. Le lycée a commencé en 1878, avec W.A.Germain comme directeur. Le révérend James G. Schaeter avait incité les hommes de Sharon, en 1866, à s'intéresser activement à l'enseignement supérieur. En 1867, l'Académie Sharon a été construite et a été ouverte en décembre avec près d'une centaine d'élèves, sous la direction de M. Schaefer et du professeur E.S. Chadwick, de Beloit. Cette école ferma en 1878, après une carrière active et utile, et le lycée reprit bientôt ce travail temporairement suspendu. L'école publique fut incendiée en 1880, reconstruite en 1884 et agrandie vers 1908. Sa valeur totale, avec un vaste terrain, est d'environ vingt-cinq mille dollars. Neuf enseignants sont maintenant employés.

Dans le cadre de ses travaux académiques, M. Schaefer commença en juin 1868 à publier le Sharon Mirror. Fin 1869, il le vendit à C.C. Hanford, de qui il passa en janvier 1871 à Samuel P. Ballard. Il a été interrompu en septembre suivant. Avant la fin de cette année-là, George F. Brigham, un homme à bien des égards utile à ses concitoyens, commença à éditer et à imprimer la Gazette, qu'il arrêta en septembre 1873. Ce mois-là, J.C. Keeney recommença à travailler avec l'Inquirer. Il était originaire du Connecticut et un imprimeur complet. La plupart de son travail a été fait par lui-même et un jeune fils, Clarence. En septembre 1876, Clarence R. Conable acheta le bureau et en 1878 le déménagea à Delavan. Après trois semaines d'intervalle, en août 1878, James H. Phelps et George F. Ziegaus ont présenté le Reporter. En 1890, la société était Phelps & Howell en 1892 George F. Ziegaus en 1906 Ziegaus & Son en 1908 Fred C. Fessenden et est maintenant la Reporter Publishing Company. Ce journal est indépendant politiquement. Ses prédécesseurs étaient généralement républicains.

Le très révérend Martin Kundig a établi la mission Sainte-Catherine en 1846. Ses services ont été fournis pendant plus de soixante ans par le curé d'autres paroisses, notamment pendant vingt ans ou plus de l'église d'Elkhorn. Une chapelle fut construite en 1896, et une église en 1910. Le Père Hermès vint comme curé résident, pour quelques semaines, en 1910, et après lui le Révérend Thomas Pierce en 1911.

Dix-neuf membres ont constitué la société congrégationaliste en 1868, et une église a été construite cette année-là. Le révérend James G. Schaefer, avec quelques autres membres de l'église luthérienne, figurait parmi les organisateurs de cette société. Les pasteurs, aussi connus que possible, ont été Isaac Barker, 1870 Albert A. Young, 1871 Albert M. Case, 1875 Thomas A. Wadsworth, 1878 Luther Clapp, 1879 John Mitchell Strong, 1882 John Harris, 1884 Arthur McCalla Thome, 1885 John Scholfield, 1887 John Sabin, 1890 Daniel R. Grover, 1891 William Millard, 1893 Frederick M. Hubbell, 1895 Carl D. Thompson, 1896 Thomas Kent, 1900 Robert J. Locke, 1902 H. Samuel Fritseh, 1904. La société est devenue trop faible en nombre pour continuer longtemps après 1904, et en 1911 leur bâtiment a été vendu pour être converti à un autre usage.

Le révérend George F. Brigham, alors laïc, rassembla un petit groupe d'épiscopaliens et leur servit de lecteur. Le premier service complet a eu lieu en 1868 par le révérend William E. Wright, alors de Janesville. Avant de construire leur chapelle, en 1879-80, les membres se sont réunis dans une salle de danse, à la gare,--- à laquelle M. Brigham était pendant de nombreuses années agent,--et à l'église luthérienne. M. Brigham a reçu les ordres de diacre le 11 juin 1876 et le 27 mai 1902, il a été pleinement ordonné prêtre et est toujours au service de l'église, bien que plein d'années. Depuis le début, il a tenu un compte rendu minutieux des affaires de la paroisse, et sa mémoire bien stockée conserve des traces non écrites de beaucoup d'autres choses qui pourraient autrement être perdues pour s'intéresser aux hommes et aux événements de près d'un demi-siècle. Il est né en 1830 et peut être considéré à juste titre comme le « grand vieillard » de Sharon.

Un certain nombre d'habitants de la ville se sont réunis chez Martin Van Alstyne, le 27 septembre 1845, pour organiser la première église évangélique luthérienne de Sharon. Son nom fut choisi, son lien synodal fixé et son officier élu. Sa première réunion annuelle eut lieu au même endroit, le 28 septembre 1846, présidée par le révérend Marcus W. Empie. Il a lu sa commission du conseil luthérien des missions du synode de Franekean, et a été reçu comme pasteur. Lors d'une réunion spéciale, le 9 octobre 1849, il fut résolu de construire une chapelle qui serait ouverte librement à l'usage des autres confessions orthodoxes. Il a en outre été déterminé à accepter le don de M. Van Alstyne de deux acres de terre et à y construire à la ligne entre les sections 34 et 35, à environ quatre-vingt-cinq tiges de la limite de l'état et à un peu plus d'un mille et demi de le village actuel. La chapelle était prête à être utilisée en 1850. Entre 1856 et 1861, elle a été déplacée dans le village et rénovée. Depuis, elle est restée en excellent état. Avant 1866, son service n'était pas continu. Ses pasteurs ont été M. Empie, 1845-1852 Rufus Smith Jr., 1856-1861 Henry L. Cox, 1863. La continuité a commencé avec James G. Schaefer, 1866 Leander Ford, 1868 M. Hammond, 1875 Dr David Harold Snowden, 1878 Jacob W. Thomas, 1881 JH Weber, 1887 I.J. Delo, 1889 Luther L. Lipe, 1801 Leander Ford (encore). William J. Sprie, 1902 Thomas B. Hersch, 1904 William F. Barentt, 1906-1912. Il s'agit d'une congrégation anglophone.

Une société évangélique luthérienne germanophone a été formée vers 1807 et son église a été construite en 1903. Sa liste de pasteurs et ses dates de service ne sont que partiellement connues HR Roehr, M. Schert F. Kuehnert, Thomas B. Hersch, 1905 Herman A. Steege, 1906 George F. Hack, 1907 Theodore Bergen, maintenant responsable. Chacune de ces églises a son presbytère confortable.

Une société épiscopale méthodiste a été constituée en 1843 à South Grove et a été pendant un certain temps approvisionnée par des cavaliers de circuit. En 1856, il a construit une église au village de Sharon et l'a depuis amélioré et a fourni un bon presbytère. Sa liste de membres du clergé commence par Hiram H. Hersey vers 1856, après quoi Thomas White, 1857 Stephen Smith, 1860 Andrew J. Mead, 1861 William Page Stowe, 1863 Daniel C. Adams, 1865 AC Manwell, 1866 Clark Skinner, 1868 William H. Sampson, 1869 Norvall J.Aplin, 1871 JC Robbins, 1873 Daniel Brown, 1874 AJ Brill, 1875 A.A. Reed, 1877 Sameul C. Thomas, 1879 Samuel Reynolds, 1880 Charles B. Wilcox, 1881 Andrew J. Benjamin, 1883 Joseph Anderson, 1884 Frank A. Pease, 1885 Stephen A. Olin, 1888 Payson W. Peterson, 1891 William A. Peterson, 1893 Elvardo C. Potter, 1896 Sabin Halsey, 1898 William Clark, 1899 J. Thomas Murrish, 1902 Andrew Porter, 1903 Georger W. White, 1906-12. On peut voir que quelques-uns d'entre eux ont effectué des tâches à Allen Grove.

Joseph M. Yates et Howland Fish ont commencé leurs activités en tant que banquiers privés en 1874, avec un capital de dix mille dollars. Quelques années plus tard, M. Fish a cédé la place à George C. Mansfield, et encore plus tard, M. Yates et M. Mansfield sont devenus respectivement président et caissier de la Sharon State Bank, et occupent toujours ces postes. Le capital de cette banque est passé à vingt-cinq mille dollars et ses dépôts s'élèvent à près de trois cent mille dollars. Un moulin à farine à vapeur a été construit en 1875 par James Ashley, avec l'aide de citoyens généreusement abonnés. Il était assez grand pour les besoins locaux, avec quatre séries de meules. John Ladd a acheté une moitié d'intérêt en 1879, l'autre moitié détenue depuis 1878 par Mme Mary A. Slocum. Ce moulin a longtemps été désaffecté.

Le village a trouvé une bonne eau pour un usage public et privé à une profondeur de six cent dix pieds. Depuis 1905, les rues, les magasins et les maisons sont éclairés par des usines d'essence. Le ciment avec du sable et du gravier est d'usage général pour les promenades publiques, comme dans toutes les villes et villages du département.

Le premier cimetière est maintenant bien dans le village, et a longtemps été désaffecté et est en grande partie vacant. Une croissance sauvage d'arbres, d'arbustes, de vignes et de mauvaises herbes rend maintenant difficile l'exploration de leurs fourrés enchevêtrés à la recherche des quelques vieilles pierres tombales restantes. Apparemment, un quart de siècle est suffisant pour que la nature se cache avant qu'elle n'efface complètement les signes de l'effort humain pour s'occuper convenablement des morts. Un cimetière plus récent, bien conçu et bien entretenu se trouve sur un terrain élevé, à un mile au nord. La libéralité des citoyens, seuls et en sociétés, a fourni une promenade cimentée, de quatre pieds de largeur, pour toute la distance. Dans ce travail, les femmes des sociétés ecclésiastiques ont pris la tête et ont supporté la plus grande part de son coût. Ce terrain a au moins une particularité, en ce qu'il n'est pas ombragé par un arbre, un arbuste ou une fleur. Rien que ses monuments n'obstruent la tondeuse et la faucille des gardiens. Cette dernière demeure est maintenant bien peuplée, et l'on peut y lire les noms de beaucoup de pères et de mères qui ont quitté le monde oriental pour semer dans les plus beaux déserts jusqu'alors non labourés.

Les jeunes gens de la ville ou du village sont allés chercher ailleurs une plus grande utilité. Parmi ceux-ci se trouvait le capitaine John T. Fish, qui a commencé un cabinet d'avocat au village et l'a terminé dans les rangs supérieurs de sa profession à Chicago. Son fils, Frank M. Fish, natif du village, se rend à Racine et devient juge de ce circuit. John Goodland est à Appleton et est juge du septième circuit. Scott Ladd, fils de John et Sarah Ladd, est juge à la Cour suprême de l'Iowa. (Un autre juge de cette cour est ou était Charles Bishop, fils de Matthew P. Bishop, de Lagrange).

Par une loi de 1883, le village devint, en 1892, droit à son propre représentant au conseil de surveillance du comté. En vertu d'un statut général ultérieur, Sharon est devenu l'un des quatre villages incorporés du comté.

Membres du conseil de comté : John W. Brownson, 1892-6 John G. Skeels, 1897 Samuel P. Ballard, 1898-1900, 1902-1906, 1908 Jonas B. Wise, 1901, 1907, 1912 Wesley C. Lilley, 1909- 11.

Présidents du village Dr David Gardiner Morris, 1900 Heman Allen, 1901 Andrew A. Lyman, 1902 C.Fred W. Ruehlman, 1903-6, 1909-10 John Byrne, 1907 John L. Morgan, 1908, 1911 Wesley C. Lilley, 1912.

Commis de village : William H. Pellington, 1900 Edward H. Perring, 1901 William S. Hamlin, 1902-6, 1908-10 Daniel C. Ward, 1907 G. Augustus Finn, 1911-12.

Trésors du village : Andrew Gallup, 1900 Christian Sund, 1901 Jacob Newman, 1902-1905-6 Charles H. Burton, 1903 Charles W. Searles, 1904 William J. Markell, 1907 Fred L. Ryder, 1908 James Welch, 1909 DeForest Hyde, 1910-12.

Directeurs du lycée : W.A. Germain, 1878 James Ellis, 1880 John G. Skeels, 1882 L.S.Smith, 1885 John G. Skeels, 1886 G.W. Bonheur, 1893 John G. Skeels, 1895 G.M. Sheldon, 1897 ET. Towne, 1899 W.B. Collins, 1901 J.H. Stauff, 1903 av. Richardson, 1907-1913.

VILLAGE DE SPRINGFIELD.
transcrit par Susan Geist

L'autoroute du lac Léman à l'Est de Troie, en passant par le village de Spring Prairie, est traversée par la voie ferrée à 2,8 milles à l'ouest de Lyon, du côté sud de la section 7. Cette route a été pendant de nombreuses années, avant et après qu'une gare a été fait là, une route postale importante, et donc un point commode pour le commerce de détail, l'achat de céréales et de laine, et la vente de bois. Au milieu des années soixante-dix, des expéditions considérables de volailles habillées ont été effectuées, principalement à destination d'acheteurs de Boston. Les changements dans les industries du comté, avec des effets conséquents sur les affaires des villages, ont freiné la croissance de Springfield, bien que ce ne soit pas encore un village entièrement désert. Un incendie en 1910 a détruit le bâtiment de la gare. Après plus d'un an de retard, il a été reconstruit mieux qu'avant, et cela avec une longue ligne de large plate-forme en ciment montre que Springfield a encore une certaine importance pour la compagnie ferroviaire. Au milieu de la suppression des petits bureaux de poste, le bureau à cet endroit reste comme l'un des quatrième classe, indispensable pour le service local et du Nord. Cette partie de la route entre la gare et le lac Léman, à environ trois milles et demi, est une route d'étape et de courrier sur laquelle trois voyages sont effectués quotidiennement, à partir du lac. Pendant de nombreuses années, Ansel Knowles (mort le 19 août 1875), du lac Léman, a effectué ces voyages sous le soleil, la pluie et la neige, et est devenu bien connu de milliers de passagers.

Le village a été planté par Henry T. Fuller en 1855. Il y avait autrefois une fromagerie prospère, un hôtel et une chapelle épiscopale, dont le service était assuré à tour de rôle par les professeurs cléricaux et laïcs de DeKoven Hall, Racine College. Parmi les hommes d'affaires actifs les plus faciles à se rappeler se trouvaient Edwin Booth, Edwin Moorhouse et Asa W. Phelps.

Parmi les rares événements qui troublèrent ou égayèrent la routine tranquille de la vie lyonnaise, il y en avait deux qui méritent quelques mots ici. Mais il faut comprendre qu'il y avait et qu'il y a des versions quelque peu différentes de ces deux affaires, à savoir la guerre de Neiheisel et l'affaire du pont Robins. Balthazar et Barbara Neiheisel (tous deux nés en 1820) sont venus d'Allemagne dans la section 25 et, en 1860, ils ont eu huit enfants. Le père a appris l'anglais mais imparfaitement, et son esprit était devenu quelque peu instable. Un agent de voyage s'était rendu par là, vers 1859, et ne s'était pas rendu compte que ni lui ni ses biens n'y étaient les bienvenus. Une querelle a éclaté, incohérente à l'exception de quelques tractions, poussées et frappes, et l'agent s'est plaint à Jesse Taylor, juge de paix. Un mandat d'arrêt contre Neiheisel a été remis à Sumner Chapin, qui a appelé Ebenezer Dayton, Rathbone R. Fellows et Ralph Taylor pour l'aider, et s'est mis en mouvement dans la poursuite de son simple devoir. M. Neiheisel, qui semble avoir peu ou rien compris à l'objet de cette invasion, a résisté au point de tirer sur le groupe et de blesser M. Fellows. L'arrestation a été faite, un examen a eu lieu, et le pauvre homme a été logé non pas dans la prison mais dans l'aile folle de la maison du comté. La rumeur a porté tout cela, agrandi et embelli, dans d'autres villes, et pendant des années par la suite, la guerre de Neiheisel était un sujet sur lequel les hommes pouvaient être aussi spirituels que possible, aux dépens de la ville, de son tribunal local et de sa force de police. L'État a ensuite voté une somme d'argent pour indemniser M. Fellows pour sa blessure en service fidèle. Deux des fils du vieil homme, Moritz et Peter Neiheisel, se sont enrôlés dans la First Infantry réorganisée, l'un des régiments les plus utiles de la guerre civile. Moritz a servi trois ans et Peter jusqu'à ce qu'il soit libéré pour invalidité - un record pour la famille dont il faut se souvenir à Lyon et ailleurs.

En 1873, la cour de circuit, à son terme de février, après un procès devant jury, prononça un jugement en faveur d'Henry Robins contre la ville de Lyon pour mille deux cents dollars de dommages et cent dollars et soixante-douze cents de frais. M. Robins avait été blessé par ou à un pont ou un ponceau défectueux, et sa cause a été portée devant les tribunaux par le capitaine John A. Smith, du lac Léman, et Ithamar C. Sloan, de Janesville, avec le Dr Benoni O. Reynolds comme témoin médico-chirurgical. Horatio S. Winsor, d'Elkhorn, s'est présenté pour la ville. Le résultat a affecté le vote de la ville lors des élections du district de l'Assemblée pendant plusieurs années par la suite, car Smith et Reynolds étaient alors des chefs de file de la politique du district. L'affaire semble avoir été celle où le droit était d'un côté et l'équité de l'autre. Les hommes de Lyon, au moins, pensaient que la blessure avait été payée beaucoup trop cher par la somme accordée à la victime. La ville construit et entretient de nombreux ponts, maintenant tous en acier, et il est peu probable qu'une cause judiciaire similaire se reproduise.

Il y a neuf districts scolaires, dont un est un district commun avec Bloomfield, un avec Genève et un avec Genève et Spring Prairie. L'école du village de Lyon a deux départements.

La ville recevait son courrier des bureaux de Lyon et de Springfield, et par deux routes rurales du premier bureau nommé.

Les statistiques du greffier du comté pour 1910 montrent qu'il y avait 22 619 acres de terre dans la ville. (Environ cinq acres de l'article 31 sont inclus dans les limites des sociétés du lac Léman, et donc soustraits de Lyon.) Valeur réelle de la terre 1 514 200 $ ou 66,95 $ l'acre. La superficie cultivée, telle que retournée était : Orge, 180 : maïs, 3 062 : foin, 2 757 : avoine, 3056 : verger, 104 : pommes de terre, 99 : seigle 99 : bois, 1 746 : blé, 172. Nombre et valeur du bétail : 3 049 bovins, 70 300 $ : 602 porcs, 6 500 $ : 607 chevaux, 52 300 $ : 1 488 moutons, 1 500 $. Sept automobiles ont été évaluées à 1 600 $.

Les différents recensements fédéraux ont montré la population : 1850, 1 189 1860, 1 338 1870, 1 312 1880, 1 312 1890, 1 328 1900, 1 298 1910, 1 261.

Il est rare que deux recensements successifs donnent exactement les mêmes chiffres, comme en 1870 et en 1880. Il est fort possible qu'un petit pourcentage d'erreur affecte tous les dénombrements de population, et bien d'autres affirmations statistiques d'ailleurs. Les villages n'ont pas été dénombrés séparément de la ville, mais Springfield a environ la moitié moins d'habitants que Lyon, avec une tendance moins actuelle à augmenter.

Le révérend Benoît J. Smeddinck (1820-1881), alors de la paroisse Saint-François de Sales, lac Léman, vint en 1868 organiser douze familles lyonnaises en congrégation de Saint-Joseph, et commença aussitôt à construire son église. Il s'agissait d'un bâtiment à charpente de trente-deux pieds sur quarante-huit, de dimensions au sol, pour une dépense de mille sept cents dollars et un presbytère de dix pieds sur vingt-quatre était construit à côté. Le Père Smeddinck, bâtisseur d'églises, partagea son temps pendant quatre ans entre les paroisses du Léman et de Lyon. Pendant douze ans à partir de 1872, le service fut assuré à Lyon par des prêtres à New Muenster (Saint-Alphonse), au lac Léman et par des pères capucins à Milwaukee. Parmi ceux de Saint-Alphonse se trouvaient ce soldat de la Croix bien éprouvé, le révérend Franz Xavier Pfaller (1831-1892) et le révérend Leonard Blum. Le révérend August Gardthaus fut prêtre résident de 1884 à 1888, après quoi vint le révérend Charles Drees, sous la direction duquel une école fut construite au coût de sept cents dollars. Le révérend William Lette est arrivé en 1890, restant deux ans. Après un court service vacant, le révérend Cyrus Kufner, venu de Milwaukee un dimanche sur deux, à partir de mars 1873, reprit le service. Le révérend John Diebold, éminent érudit et auteur, devint prêtre résident à partir de 1894. Dans son pastorat, un nouveau presbytère a été construit au coût de mille deux cents dollars. Le révérend Henry John Korfhage a servi à l'autel de 1898 à 1902.

Le révérend Frederick J. Hillenbrand a été envoyé ici de Kenosha en juillet 1903, et l'année suivante, une nouvelle école, d'un coût de trois mille dollars, a remplacé l'ancienne. Sous la direction de deux Sœurs de l'Ordre de Saint-François, quarante élèves sont enseignés dans tous les cours d'études des huit années d'écoles publiques et l'instruction en langue allemande est donnée à ceux qui le souhaitent. En 1910, une église entièrement nouvelle fut construite au prix de douze mille cinq cents dollars et meublée à près de mille dollars. La paroisse compte aujourd'hui une cinquantaine de familles, parmi lesquelles quelques-unes des plus importantes de la commune.

En 1856, une mission fut établie dans la section 34, à près de cinq milles en direction sud du village, et fut nommée St. Kilian's. Son service fut longtemps assuré par le révérend Carl Josef Franz Schraudenbach et d'autres de la Nouvelle-Münster, occasionnellement par des prêtres du lac Léman, et depuis un quart de siècle par ceux de Lyon. La paroisse compte une vingtaine de familles de Lyon et Bloomfield. Le père Hillenbrand, un serviteur bien formé et fidèle de l'église, se rend tous les dimanches à la petite chapelle des champs, quel que soit le temps qu'il fait.

La société épiscopale méthodiste de Lyon a été organisée tôt et une église a été construite au village en 1857. Les noms du clergé antérieur ne sont pas clairement indiqués, mais ceux de Joseph C. Parks, Aurora Callender et Joseph M. Walker, sans dates , sont suivis, avec des vacances occasionnelles ou des incertitudes, par ceux de John H. Hazeltine, 1858-9 John Edwin Grant, 1861-2 W. Carver, 1863 GA Smith, 1864-5 William Sturges, 1866-7 William Averill, 1868 SM Merrill, 1869 Andrew J. Mead, 1871 Joseph Hayden Jenne, 1872 Gideon W. Burtch, 1873 Samuel C. Thomas, 1874-6 Rossiter C. Parsons, 187--- Alonzo Mansfield Bullock, 1880 John Howard Brooks, 1881-2 Wilson J. Fisher, 1883-5 George W. White, 1886-7 IM Wolverton, 1888-9 William R. Mellott, 1890-1 Robert Davidson, 1892 Mark A. Drew, 1895-7 Orlando P. Christian, 1898 John J. Lugg, 1899-1900 Edgar J. Symons, 1901-3 George Kenneth McInis, 1905-7 Jeremiah H. Hicks, 1808 David N. Phillips, 1909 Forest H. Woodside, 1910.

MAÎTRES DE POSTE.

Les maîtres de poste du vieux village de Lyon étaient Thomas Lyon, le Dr John Stacy, William Fletcher Lyon, Lathrop Bullen, Seth P. Hall. Après 1856 étaient Ebenezer Nicodemus White, Hamilton D. Brown, Wesley John Campbell, Giles G. Reeve, Peter Strassen, Jr., 1885, Horace Cole 1889, Andrew P. Prasch 1893, Joseph A. Strassen 1896, Dwight H. Cole 1897 , Thomas H. Wilcox 1902, Joseph A. Strassen 1909. De 1893 à sa mort en 1896, Cécile Aurelia Cole, fille d'Horace et d'Aurelia Celestine (Pendleton) Cole, a effectué le travail du bureau.

À Springfield, les maîtres de poste rappelés étaient Edwin Booth, Ethan B. Farnum, Edward Moorhouse, Asa K. Phelps, Harry C. Olp, John Abbott.

M. Lyon est devenu juge en chef de la Cour suprême du Wisconsin. M. Burdick était plus tard de Linn, et M. Houghton d'Elkhorn. Les Campbell étaient père et fils. M. Fowlston était un soldat de la guerre pour Cuba Libre, 1898.

VILLE DE PRINTEMPS PRAIRIE.
Source : History of Walworth County, Wisconsin, par Albert Clayton Beckwith, illustré, chapitre 34, volume 1 (1912) transcrit par Tammy Clark

Lors de la division du comté en cinq villes, le 2 janvier 1838, les deux cantons, numérotés chacun 3 au nord, situés dans les rangs 17 et 18 à l'est, ont été inclus dans la ville de Spring Prairie, et ont été ainsi réunis jusqu'au 21 mars 1843 , lorsque la ville la plus à l'ouest a été définie comme Lafayette. Le nom a été suggéré à Mme Abigail A. (Whitmore) Heminway par les caractéristiques naturelles de la moitié sud de la ville - les sources se trouvant dans les sections 19 et 20 et se déversant dans Spring brook, une branche de Sugar Creek. Rochester et Burlington se trouvent à l'est.

Les premiers colons trouvèrent environ les trois quarts du canton plus ou moins boisés — des forêts et des clairières. La prairie de printemps, dans la partie sud-ouest, et la prairie de Gardner, dans le quart sud-est, ont chacune de quinze cents à deux mille acres de jardin naturel. Une prairie plus petite, d'une demi-section ou plus, se trouve près de Honey Creek, au nord-est. Sugar Creek entre à la section 7, traverse un peu au sud de l'est et rencontre Honey Creek près de la limite du comté à l'angle sud-est de la section 13. Cette dernière sort de East Troy et court presque plein sud à travers les sections 1, 12 et 13. Printemps Brook, entrant à la section 19, rencontre Sugar Creek près du centre-ville. Le ruisseau Marsh commence dans la section 10, et par la section 11 atteint le ruisseau Honey dans la section 12. La rivière White serpente sur quelques milles dans la section 36 et s'échappe dans le comté de Racine par le coin sud-est de la section 25. Les sections sud sont drainées par petites branches du Blanc coulant vers le sud. Ces plus grands cours d'eau étaient autrefois utiles pour l'entraînement des scieries et des moulins à farine. Sur quelques kilomètres le long de Sugar Creek, de chaque côté, le sol s'élève jusqu'à des crêtes parallèles qui donnent à la route du village de Spring Prairie à East Troy un profil presque accidenté du bas-est. 16 et 36, bien que les carrières aient été exploitées mais superficiellement et pour un usage local. Il s'agit vraisemblablement de la formation Niagara. Les altitudes au-dessus du niveau de la mer, à dix points d'observation, varient entre 766 et 979 pieds, la plus basse dans les sections 36. la plus élevée dans la section 5. La hauteur moyenne dans les sections 7 et 8 est de 918 pieds.

En 1910, la superficie des terres a été restituée à 23 007 acres, évaluée à 1 754 900 $, soit 76,27 $ l'acre. Puisque la superficie totale d'un canton, terre et eau comprises, est de 23 040 acres, on peut juger que les ruisseaux et les étangs sont maintenant à leur plus bas, ou qu'il y a une légère erreur d'écriture ou d'impression dans les déclarations. Les superficies cultivées étaient : Orge, 795 : maïs. 3 803 foin, 3 177 avoine, 2 407 pommes de terre, 126 seigle, 168 bois, 3 177 blé, 270. Il y avait 3 459 bovins, évalués à 92 900 $ 886 porcs. 10 300 $ 905 chevaux, 63 400 $ 3 783 moutons, 12 900 $.

Population : 1850, 1 418 1860, 1 311 1870, 1 209 1880, 1 107 1890, 1 155 1900, 1 120 1910, 1 007. La différence entre la première et la dernière de ces énumérations raconte à nouveau l'histoire d'autres villes, une histoire en deux parties : celle des moulins occupés et des petits magasins locaux soutenant quelques mécaniciens à la fois des sites de village pleins d'espoir, et des fils qui sont restés à la maison pour aider les pères aux fermes : l'autre de la redistribution du commerce local par l'arrivée des chemins de fer, des fermes travaillées par des machines, et de l'attraction des grandes villes et de l'extrême ouest.

Palmer Gardner est arrivé le 15 avril 1836 à la section 25, et deux jours plus tard, il a commencé à construire. En mai, il a planté et semé, et en automne, il a récolté. Solomon Harvey, le Dr Ansel A. Heminway et David Pratt sont arrivés cette année-là à la section 30. En mai également, William J. Bentley et Isaac Chase sont arrivés aux sections 28, 29 et Daniel Salisbury à la section 29. Frederick T. Hunt est venu travailler pour M. Gardner. Gilman Haines Hoyt a atteint la section 1 en juillet, et avec lui est venu Reuben Clark. Rufus Billings est arrivé en octobre à la section 23, Benjamin et Benj. C. Pearce à l'article 36.

Parmi les hommes de 1837 figuraient Chester Baker et ses fils, Edwin, Francis, section 10, et Purke, George et John Hell, 23 ans Jabesh T. Clement, mécanicien de chantier Horace Coleman, 29 ans, 30 ans William Darwin Grain, 27 ans Isaiah Dike, 27 ans, 34 ans William H. Dunning, 34 John Egerton Hopkins, 1 Benjamin Hoyt, 1 Avery Hoyt, 2 James McNay, 12 Roderick Merrick, 20, 29 Ansel Salisbury, 34 Perrin Smith et sa femme Abigail. 28, 33 Oliver Van Valin, Samuel C. Vaughn, 20 ans, M. Hopkins a épousé Joanna, fille de Benjamin Hoyt et sœur d'Avery A. et William H. Hoyt.

Les hommes de 1838 étaient Harry Ambler, 4 John Bacon, 28 John Camp Booth, 26 Richard Chenery, 26 Corbin Clark, 8 Josiah Burroughs Gleason, 34 Samuel P. Jones, 31 Josiah P. Langmaid, 12 John Martin, 24 Thomas W. Miller , 29, 32 Abel Neff, 25, 34 George Henry Palmer, 12 Josiah O. Puffer, 27 Louis Schmidter, 4 Erastus O. Vaughn, 11 Jeremiah Walker, 17 Daniel Whitmore, 17 Dwight Whitmore, 27 Israel Williams, 19.

Hommes de 1839 : Dr Daniel Allen, 6 George W. Arms, 26 James Baker, 5 Marcus Reynolds Britten, 15 Samuel Brittain, 11 Kimball Easterbrook, 22 George Hatter, 4 Thomas Hill, 31 John Mather, 5 Samuel Neff, 35 Alexander Porter, 5, 8 Silas Salisbury, 34 Selah Whitman, 1.

En 1840 : Zebulon Bugbee, John Densmore, 18 Louis Kearns, 18 Jonathan Leach, 31 Rev. Orra Martin, 23 James Mather, 5, 8.

En 1841 : William Berry et son fils Mellen, 12 Charles Bowman, 6 Lansing D. Lewis, 15 Franklin J. Patton. 22 Benjamin L. Reed, 22.

Outre ceux-ci, dont les dates de venue sont fixées, les hommes nommés suivants ont acheté des terres du gouvernement : Harvey Bacon dans la section 33 Luke Billings, 23 Robert Brierly, 8 Arthur Brown, 19 Tyler M. Coles, 17 Joseph Dame, 21 Elijah Delap , 34 John Flitcroft, 5 Benjamin Haight, 11, 12 James Harkness, 18 George Healey, 4 Abiram Holbrook, 2 Benjamin Jones, George Kaiser, 7 George Kneeland, 17 William Lay, 21 Francis McKennan, 36 Austin L. Merrick, 21 James Monahan, 10 Jonathan Neff, 35 Benjamin Pearce, 6 Benj. Carpenter Pearce, 36 Lemuel Rugg, 33 William Maxwell Sherrard, 30, 31 Lemuel Rood Smith, 25 John Sweeney, 7 Amory Townshend, 2 William Brice Wade, 12 Bernhardt Weigert, 3 Joseph D. Whiteley, 4, 9 Joseph Whitmore, 18.

Le Dr Daniel Allen (1787-1859) est venu de Hambourg, New York, avec sa femme, Olive English (1782-1864), à la section 31, East Troy, en 1838, et à la ville voisine. Son fils, Lucius, est devenu un homme des affaires du comté et une fille, Lucinda, a été mariée d'abord à John Mayhew et ensuite à John Young.

John Bacon (1785-1865) est né à Kinderhook et est venu d'Angelica. New York. Sa femme était Sarah Perry.

Robert Brierley est mort en 1864. Marcus R. Britten (1815-1890) est né à Amsterdam. New York. Son épouse était Caroline Klock (1815-1898). Il était diacre baptiste et s'opposait à la franc-maçonnerie.

Samuel Brittain (1810-1890) est né dans le Lincolnshire et est venu aux États-Unis en 1834. En 1836, il était à Genève et a pris part à la bataille avec l'homme de Payne, Schoonover. Son épouse était Elizabeth (1814-1893), fille de Benjamin Hoyt et Susan Hayes.

Ruben Clark a épousé Maria Van Valin. 3 septembre 1837. Elle était fille de Daniel Van Valin.

Isaiah Hike (1802-1882) est venu du Vermont. Son épouse était Mary (1803-1894) fille de Samuel Vaughn et Ruth Bowker.

Benjamin Haight est décédé en 1866. Sa première épouse était Alma Beach. Les généalogistes trouvent que Haight et Hoyt descendent des mêmes ancêtres lointains, mais il n'y avait aucune parenté connue entre M. Haight et les Hoyt à Honey Creek.

James Harkness (1776-1861) avait épouse Mary (1783-1851), fille de Joseph Whitmore et Hannah Call.

George Healey (1810-1884) avait épouse Hannah (1808-1885). Tous deux étaient de naissance anglaise.

Le Dr Ansel Asa Heminway (1805-1895) est né dans le comté d'Erie, en Pennsylvanie, et est décédé à Eugene City, en Oregon. Il avait fait des études de médecine, et son service était de bonne heure et longtemps demandé localement. Il était maître de poste 1838-1845. Sa femme, Abigail A. (1814-1906), était la fille de Joseph et Hannah Whitmore.

John F. Hopkins est décédé en 1867. Son épouse était Joanna (1813-1899), fille de Benjamin et Susan Hoyt.

Benjamin Hoyt (1778-1860) était le fils de Joseph Hoyt et d'Abigail, fille de Samuel et Mary Flanders. Les ancêtres des pères plus âgés étaient 1, Jean 2, Thomas 3. Benjamin 4, Enoch. En 1807, il épousa Susan Hayes, décédée en 1862, laissant sept enfants. Parmi ceux-ci, pas avant nommés ici. Simon Batchelder Hoyt (1811-1861) épousa Elizabeth D. Cady, à Honey Creek. Benjamin Hoyt, Jr. (né en 1829), marié, premièrement, Sarah Robinson : deuxièmement, Alvira Kelley. L'aîné Hoyt est né à Deerfield, New Hampshire : ses enfants sont nés à Cabot, Vermont. De leurs troisièmes ancêtres américains. Benjamin Hoyt et Hannah Pillsburg, étaient également des descendants du Hoyt d'Allen Grove.

Gilman H. Hoyt (né en 1808) a épousé Elizabeth Heath en 1839. Leur fils, Clinton D. Hoyt (né en 1842), était un sergent de la compagnie C. Vingt-troisième d'infanterie.

Avery A. Hoyt (1824-1906) épousa, en 1847. Caroline M. Hoyt (1828-1897), fille de son cousin Tristram C. Hoyt. Son grand-père était Enoch, fils de Joseph et d'Abigail, M. Hoyt était l'un des fermiers dont l'intelligence et l'entreprise ont fait de Spring Prairie un segment du jardin d'Eden.

Samuel P. Jenks (1809-1889), natif du comté d'Onondaga, épousa Pamela (1808-1892), fille de Dan Phelps et d'Elizabeth, fille d'Israel King et d'Elizabeth Johnson.

George L. Kaiser (1810-90) fut cor en Bavière venu aux États-Unis en 1827 épousa, en 1830, Margaret (1810-1897), fille de John A. Taubert (ou Taupert). Elle aussi était bavaroise.

Thomas W. Miller (1788-1863) et sa femme Mary (1788-1855) étaient les parents de Mme Samuel Pratt.

George Henry Palmer (1804-1873) épousa Sarah Langmaid.

Alexander Porter (1803-1866) est né à Galloway (ancien nom provincial des comtés de Kirkcudbright et de Wigton, dans le sud-ouest de l'Écosse). Son épouse Isabella (1813-1886) était originaire du comté de Roscommon, en Irlande.

David Pratt (1803-1877) est né dans le Massachusetts et est décédé à Clayton, Iowa. Samuel Pratt était son frère et une sœur de Solomon Harvey était sa femme.

Josiah Osgood Puffer (1814-1895) est né dans l'ouest du Massachusetts. Il était le fils de Samuel Puffer, deuxième mari d'Eunice, fille du capitaine Josiah Osgood et de Jane Byington. Ses ancêtres antérieurs étaient 1, John 2, Stephen 3, Hooker 4, David. Le premier mari d'Eunice, Samuel Osgood, était son cousin germain. La première épouse de M. Puffer était Hannah M. Whitmore (décédée en 1862) sa seconde épouse était sa sœur, Mme Mary Hatch, décédée en 1897.

Louis Schmidter (1811-1881) est parfois écrit dans les archives "Smithers". Sa femme s'appelait Amelia.

Erastus Otis Vaughn (1808-1880) n'était pas apparenté à un degré connu aux autres de son nom à Spring Prairie. Sa femme (née en 1819, mariée en 1837) était Olive, fille de Benjamin et Susan Hoyt.

Samuel Cole Vaughn (1802-1868) était le fils de Samuel Vaughn et de Ruth Bowker, cette dernière étant la fille de Luke Bowker et de Joanna Dunbar. Son épouse était Sarah Hart Mills Vose, fille de Thomas Vickery Vose et Sarah Little, petite-fille de Samuel Vose et Phoebe Vickery, arrière-petite-fille de Robert et Abigail Vose. La mère de Mme Vaughn était la fille de Joseph Little et de Hannah Ingalls.

Daniel Whitmore (1817-1909), fils de Joseph Whitmore et Hannah Call et petit-fils de Daniel Whitmore, est né dans le comté d'Essex, New York. Son épouse était Mary E. Nobles (1817-1896) Joseph (1821-1898), son frère, épousa Sarah, fille de Sims Edgerton et Harriet Benedict.

Le révérend Benjamin C. Pearce a construit une maison à ossature en 1836 et y a emménagé avant la fin de l'année, mais, pendant un certain temps encore, des habitations moins prétentieuses ont répondu aux premiers besoins des nouveaux arrivants. L'amélioration rapide des forces hydrauliques soulagea bientôt une grande partie des lourdes charges de la construction et de la subsistance. Israel Williams a construit un moulin de quarante-cinq sur cinquante pieds, à deux étages, avec une roue de dix-huit pieds et deux rangées de pierres, aux sources de la section 19. À cela, il a ajouté une distillerie d'une capacité d'environ deux barils-un peu plus qu'il n'en avait besoin pour la consommation du ménage. Samuel C. Vaughn a construit un moulin à scie en 1843 sur le ruisseau Spring, à l'angle nord-est de la section 20. John Martin (le juge) a construit un moulin à scie en 1846 sur le ruisseau Sugar, qui est devenu avec le temps un moulin à farine.

La colonisation du village a commencé tôt et, espérons-le, à Honey Creek dans la section 1. Spring Prairie dans les sections 29 et 30. Vienna dans la section 18 et Voree dans le coin nord-est de la section 36.

Honey Creek, sur le ruisseau ainsi nommé, se trouve en partie dans le comté de Racine, dans lequel se trouve la gare du Wisconsin Central Railway. Le village possède trois magasins, une église et un cimetière. Parmi les pasteurs connus de l'église de l'union figuraient George H. Hubbard, George E. Moore et Frederick T. Bohl. Le bureau de poste a deux itinéraires de livraison gratuits. L'école est de deux classes, et son quartier est en partie de Rochester.

Vienne, sur Sugar Creek, s'appelait d'abord Martinsburg, des familles Martin apparentées qui se sont installées près de ce point. Le moulin à scie du juge Martin fit place à un bon moulin à farine, qui devint en 1853 la propriété d'Edward Zalm, qui l'améliora grandement et fit pendant plusieurs années sa farine localement célèbre. Ses fils, Cornélius et Victor, ont continué l'affaire pendant quelques années. Le moulin a été désaffecté puis incendié. Winslow Page Storms a construit la Vienna House en 1848 et l'a utilisée pendant de nombreuses années comme taverne et magasin, et comme bureau de poste. Il y a longtemps, c'est devenu une résidence privée pour les hommes qui se rendent à Spring Prairie pour acheter, à Burlington pour les ordonnances, et chacun à sa porte ou à son portail pour le courrier. Un petit cimetière se trouve à un peu plus d'un demi-mille au sud-ouest du village, sur la route de Spring Prairie et de Burlington. Il ne reste plus que la tradition de Vienne et de sa grandeur passée et future.

Vorce était la création de Jesse James Strang, qui est venu en 1844 de Nauvoo et a commencé à construire une ville et un temple. On ne dit pas s'il a trouvé le nom de sa ville sainte dans le Livre de Mormon, ou s'il lui a été révélé d'une autre manière. Il rassembla environ trois cents disciples, et petits, dont il était chef, prêtre en chef et prophète. Il nomma un jour et une heure, et le 13 septembre 1845. Il trouva ses lettres de créance directement sous un grand arbre, au bord d'une haute rive de la rivière Blanche, sous la forme de trois plaques dorées sur lesquelles avaient été grattées des mathématiques et symboles astronomiques. Il les a interprétées comme une révélation et une commission céleste. Dix-huit autres plaques ont été trouvées plus tard. Laban Piatt, Aaron Smith, James M. Van Nostrand, Jared B. Whelan et Edward Whitcomb ont été témoins de ces révélations. Il a imprimé un journal, pour lequel il a écrit de longs "poèmes" : mais il n'a pas fini son temple. En 1847, il s'envola avec ses disciples jusqu'à l'île Beaver, dans le détroit de Mackinaw, et en 1856, son corps fut emmené pour être enterré après un conflit avec les forces d'un maréchal fédéral. Il avait quelques parents dans la ville de Spring Prairie et cela, avec les avantages naturels d'une terre riche et d'une bonne puissance hydraulique, a peut-être déterminé la place de la ville de si courte durée, dont il ne reste que quelques souvenirs évanouis.

Le docteur Heminway construisit au début de 1837, dans la section 30, lors d'un croisement de demi-lignes, l'une des plus grandes tavernes en rondins du territoire, haute de deux étages. Il l'a rendu utile à bien des égards, car il l'a ouvert pour le service religieux, pour d'autres réunions publiques, pour un magasin et un bureau de poste, et pour un bureau de vote du canton. Cet édifice a déterminé l'emplacement du village de Spring Prairie. À l'automne de cette année-là, Horace Coleman et J. Crawford ont placé un stock de marchandises dans un coin de la maison Heminway. Samuel Pratt et Erasmus D. Smith ont construit un magasin en 1844. Le docteur Heminway a reconstruit sa maison de brique en 1845. Cette maison a été vendue en 1847 à William H. Rogers, en 1848 à Nathan A. Howes, en 1854 à Franklin Walbridge, en 1857 au capitaine Ezra F. Weed, son dernier propriétaire. C'est devenu une demeure privée seigneuriale.

Stephen Bull et Thomas Gage ont construit un magasin de l'autre côté de la route vers l'est et ils ont été suivis par une lignée de successeurs à moitié oubliés, dont chacun, à son tour, était généralement le maître de poste. Le magasin a été agrandi et une aile a été ajoutée pour son département de quincaillerie. Il fut incendié en janvier 1894, et son entreprise et sa fonction supérieure passèrent dans un nouveau magasin à un autre coin, où se rendit le bureau de poste.

Les hommes de la seconde génération et des générations suivantes avaient fait de l'ancienne aile de quincaillerie un fumoir et une sorte de bosquet académique où chacun était un "professeur des choses en général" et un élève réceptif. Leurs débats interminables sur tout ce qui a jamais été, est et pourtant pourrait être n'étaient pas tous inutiles. Il y avait beaucoup d'intelligence générale et spéciale, d'esprit, d'humour racé et de liberté de parole inoffensive lors de ces convocations. Ces agitations verbeuses n'étaient nullement animées artificiellement, car aucun homme là-bas ne pouvait se souvenir quand une boisson qui fait rage était vendue au village. Bon nombre de ces hommes furent appelés d'ici aux sièges des puissants à Madison et à Elkhorn, et chacun d'eux devait cette grandeur ultérieure à l'accélération des facultés et à l'aiguisage de l'esprit parmi les clous, les outils de jardin et les meules. Leurs pères étaient fermement en désaccord sur les questions de discipline ecclésiastique et de politique de la ville, et Otis Preston avait observé qu'aucun homme qui ne haïssait pas quelqu'un n'était qualifié pour la citoyenneté au village. Il en était loin de leurs héritiers et successeurs, et la grande influence unificatrice était la brume bleue de l'aile matérielle. Les hommes se sont réunis dans d'autres magasins dans d'autres villages pour entendre et discuter des nouvelles et pour ainsi dire pour éteindre le feu avec des substances ternes, mais les baies ne se ressemblent pas sur tous les buissons. La session perpétuelle au magasin était l'institution particulière de Spring Prairie, contrairement à ce qui lui ressemblait le plus.

Le bureau de poste de Franklin a été créé en 1838 avec des courriers hebdomadaires à Racine et Janesville. Le nom a dû être changé cette année-là, car Spring Prairie et non Franklin ont rivalisé avec Delavan, Elkhorn et Genève pour le choix d'un siège de comté. Pour autant que l'on sache, la succession des maîtres de poste avec des dates incertaines a été : Ansel Asa Heminway, 1838 Erasmus Darwin Smith, 1845 Frank Hall, Stephen Bull, Moses Kinney, 1857 Graham. Martin V. Pratt. 1861 Clifford A. Pratt, George D. Puffer, William J. Knight, Leroy Williston Merrick, vers 1894 William H. Shaver, Mme Martha M. Shaver.

Josiah O. Puffer a fabriqué et vendu des chaussures dès 1839. Jacob Kohler a apporté des styles parisiens de vêtements pour hommes en 1843, et Otis Preston a apporté des styles encore plus tardifs, de White Pigeon, en 1846. Les premiers forgerons du village nommés étaient Henry Elliott, 1840 Nathaniel H Carswell, 1843 Harrison Armstrong, 1845. Après ceux-ci étaient Orman Livingston, Stephen Coats, Edson Merrill, James A. Hemstead, et en 1865 Henry J. Shaver (1832-1912). En 1846 et jusqu'en 1848, le savoir-faire de M. Armstrong et l'argent d'Israël Williams ont été réunis pour la production de charrues artisanales utilisables et désormais le forgeron du village était connu du monde et des muses des vers lyriques et satiriques sous le nom de « Oncle Hat, the Plowmaker ». " Entre 1850 et 1855, M. Lobdell a fabriqué de la petite bière et a trouvé pour elle une vente presque à l'échelle du comté. Cette affaire passa pendant une courte période à Brewster B. Drake. Vers 1874, Cyril R. Aldrich commença à acheter, habiller et expédier de la volaille à Boston et ailleurs. Henry D. Barnes est devenu son associé, et plus tard le cabinet était composé de M. Barnes, Edward C. Hubbard et George D. Puffer. Leurs expéditions atteignaient cinquante tonnes chaque hiver. Pendant quelques années, à partir de 1880, Orris Pratt a fabriqué du vinaigre pour la consommation nationale et étrangère.

En mai 1841, des mesures sont prises pour organiser l'église baptiste de Spring Prairie et de Burlington. Parmi les membres du clergé qui ont assisté à ces réunions préliminaires se trouvaient Richard Griffing, Phipps W. Lake. Orra Martin. Benjamin Pearce, Henry Topping et A. B. Winchell. Les Burlingtoniens se sont retirés en 1843 pour former une société à la maison. L'église de Spring Prairie a été construite en 1846 par William Johnson et James Harrington et agrandie selon les besoins. service. Les dates des pastorats suivants ne sont pas définitivement connues, mais leur ordre est à peu près comme indiqué : William R. Manning, 1841 Roswell Cheney, 1844 Spencer Carr, 1851 Rice R. Whittier, Cantine Garrison, Jacob Bailey, AF Randall, Thomas Bright, Edward L. Harris, A. Latham, John H. Dudley. Levi Parmly, J.C. Jackson, J.H. Estey, Charles William Palmer. James F. Merriam, Franklin Kidder, George M. Daniels, A. Freeman, J. S. Forward, vers 1880. Il semble qu'il y ait eu un approvisionnement occasionnel des chaires de Burlington et d'Elkhorn. Ebenezer Harrington, que M. Dwinnell décrit comme un homme sérieux et excentrique, avait commencé en novembre 1839 à préparer le terrain pour cette société.

Les congrégationalistes se sont réunis en 1840, et parmi eux se trouvait M. Dwinnell. Ils ont agi conjointement avec les membres à Burlington pendant deux ans. Le révérend Cyrus Nichols s'occupa d'abord de cette mission. Une société a été entièrement organisée le 8 février 1852, par le révérend Samuel E. Miner. En 1860, les sociétés congrégationalistes et méthodistes construisirent une église-union, pouvant accueillir environ trois cents personnes. Ses mécaniciens du bâtiment étaient Scott & Nims. Cette église a également été abandonnée depuis 1881. Ses pasteurs étaient Christopher C. Cadwell, 1853 : Jedidiah D. Stevens, 1854-5 Avelyn Sedgwick, 1861-2 PC Pettibone (de Burlington), 1863 ED Keevil, 1864-5 Sidney K. Barteau, 1866, et Charles Morgan.

En 1837, Jesse Halstead et Samuel Pillsbury ont voyagé et prêché dans un circuit se trouvant dans quatre comtés et comptant onze sociétés méthodistes naissantes. Ceux-ci étaient à Big Foot, Burlington, Caldwell's Prairie, East Troy, Fort Atkinson, Genève, Hudson, Janesville, Rochester, Spring Prairie et Whitewater. David Worthington a prêché en 1840. De cette date à 1860, peu de choses sont connues. Depuis cette dernière date, les affectations annuelles des pasteurs ont généralement été à Lyon et Spring Prairie ensemble. Le presbytère est à Lyon. Il y a une église méthodiste allemande dans la section 2.

Israel Williams a vendu un acre dans le coin sud-ouest de la section 30, en 1842, où Nathaniel Bell a aménagé et nommé le cimetière Hickory Grove. Sa superficie a été agrandie et améliorée, et c'est l'un des plus beaux cimetières ruraux du comté. Son premier locataire était l'épouse de William Baumis.

Juliette, fille du colonel Perez Merrick, a enseigné en 1837 et 1838 à la maison Heminway. Au printemps de 1839, une école, entourée de planches de chêne brut, fut construite aux coins, et Mary S. Brewster y enseigna. La même année, Mme Coleman (qui n'est plus Miss Merrick) enseigna près de la prairie de Gardner. Il y a maintenant six quartiers dans la ville, et en plus il y en a deux qui sont des quartiers communs avec des parties du comté de Racine et un avec une partie de Lafayette. Au village, la maison actuellement utilisée a été construite en 1864. La liste partielle des enseignants, avec des dates presque correctes pour le premier nommé, est la suivante :

Leander F. Frisby, 1847-8 William Wilcox, 1848-9 M. Paine, 1849-1850 Frederick O. Thorp, vers 1851 George W. Burchard, 1853-4 Almerin Gillette, 1854-5 Frank Hall, 1855-6 : Frank Patten, 1856-7 Benjamin F. Skiff, 1857-8 D'Avery, 1858-9 Frank Hall, 1859 à '61 Daniel Pratt, 1865-6 Orren T. Williams, 1866-7 Mary L. Edwards, Amanda Herkimer, Fred W Isham, Rhoda Locke, May Merrick, Anna M. Greene, Alice Moloney, Patrick McCabe, Florence Shove, Edmund B. Gray, Frank Tyrrell, Harriet Allen, Bell Derthick. M. Frisby est devenu procureur général. M. Thorp a été sénateur de l'État de West Bend. M. Burchard a été connu dans les affaires de l'État. M. Williams est maintenant juge de la cour de circuit de Milwaukee. Mlle Edwards est devenue Mme James G. Kestol, de Whitewater. Miss Greene a depuis visité tous les coins du globe. Le colonel Gray commandait le vingt-huitième d'infanterie pendant la guerre civile. Miss Shove pratique l'ostéopathie à Chicago. M. Isham est devenu surintendant du comté. Lorenzo D. Harvey, par la suite surintendant d'État, a autrefois enseigné dans une école choisie ici.

VILLE DE SUGAR CREEK.
Chapitre 35, transcrit par Mary Saggio

Le canton 3, au nord du rang 16 est, conserva le nom d'Elkhorn après que Lagrange, Richmond et Whitewater eurent été délimités et rebaptisés, et jusqu'à ce qu'une nouvelle ville d'Elkhorn soit créée le 2 février 1846. La plus grande ville, après avoir ainsi perdu l'article 36 , a été ainsi appelé de son cours d'eau principal, dont le nom traduit le composé Pottawattomie, Sis-poquet-sepee. Depuis des temps immémoriaux, les nombreux érables à sucre le long de la vallée du ruisseau avaient été entaillés et les Indiens avaient pratiqué au moins un art de la civilisation des hommes blancs, celui de faire bouillir la sève. Le ruisseau s'élève près de la ligne ouest de la ville, dans la section 19, traverse vers l'est jusqu'à l'angle sud-est de la section 13, tourne presque vers le nord et quitte la ville par la section 12. Holden's Lake, Otter Lake, Silver, et quelques pot- les trous constituent presque le reste du système de drainage et de réservoir de la ville. L'ancienne vallée du ruisseau est large, et pendant de nombreuses années plus ou moins marécageuse mais la plus grande partie est maintenant utilement occupée. Dans l'ensemble, la ville est bien drainée et contient plusieurs des plus belles fermes du comté. Parmi les points les plus élevés au-dessus du niveau de la mer, comme indiqué officiellement, se trouvent ceux des sections 4, 5, 9, 23, respectivement 931, 945, 918 et 890 pieds.

Le seul véritable colon en 1836 était John Davis, qui construisit une cabane près du lac Silver dans les sections 13 et 14, y passa l'hiver froid et, un an plus tard, vendit sa concession à Asa Blood et s'en alla.

Hommes de 1837 : Daniel F. Bigelow, section 21 James Bigelow, 17, 20 Asa Blood, 11 William Bowman, 9, 15 John Byrd, 6, 7 : Milton Charles, 4 Nelson Crosby, 31 Perry G. Harrington, 15, 22 James Holden, 5 George W. Kendall, 10 Jonathan Loomer, 7 Samuel Nelson Loomer, 18 Stephen Loomer, 17 Henry McCart, 8 Caleb Miller, 11 John Rand, 8 Salmon Salisbury, 24 Jeduthun Spooner, 14, 23 Freeborn Welch, 3, 10 Joseph Welch, 11, 14, 23.

Joseph Barker, section 10 John S. Boyd, 11 Lewis Crosby, 31 Julius Edwards, 2. 10 Augustus C. Kinne, 7 Alanson et James Martin, 9, et Charles Rand —, même en 1838 James W. Field, 8 Caleb et William Kendall, 10 ans, en 1839 Henry Adkins, 11 Dr Harmon Gray, 8 Benjamin Rand, 18 John Fish, William H. Hyatt, Russell Thurber, Samuel H. Tibbetts, n. et Nelson Weaver, 18 ans, en 1840. D'autres colons, au cours des cinq années suivantes, étaient James Varnum Holden, 14 George Ketchpaw, 23 Horace B. Kinne, Jesse R. Kinne, 7 John A. Pierce, 9, 16 Jonathan Parks, 23 Wynian Spooner, Jr., 14 James et John Strong, 23 Hiram Taylor, Hulcy Welch, 22 ans.

D'autres hommes ont acheté des terres du gouvernement : John Adams Baird, Chauncey et Chester Baird, tous dans la section 35 Francis et Joseph Lewis Barker, 4 Curtis Bellows, 35 Harvey Birchard, 17, 20, 36 George W. Blanchard, 10 Asa Blood, Jr., 14 Isaac Burson, 4, 20, 33 William Carr, 2 Azariah Clapp, 4 Adolphus Colburn, 26 William Colton, 23 Nelson Tibbetts Corey, 6 Sheldon Raymond Crosby, 30, 31, 32 Lucien B. Devendorf, 31 John Henry Ellsworth, 22 Isaac Flitcroft, 26 ans William A. Flitcroft, 28 ans Henry Foot. 19 William O. Garfield, 26 Charles Nicholas Hagner, 1 Olney Harrington, 32 Francis William Hawley, 25 Edwin Aug. Hollinshead, 34 Hiram Humphrey, 12 Elias Kinne, 7 Martin L. Ladd, 21 James Leach, 23, 24 George Leland, 5 Benjamin McVicker, 28 Ward Mallory, 30 John Martin, 28 Benjamin Minshall, 28 Silas Minshall, 21 William Sullivan Nichols, 5, 8 John Olson, 20 William Parrish, 18 John Saunders, 22 Orlev Shaw, 29 Reuben Smith, 25 Jedidiah Sprague , 34 Alexander M. Sturges, 13 James N. Sturtevant, 29 Jacob Tostenson. 20, 21 Loren Ward, 28 Joseph Webb, 35 Ransom Wells, 29 Jesse Pike West, 12 Jeremiah Wilcox, 12 George Wilson, 13 Charles Wolcott, 23.

La veuve de John A. Baird mourut à Trempealeau en 1865, à l'âge de soixante-quinze ans.

Joseph Barker (1781-1857) et sa femme Lucinda ont eu neuf enfants, dont huit sont venus à Sugar Creek. Joseph Lewis a épousé Phoebe T. Roberts, le 2 avril. 1846. Timothy Putnam (1818-1878) a épousé Elvira Shumway (1827-1886). James B. (1823-1898) épousa sa cousine Almeda (18241901), fille de Hugh Barker. Francis (1821-1875) a épousé Mme Maria Baldwin. Russell a épousé Sophia Baker. Adeline (1811-1892) était l'épouse de Booth B. Davis, d'Elkhorn Mary L., épouse de Hiram Taylor Diana, seconde épouse de Stephen G. West, Sr., marié le 9 novembre 1841.

Daniel F. Bigelow (1815-1895), fils du docteur Daniel, est né en Nouvelle-Écosse. Il épousa Amy McCart, originaire de l'Ohio, née en 1824, décédée en 1897. James (1819-1899) épousa Ann Elizabeth Fowler.

Lewis Crosby épousa Phoebe McConkey le 25 décembre 1844.

John H. Ellsworth est décédé en 1859. Sophronia (1827-1894), sa femme, était la fille d'Asa Pride et de Susan Bates.

James Whipple Field, né à Scituate, Rhode Island, le 22 mars 1814, et vivant maintenant, en 1912, à Elkhorn avec son gendre, George Kinne, en bonne santé et plein de souvenirs, est le fils de Thomas Field et Merci Winsor. Ses ancêtres plus âgés, considérés comme arriérés, étaient Thomas, Jérémie, Thomas, Thomas et William. Il a épousé les demi-sœurs Angeline et Sarah, filles de William Adams.

John Fish épousa, le 28 juin 1843, Harriet, fille de Stephen Loomer.

Caleb Kendall a épousé Emily A. Webber le 19 juin 1842 et a vécu à Richmond.

M. Kingsley s'est noyé à Silver Lake, en 1839. Sa famille est venue quelques jours plus tard et est retournée dans sa maison de l'Est.

John Martin épousa le 18 mai 1840, Eliza Ann, fille d'Ebenezer Chesebrough et d'Anna Griswold. Elle est née en 1809 et avait inscrit des terres en son propre nom dans l'article 33. M. Martin est décédé en 1885.

Silas Minshall est décédé le 16 mai 1857, laissant la veuve Rose Ann.

Daniel Nyce est né en août 1801 décédé le 29 mai 1857.

John Alexander Pierce (1817-1887), fermier, propriétaire de moulin et homme de nombreuses affaires et très généralement prospère, épousa d'abord Mary Elizabeth (1828-1870), fille du diacre William Chambers et de Phoebe Gray, du nord de Genève . Elle avait cinq fils. Il a épousé, en second lieu, Hannah, fille de Henry et Mary Moorhouse. Il était le fils de John Pierce et de Maria A. McFarling.

John Rand (1819-1898), fils de Benjamin et Sarah, est né en Nouvelle-Écosse. Il épousa, le 2 mai 1844, Sarah Sophia (1817-1900), fille de Benjamin et Eunice Loomer.

John Saunders (ou Sanders) (1806-188—) a épousé Jane Lean.

Jeduthun Spooner (1799-1867), fils de Jeduthun Spooner et Hannah Crowell, de Hardwick, Massachusetts, imprimeur dans le Vermont et ancien juge de paix de Sugar Creek, se rendit en 1853 dans le comté d'Allamakee, Iowa. Un neveu du même nom, également de Sugar Creek, un fils du juge Spooner, a épousé Julia Ann, fille de Sutherland German et Mary, une sœur de Christopher Wiswell.

James Strong (1810-1890), né près de la lignée de Virginie en Pennsylvanie, épousa Lois Parks (1817-1876).

Hiram Taylor (1814-1895) épousa, en 1838, Mary L., fille de Joseph et Lucinda Barker.

Samuel Holmes Tibbets (1806-1872), né dans le comté de Windham, Vermont, marié au Canada, le 2 octobre 1837, Sarah (1810-1878), fille du Dr David Pattee. Leurs trois filles se sont mariées : Clarissa à Asa Foster, Sarah Jane à Azel Bird Morris, Hannah Maria à John Henry Lauderdale.

Jacob Tostenson (mort en 1887) a épousé Margaret Larson (morte en 1875). Leurs fils, Tosten et Ole Jacobson, étaient des citoyens importants. Ole était un soldat et est devenu officier du 13e d'infanterie et était un homme capable et utile des affaires publiques et privées. Il est né en 1838 à Skien, en Norvège, et est décédé le 28 janvier 1912.

Nelson Weaver (1804-1868) épousa Ruby Rand (1812-1903).

Freeborn Welch, Jr., (1804-1884) était le fils de Mercy Spike (17851857). Il épousa, en premier lieu, Caroline, fille de Phineas Brown en second lieu, Ann McDonough. Pendant quelques années, il a tenu la célèbre Gravel Tavern, à Tibbets Corners. Joseph Welch (1820-1900) épousa Eliza Havens (1821-1893). Hulcy Welch (1812-1879) avait pour épouse Hannah. Josiah (1805-1881) avait pour épouse Louisa et vécut plusieurs années à Genève. Ces quatre Gallois étaient des frères, qui avaient vécu dans le comté de Steuben, New York.

Le capitaine George Washington Kendall a tenu une taverne en 1839 aux coins, connue depuis sous le nom de Tibbets, dans la section 10. Il a vendu cet endroit en 1843 à Francis Rublee, qui l'a transmis par acte à son fils, Francis M. Rublee, en 1845. Au cours de la propriété de ce dernier, son frère, Martindale, a commencé à construire du béton de chaux et de gravier, comme on le dit, mais avant que ses travaux ne soient terminés, le lieu est passé par la vente du shérif en 1853 à John D. Cowles, qui a achevé et occupé la Gravel Tavern. Ce point de repère faisait face au nord sur la route territoriale de Milwaukee à Janesville, et sur une route de section menant à Elkhorn. En 1859, M. Cowles vendit la propriété à Freeborn Welch, l'un des fils les plus joyeux de Saint-Boniface. Lorsque la coutume des tavernes prit fin, M. Welch en fit sa demeure. Ses héritiers ont vendu la maison et le terrain en 1907 à John et Matthew J. Newman, qui ont abattu les anciens murs et construit une belle demeure dans le style du siècle actuel et ajouté une grange, un silo et d'autres dépendances adaptées à une laiterie bien gérée. cultiver. Quelques tiges vers l'est le long de la route territoriale Samuel H. Tibbets a construit une maison, vers 1842, qui a servi pendant quelque temps d'auberge de bord de route, et pendant dix ans de bureau de poste. Le capitaine Kendall avait été maître de poste de 1840 à 1842.

En 1889, un bureau de poste nouvellement créé, nommé Tibbets, recevait un courrier toutes les trois semaines de Whitewater et Elkhorn.

Les congrégationalistes et les wesleyens se sont joints en 1872 pour construire leur église de l'union, juste au sud de la taverne Gravel. La même année, l'église de Béthel, méthodiste, a été construite sur un terrain acheté à John Cameron, section 12, à environ sept miles par route d'Elkhorn, auquel cette église a généralement été rattachée pour des missions pastorales. Un magasin, une école en briques, une forge et le cimetière de Mount Pleasant se trouvent aux coins de Kendall.

Dès 1840, congrégationalistes, méthodistes et presbytériens se sont réunis en unité chrétienne chez le capitaine Kendall, à tour de rôle chez eux et à l'école. Une société de presbytériens se forma, mais devint bientôt congrégationaliste. Ce corps a reçu ses soins de ces premiers ouvriers dans les champs nouvellement défrichés : Cyrus Nichols, Stephen Denison Peet, Amnon Gaston, Cyrus E. Rosenkrans, David Pinkerton, Samuel Elbert Miner et d'autres membres du clergé de Delavan et Elkhorn. Parmi les pasteurs wesleyens et méthodistes libres figuraient George Parsons et George L. Shepardson.

Une autoroute sépare les sections 8 et 9, et là où elle croise la route territoriale, se trouvait un premier groupe de colons, avec un magasin, un bureau de poste, une église et, plus tard, une fromagerie. Tout cela a longtemps été connu sous le nom de Barker's Corners, pour les premiers colons de ce nom de famille. Vers 1852, le bureau de poste prit le nouveau nom de Millard et le bureau de Tibbets fut fermé pendant quelques années.

Sept personnes se sont réunies à Barker's Corners pour fonder une société baptiste. Il s'agissait du révérend Henry Topping, de Delavan, de Thankful Ballard, de Jonathan, de Joseph et de Sophia H. Loomer, d'Electa Mason et de Christopher Wiswell. Lors de la réunion suivante, quelques jours plus tard, James W.Field et six de la famille Loomer ont rejoint ce mouvement. M. Topping a partagé son temps bien rempli avec la nouvelle société pendant deux ou trois ans. AB Winchell le relève en 1844 R. Pickett, 1846 Moses Rowley, 1847 Jorin H. Dudley, 1849 Albert Sheldon, 1851, et de nouveau en 1873 (et meurt le 4 avril 1874) AE Green, 1863 à 1868 Nelson Cook, 1869 LC Jones , 1873 M. Hicks, Mortimer A. Packer, vers 1887, et ordonné en 1889 (restant jusqu'en 1894 et revenant en 1907) SF Massett, décembre 1894 George Jerome Kyle, 1897, et en 1899 Eli Packer, 1898 Nicholas Wakeham, 1901 : Anthony Jacobs, 1905 George N. Doody, 1910-12. La première église a été construite vers 1850. En 1892, une meilleure a été construite et l'ancienne a été mise de côté et en arrière pour l'école du dimanche et d'autres fins réputées. Cette société a aménagé quelques verges au nord, dans la section 9, sur le terrain de James B. Barker, un cimetière qui est devenu un cimetière public.

Il y a maintenant cinq districts scolaires dans la ville de Sugar Creek, formés par le réaménagement de neuf districts.

La Farmers' Mutual Fire Insurance Company de Sugar Creek a été constituée en février 1873 pour les affaires dans les cantons de Darien, Genève, Lafayette, Lagrange, Richmond, Sugar Creek, Troy et Whitewater. Ses dirigeants en 1910 étaient : James E. Lauderdale, président James Parsons, secrétaire. À la fin de 1910, il y avait 1 290 polices en vigueur, pour un montant de 2 566 674 $. Pertes payées cette année-là, 5 975 $. Pertes payées depuis l'organisation, 69 126 $.

La superficie de la ville est de 21 629 acres, évaluée à 1 605 800 $. Valeur par acre, 74,24 $. Superficies cultivées pour 1910 : orge, 2 223 haricots, 12 maïs, 3 909 foin, 2 812 avoine, 2 422 verger, 87 pommes de terre, 234 seigle, 153 bois, 2 812 blé, 17. Bétail : 3 202 bovins, 83 300 $ 1 019 porcs, 10 200 $ 795 chevaux, 55 700 $ mouton, 800 $.


Comté de Walworth - Histoire

Société historique du comté de Walworth

Salle du patrimoine
103, rue Rockwell Est
Elkhorn, Wisconsin 53121

L'histoire de la construction fait partie intégrante du comté d'Elkhorn et de Walworth. La famille Rohleder y a ouvert le premier salon funéraire à la fin des années 1940 ou au début des années 1950, qui a ensuite été vendu à la famille Derksen et finalement vendu à la famille Betts dans les années 1970. Bien qu'il ait été un salon funéraire pendant plus d'un demi-siècle, il a été construit comme résidence privée par John Harris au milieu du 19 e siècle. En passant, en 1871, John Harris vendit une entreprise de distribution de fromage de Chicago à deux frères, John et Fred Kraft.


Sociétés historiques dans le comté de Walworth, Wisconsin

Il y a 4 sociétés historiques dans le comté de Walworth, Wisconsin, desservant une population de 102 917 personnes dans une zone de 556 milles carrés. Il y a 1 Société historique pour 25 729 personnes, et 1 société historique par 138 milles carrés.

Dans le Wisconsin, le comté de Walworth est classé 33e des 72 comtés dans les sociétés historiques par habitant, et 13e des 72 comtés dans les sociétés historiques par mile carré.


Comté de Walworth, Dakota du Sud

Le comté de Walworth est un comté situé dans l'État du Dakota du Sud. D'après le recensement de 2010, la population était de 5 438 habitants. Son siège du comté est Selby. Le comté a été créé en 1873 et organisé en 1883. Il porte le nom du comté de Walworth, Wisconsin.

Étymologie - Origine du nom du comté de Walworth

Walworth est nommé pour le comté de Walworth, Wisconsin.

Démographie :

Histoire du comté de Walworth

Le comté de Walworth, créé en 1852, organisé en 1883, a été nommé en l'honneur du comté de Walworth, dans le Wisconsin, par les colons de cette région. Le premier siège du comté était Scranton, qui a ensuite été ajouté et appelé South LeBeau. Les électeurs ont décidé en novembre 1884 que le siège du comté devrait être déplacé à Bangor, le centre du comté. La longue lutte pour le siège du comté a commencé à l'été 1900 entre Selby et Bangor. Cette bataille s'est poursuivie jusqu'au début de 1908, lorsque la cour a cédé le siège à Selby.

Géographie : Terre et eau

Tel que rapporté par le Census Bureau, le comté a une superficie totale de 744 milles carrés (1 928 km 2 ), dont 708 milles carrés (1 833 km 2 ) de terre et 36 milles carrés (94 km 2 ) ( 4,89%) est de l'eau.


Comté de Walworth, Wisconsin : Histoire familiale et généalogie, recensement, naissance, mariage, décès, registres d'état civil et plus

Sites Web, notices nécrologiques, biographies et autres documents spécifiques à un nom de famille (221)

Transport et industrie

  • Histoires de construction du comté de Walworth (Source : Philadelphia Architects and Buildings Project)
  • Voies ferrées/structures ferroviaires existantes (Source : Société historique de la gare ferroviaire)
  • Brevets Comté de Walworth, Wisconsin (Source : Google Patents)
  • Walworth County N. W. Ayer & Son's American Newspaper Annual, 1880 (Source : HathiTrust Digital Library)
  • Ponts du comté de Walworth (Source : Ponts historiques des États-Unis)

Registres vitaux

  • Index des faire-part de naissance Bibliothèque publique du Léman
  • Calendriers de mortalité du recensement fédéral des États-Unis, 1850-1880 Comté de Walworth, Wisconsin (Source : Explore Ancestry gratuitement) ($)
  • Indice des décès du comté de Walworth (Source : Genealogy Trails History Group)
  • Mariages du comté de Walworth (Source : Projet d'enregistrements de mariage des archives de l'USGenWeb)
  • Dossiers vitaux du comté de Walworth (Source : Informations sur les dossiers vitaux pour les États-Unis)

Cette page et ses sous-pages contiennent 463 liens.

L'objectif de Linkpendium est d'indexer chaque généalogie, généalogie, :) histoire familiale, arbre généalogique, nom de famille, registres d'état civil, biographie ou autre site lié à la généalogie sur Internet. AIDEZ SVP ! Lorsque vous trouvez une nouvelle ressource utile, allez sur la bonne page Linkpendium et cliquez sur le lien "Ajoutez votre (vos) site(s) Web préféré(s) à cette page". Merci de nous tous à Linkpendium !

Lienpendium
© Copyright 2021 - Tous droits réservés
Dernière mise à jour mercredi 14 avril 2021, 11h30 Pacifique


Voir la vidéo: Evolution territoriale du Comté de Nice 1388 à 1947 (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Endymion

    Pertinent. Pouvez-vous me dire où je peux trouver plus d'informations sur cette question?

  2. Macfie

    À moi une situation similaire. Il est possible de discuter.

  3. Ida

    Je ne peux pas participer à la discussion pour le moment - il n'y a pas de temps libre. Je reviendrai - je vais certainement exprimer mon opinion.

  4. Nayati

    Je considère que vous n'avez pas raison. Je peux le prouver. Écrivez-moi dans PM, nous communiquerons.

  5. Delancy

    merveilleusement



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos